Terre Rouge - Ft Charlie Turner
lienlien
× ANNEXES RAPIDES ×
ALLIANCE
SYNDICAT
CORPORATION MARCHANDE
BESTIAIRE
HIERARCHIE MILITAIRE
TECHNOLOGIES
UNION GALACTIQUE
EMPIRE RAHIRIEN
CHRONOLOGIE
EQUIPEMENT
VAISSEAU DE LA FEA
NANOFORCE
RACES JOUABLES
× RECHERCHES DE RPS ×
MASCARADE recherche actuellement un RP. Elle est Officier, sur L'Endurance. Contactez la par MP !
× RPS LIBRES ×
Il n'y a actuellement aucun RP libre disponible.
× MUSIQUE DU FORUM ×
× DISCORD ×



 

Terre Rouge - Ft Charlie Turner

 :: × missions × :: ↪ Flashbacks Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Charlie Turner
❛❛ Intervention ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 11/01/2017
Messages : 40
Jeu 28 Déc - 16:53
Terre Rouge
Ft Charlie Turner



Le goût âcre semble vouloir s'infiltrer dans les moindres recoins de ma bouche à mesure que la terre s'enfonce dans mes narines et dans ma gorge. Saleté de Rouge.
"T'es sourd? Je t'ai demandé de prendre le deuxième sac! Relève toi avant que je ne te fasse mordre encore la poussière, Main Sale!"
Attends que je me débarrasse de ce sac et tu vas la manger toi même, gros tas de Tripode gluant. Ça sonne si bien dans ma tête, et pourtant ton père a bien précisé, si un moins de Treize s'amuse à se rebeller, il est fouetté devant tous les autres le nombre de fois qui correspond à son âge multiplié par deux. Autrement dit, recevoir vingt coup de fouets le cul à l'air devant Cony non merci.
"Oui monsieur" Je parviens à articuler tout en crachant de la poussière.  Je prends le deuxième sac rempli de minerais brut, ce qui me chanceler et je sens mes genoux qui flagellent. "Z'avez rien dans le ventre", je l'entends grogner. Et toi tu porterais mieux avec rien dans le ventre, ta bedaine va bientôt toucher le sol, tu pourras la racler tout seul la terre.

Je marche avec mes sacs jusqu'à la navette de déchargement. J'aperçois au loin les grands en train de frapper la roche. Il doit faire environ 41 degrés. La plupart sont des vétérans de la Rouge, ils ont un foulard devant le nez et on réussi à se confectionner un chapeau. Certains sont même parvenus à en acheter un. J'avance, je trébuche sur un caillou qui me meurtrit le gros doigt de pied. Je l'insulte et pour faire bonne mesure, je lui flanque un bon de coup de pied, ce qui double ma peine. "Nath' toujours 0, la Pierre = 2"
Cony était un costaud, il portait ses trois sacs et semblait presque pouvoir courir. J'étais persuadé que le soleil lui avait déjà cramé la cervelle. J'avais entendu papa dire ça un jour, Il a la cervelle complètement cramé celui-là! Je m'étais imaginé le type en question avec de la fumée qui sortait de ses oreilles, une expression niaise sur le visage.

"Tu sais, je crois avoir entendu la pierre crier, c'est pas me rendre justice, je mérites au moins un point!" Je détestais perdre, même dans un jeu aussi débile qui impliquait d'avoir mal. Je jettais un coup d'oeil en arrière et vit le gros tripode qui nous pointait du doigt. Je fit signe à Cony de continuer, pas besoin d'étaler nos lunes à deux devant tout le monde. Une fois les sacs posés, je m'étirais pour chasser la tension dans le dos. Quel enfer, il restait quatre heures de jour, et j'avais déjà mal partout. J'enviais mon camarade, il semblait pouvoir porter la charrue, les boeufs, et tout ce qu'ils contenaient.

Je levais les yeux au ciel, m'abritant de ma main pour évaluer la course du soleil, "on mange dans deux heures", mon estomac gargouilla à la pensée des fèves cuites dans l'eau. D'abord, c'est une honte d'avoir faim pour ça, c'est dégueulasse et ça fait mal au ventre. Je gargouillais de plus belle et capitula, ok, des fèves, ça ira.


Revenir en haut Aller en bas
Charlie Turner
❛❛ Intervention ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 11/01/2017
Messages : 40
Sam 6 Jan - 19:37
Terre Rouge
Ft Charlie Turner




“C'est fini”. Le même constat. L'homme a l'air apaisé, on pourrait presque croire qu'il dort, si ce n'étaient les coulées de sangs qui dégoulinaient de son nez et de son menton, semblant vouloir envahir jusqu'aux moindres recoins de son t-shirt. C'était le dernier stade de la Rouge, en générale, quand la crise commençait, on évacuait vite le condamné pour que les autres ne le voient pas et éviter les mouvements de panique, cette fois, la crise avait été trop rapide, il s'était vidé de son sang dans une quinte de toux atroce, là, juste sous mes yeux.
Je sens quelqu'un qui me tire sur le bras, c'est Eldoran. Je me ressaisis et essaye d'avoir l'air assuré quand je me tourne vers la jeune fille. J'ai un an de plus qu'elle alors ça ferait tâche si elle voyait des larmes sur mes joues. Pas des larmes de tristesses, pour une fois, je ne connaissais pas l'homme qui venait de mourir au beau milieu des pierres, mais des larmes de trouille. La trouille en bonne et due forme. Papa disait qu'une fois le pire passé, on se réveillait sur une étoile lumineuse et qu'on était heureux avec tous ceux qui y étaient déjà passés. Vu comme l'autre vient de vomir son sang, je suis persuadé que Papa ment. Je préfère encore cette étoile pourrie.

Eldoran essaye de m'entrainer plus loin, je la suis et passe mon bras autour de ses épaules.
“Tu le connaissais?” Je lui demande. Elle fait non de la tête, encore perturbée, les yeux écarquillés. Je ne sais trop quoi lui dire aussi on marche sans discuter, la tête baissée. La bonne nouvelle, c'est que le temps qu'ils évacuent le mort et nettoient, on a une quinzaine de minutes de pause avant de reprendre le travail. Je décide de changer de sujet, histoire qu'on oublie un peu l'homme et son sang. “C'est bien le triage?” Je me l'étais toujours demandé, ce que ça faisait d'être une fille sur Terre Rouge. J'avais treize ans désormais, l'année prochaine, je serais affecté à l'extraction. Ca devait être bien de trier les minerais, assis. “Bof, c'est toujours pareil, mais au moins on est à l'ombre et on a le droit de porter des masques. Les femmes la bas disent que c'est si jamais l'une d'entre nous est choisie, il faut pas qu'elle tousse. Je ne vois pas trop pourquoi”. Je le savais, moi, pourquoi. J'avais entendu papa en parler un soir ou il avait invité Estiene à boire un verre à la maison. Choisie, ça voulait dire que la fille était vendue à un homme pour qu'elle soit son esclave. Après ils avaient  dit des trucs encore plus dégueux et intéressants à propos du sujet mais maman m'avait surprit en train d'écouter et je m'étais fait taper.
J'hausse les épaules pour lui signifier que j'en sais rien non plus. Elle avait été formelle maman, il fallait pas en parler aux autres filles. “Il va bien Charlie?” A chaque fois que l'on se voyait, elle me posait cette question. Le père d'Eldoran était mort dans un éboulement y a quatre ans. C'est mon père, un de ses amis, qui s'occupait d'elle quand sa mère était occupée. “Oui, ça va. Il a dit qu'il passerait te voir dans la semaine”. Elle sourit. J'aimais mieux ça. J'aimais mieux beaucoup de choses chez Eldoran depuis quelques mois. Elle avait changé et je n'arrivais pas expliquer pourquoi. Je jette un oeil aux alentours. Les hommes semblent s'être remis au travail.
“Viens, si on se fait repérer à rien faire, ça va barder pour nous”.
Elle acquiesce, et me prend la main pour courir en direction du chantier. Elle sourit encore, elle semble avoir oublié l'homme. Il faut dire que c'est loin d'être le premier. Mais moi je ne l'ai pas oublié. Il rejoindra les autres dans mes cauchemars, et comme à chaque fois ou je me réveillerais en pleurant, je dirais à mes parents que c'est parce que j'ai entendu du bruit dehors, et comme à chaque fois, ça marchera...

Revenir en haut Aller en bas
Charlie Turner
❛❛ Intervention ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 11/01/2017
Messages : 40
Jeu 18 Jan - 11:58
Terre Rouge
Ft Charlie Turner




"Tiens, goûte" Cony me tend l'herbe. Il à l'air sûr de lui et très fier quand il est venu frapper à la porte ce matin. Il n'y a que ce créneau pour s'amuser, la première demi-heure où le soleil se pointe avant d'attaquer le travail. Cette fois, je ne suis pas convaincu de vouloir suivre. Déjà dans les jeux de bagarre, il fait maintenant deux fois ma taille et je perd tout le temps, mais depuis qu'il m'a montré ses poils au menton, il trouve toujours des trucs de grands. Je sais que si je ne le suis pas il va s'impatienter, et me traiter de chiffe-molle. Quand il y a Eldoran il ne s'en prive pas et j'aime pas la façon qu'il a de se mettre toujours en avant avec elle.
Je prend l'herbe avec une conviction nouvelle, qu'on se le dise, je suis assez grand pour faire les même trucs que Cony. "Je mâche, c'est ça?". Il acquiesce. Il a déjà un air bizarre mais plus moyen de faire marche arrière maintenant.
C'est pas bon, je tousse mais essaye de paraître à l'aise. Quand j'avale, la salive mélangée à la feuille me brûle la gorge, on dirait que ce truc est pas du tout fait pour être mangé et je le soupçonne de m'avoir fait une blague, tanpis, si je crache, il va se moquer. « Vite, les grands arrivent ! » Il se met alors à se baisser, ramasser des caillou et les jeter comme si on avait commencé une partie de Pierre-Attrape. Je fais comme lui, l’air de rien, je me baisse pour ramasser un projectile et manque de tomber. Le sol venait de me sauter au visage ! « Woh, c’est la première fois que t’en prends toi ! » me dit Cony avec un grand rire, trop exagéré. D’ailleurs, il regarde ses pieds et rie de plus en plus fort. « Regarde, on dirait les chaussures de ma tante ! » Je tente déjà de conserver mon équilibre. Pas vomir, pas vomir… Je regarde mes pieds, mes chaussures à moi, on dirait juste qu’elles ont envie de mourir là, d’ailleurs, c’est ce qu’elles se mettent à me dire, je fronce les sourcils et m’apprête à m’excuser de les user à ce point quand un des adultes se plante devant moi et me demande si tout va bien. « Oui, c’est mes chaussures… elles en ont marre de manger mes pieds je crois, je comprends pas, je parle pas bien le chaussure... » L’homme ouvre de grand yeux et hume l’air.
Cony ne rit plus, il est devenu tout blanc. « C’est qui ton père, petit ? » Je m’apprête à lui répondre que mon père n’est pas petit, mais quand je vois la tête de Cony, je me dis qu’il vaut mieux être honnête. « Charlie Ackermann, on est dans la cabane 501, à côté de la 502, celle avec le petit trou dans le toit, mais papa dit que c’est pas grave comme il pleut jamais ». Je comprends pas pourquoi j’ai envie de lui raconter ma vie, je sais même pas qui c’est. « Allez au boulot, j’irais voir vos parents ce soir ». Çà ne présage rien de bon, mais mes chaussures me parlent plus, je crois qu’elle sont mortes. J’ai du mal à retrouver le chemin jusqu’à la carrière, on dirait que quelqu’un à tout déplacé. Je m’arrête en route pour vider le contenu de mon estomac, quand je relève les yeux, un maton est là, je n’ai pas le temps de comprendre que je reçois le coup en plein visage. Il me hurle de dessus mais c’est une race que je ne connais pas, je comprends pas ce qu’il me dit, ça ressemble plus à une suite de prouts, je rigole et il m’envoie une deuxième mandale qui me fait cette fois tomber. Pas le fouet, pas le fouet. Comme je ne me relève pas, il semble penser que j’ai eut mon compte et s’en va.
Le reste de la journée, j’ai vu trois soleils, parlé à mes ancêtres, et me suis quand même prit le fouet. Cony s’est mit tout nu et a reçu le fouet aussi. Le soir, mon père ne m’a pas adressé la parole, et je n’ai plus jamais touché à aucune herbe.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» le livre rouge
» .: Monoroe, celle qui règne sur le Ciel et la Terre :. [Alpha/Toxic/Rouge]
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février
» tremblement de terre haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
》Pioneer's Legacy. :: × missions × :: ↪ Flashbacks-
Sauter vers: