[An 586] Mission : Récupération de ressources

 :: × missions × :: ↪ Planètes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 27 Mar - 16:24
récupération de ressources
plein de gens

Tu es sans doute encore un peu à côté de la plaque … Le fait est que tu ne penses même pas aux uniformes. Ta tenue est clairement celle de la FEA. Si ton écusson à toi n’est pas visible, celui du soldat dont tu portes la veste l’est bel et bien, et cette information ne t’arrive au cerveau que bien trop tard, lorsque les deux hommes sont proches de toi, mais aussi de Garviel. Ce dernier en revanche, contrairement à toi, semble avoir flairer les ennuis et il prend alors rapidement les choses en main en se retournant vers toi rapidement. “Attends … Ces habits … C’est ceux de Crowe, tu l’as tuée ? Espèce de …” Crowe … Tuée … Il te faut une seconde ou deux pour que ça percute tandis que pour t’offrir un peu de crédit aux yeux des deux hommes du Syndicat, Garviel fait mine de se jeter sur toi pour simuler une espèce de rébellion. Evidemment, comme toujours en cas d’attaque, ce sont tes réflexes qui prennent le dessus, et tu dois te retenir pour ne pas l’abîmer, tandis que tu frappes le pilote avant de le maîtriser pour finalement le projeter au sol sans délicatesse alors que ton pied se pose sur sa poitrine, sans appui, pour l’immobiliser. “Ah t’en as buté plusieurs déjà ? Bravo, nous on est coincés ici, on a même pas eu le temps de tuer quelques uns de ces chiens de la FEA.” Tu sers les dents, pour retenir la rage qui monte en toi. Si ta mission passait en premier, il était évident que tu étais tout de même très fidèle à l’Alliance, et à la FEA, et forcément, l’amusement manifeste de ces deux idiots à l’idée de tuer de loyaux soldats, explorateurs, pilotes, t’agace fortement. Tu soupires, ravalant tes sentiments du moment avant de relever Garviel, et de le forcer à se remettre sur ses jambes pour le faire avancer. De nouveau, le canon de ton arme vient de poser contre son dos, et tu le fais monter, lentement, tandis qu’il te semble qu’il fait exprès de trébucher régulièrement pour ralentir votre ascension. Et à raison. Puisqu’une fois arrivé en haut, l’un des hommes attrape son pseudo prisonnier par la gorge avant de le projeter violemment au sol. Tes sens se mettent aussi en alerte. “On va pouvoir passer nos nerfs sur lui, on va te refaire le portrait connard !” Tu sers les doigts, les poings. Ton corps en entier est tendu au maximum, et tu es déjà prête à bondir sur ces abrutis quand tu captes de le regard de Garviel qui semble te prier de garder ton calme pour le moment … Tu pourrais les abattre, là maintenant. Deux tirs rapides. A cette distance, c’était facile. Cela dit, tu devines que ton Leader ne souhaite pas déclencher de coup de feu. Trop bruyants. Tu sers donc les dents, prenant ton mal en patience tandis qu’un nouveau coup ramène Garviel au sol violemment sans que ce dernier ne se laisse démonter. Au contraire, il joue la carte de la provocation, ramassant par la même occasion un nouveau coup, au visage cette fois. Lorsque le sang commence à s’écouler, tu as de plus en plus de mal à garder ton calme. Cependant, le premier soldat est là, et l’un des hommes s’écroule, mort. Pas le temps d’attendre que la femme se pointe, Garviel à peine relevé, que le pirate déjà tente une attaque … Cette fois, hors de question de le laisser s’en tirer à bon compte. Tu viens frapper l’homme d’un coup de crosse à la tête, et ce dernier se retourne. Un second coup vient frapper son visage, causant une belle entaille sur sa joue et tu lui offres un coup supplémentaire pour égaliser le travail sur l’autre joue. Sonné, il titube, tente maladroitement de te frapper mais son nez rencontre ta paume et tu finis par le saisir par les cheveux pour envoyer sa tête cogner plusieurs fois la rambarde. Au bout de quatre fois seulement, l’homme s’écoule, le crâne fracassé, à l’agonie. Tu le relâches, grimaçant, essuyant un peu tes mains tachées de sang avant de rejoindre les autres au moment ou Garviel envoi son message aux autres. “Bon, on sait où aller maintenant, en route !” Tu acquiesces d’un signe de tête. Ne restait plus qu’à choper cette navette, pour enfin aller récupérer les autres, et bien entendu, dans l'état où se trouve ton bras, tu laisses Garviel piloter cette navette ... de toute façon, pour ça, il était bien plus doué que toi, c'était un fait.
Made by Neon Demon
❛❛ Cobalt Cinq ❜❜
avatar
ici depuis le : 24/12/2017
Messages : 111
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

target is a target

It's not a question of can or can't. There's some things in life you just do.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Mar - 9:49
Mission, récupération de ressources
Ft All




L'enfer de la guerre. Certains l'appellent comme ça. Le champ de bataille est simplement un monde à part. Un univers boosté à l'adrénaline, ou le temps est aboli et ne trouve son terme qu'avec la mort ou la victoire. Le silence n'y existe pas, même en cas d'accalmie, les battements de votre cœur, ou la réminiscence des précédentes explosions emplissent vos oreilles. La fatigue y est proscrite, tout comme l'abandon, à moins que vous ne souhaitiez mettre un terme à tout ceci, sans possible retour en arrière.
Vous êtes le juge, le bourreau, le médecin, le dernier soupir pou certains. Dans une situation comme celle-ci, débordés par les hommes du syndicat, je choisis le bourreau. Les hommes en face meurent pour une cause différente de la mienne. C'est un choix qu'ils ont fait, que j'ai fait et qui met fin à une existence. Finalement, l'enfer de la guerre, ce n'est pas cet homme, la gorge ouverte en train d'essayer d'attraper un peu d'air pour retarder l'inévitable, ou le sang omniprésent maculant la terre, la peau, défigurant des expressions déjà rendues démentes par la peur ou la soif de tuer, non. C'est simplement la mort, rendue stupide et odieuse. Elle frappe par dizaine, centaine, milliers parfois et nous soldats, au milieu, nous en sommes les instruments, rendus dociles, appuyant sur la gâchette, comme un point final à toute une vie dont le but est de s'arrêter pour un but qui nous dépasse tous. Et là, les pieds ancrés dans le sol, tout ça n'a plus aucune importance. Seul compte l'instinct de survie. Personne ne déposera les armes. Nous serons les derniers.

"Ils essayent de nous submerger!" L'appel vient de derrière moi, c'est probablement Eobard. J'avise un des groupes du syndicat, en formation serrée qui tente de noyer sous un déluge de balles la position de Lindsay. L'angle de tir m'oblige à me découvrir, si je reste statique a essayer de les canarder, je tiendrais seulement quelque secondes avant d'y passer. Derrière eux, l'espèce de débris de roche pourrait nous couvrir. Je tapote le bars d'Hermès et lui indique la position de la tête. J'avise également Jahel, elle est rapide à trois, on couvrirait la distance sans difficulté et au moins un d'entre nous parviendrait au bout sans prendre de balle.
Avant de savoir si la consigne a bien été comprise, la position de lindsay devenant de plus en plus compromise, je m'élance. Clay aurait été plus efficace dans cet exercice, son armure pouvant supporter de gros chocs, mais il était beaucoup trop loin. Encore deux mètres. Le groupe vient de s'apercevoir de mon arrivée mais il est trop tard. Alors que je me jette dans la mêlée, crosse en avant, mon flanc se met à brûler. Une balle, une lame? Je ne sais pas trop. La douleur et cuisante mais l'urgent de l'assaut prend le dessus et les soldats ont cessé leur feu nourrit pour se défendre. Tant qu'ils sont en vie, on ne risque pas les tirs de leurs alliés.

Sans Garviel et Valéria, tout ceci ne faisait que retarder l'inévitable, nous étions tous à l'image de l'homme tout à l'heure, essayant d'aspirer de l'air jusqu'à ce que la pression des syndics nous étouffe. Auquel cas, on leur donnerait le maximum de sueurs froides.


❛❛ Intervention ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 11/01/2017
Messages : 90
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Mar - 16:00


on va tous mourir

tout le monde les gens.



Une guerre. Voilà à quoi ça ressemble … voilà comme tu ressens les choses. Un véritable champ de bataille au beau milieu de cette forêt. Tu le sais, tu le sens, et tu le vois que vous êtes loin d’avoir l’avantage. Très loin même. Les hommes du Syndicat arrivent en masse et ce, d’à peu près tous les côtés. Vous n’allez plus tenir très longtemps. Que ce soit toi, Charlie, Lindsay, ou encore tous les autres, tu sens que ça faiblit et que l’énergie peu à peu manque et s’évapore. Tu souffles, ta main couverte de sang sur ton visage pour y laisser une large trace écarlate bien visible. Là, au moins, on peu te traiter de sauvage sans soucis … tu en as tout l’air. C’est un véritable bain de sang. Et alors qu’une voix alliée perce à travers les cris d’agonie, tu recules de quelques pas captant le regard de Charlie et tu comprends rapidement où il veut en venir. Lind est à découvert, et déjà, pas mal de pirates approchent d’elle. Tu prends à peine quelques secondes, le temps d’attraper une de tes dernières flèches, alors que déjà Charlie s’élance, suivi d’un autre soldat. De ton côté, tu te mets à courir en longeant une ligne d’arbre à peu près dégagée. Les deux soldats sont déjà arrivés à hauteur des hommes du Syndicat, le combat est engagé, et les tirs cessent, comme prévu. Cela dit, ils restent bien trop nombreux. Une idée, Jahel. Il te faut une idée brillante. Vous les explorateurs, vous avez l’habitude d’éviter le combat en trouvant des solutions détournées, il y avait bien quelque chose à faire.

Soudainement … Tu t’arrêtes en pleine course. C’est pile à ce moment que tu discernes la balle qui touche Charlie. Tu sers les dents. Il ne se laisse pas démonter. Non, il continue d’envoyer des coups, d’abattre un maximum de pirates, il tient bon, mais pour combien de temps. Qu’est-ce qu’il fichait Garviel, hein ? Il en mettait du temps celui-là, aussi. C’était pas le moment de se reposer sur ses lauriers, même si tu doutais que c’était ce qu’il était en train de faire. Tu soupires, et puis tu jettes un oeil à l’arbre derrière toi. Il est imposant et solide, et tu ranges ton arc dans ton dos à la hâte, avant de te mettre à escalader l’écorce rugueuse, puis les branches jusqu’à être assez haut à ton goût. Là, tu places tes mains en porte voix et tu racles la gorge. Voyons voir … Les Nazgors. Tu les avais entendu crier plusieurs fois. Tu savais à quoi ressemblaient leurs différents cris. L’attaque, la rage, la détresse … et le signal de chasse. C’est ça que tu voulais. Tu avais l’habitude, ton père t’avais appris ça quand tu étais enfant, à imiter les cris des bêtes pour tendre des pièges. Les Nazgors, ça fonctionnait au son. Si tu réussissais à émettre le bon, toutes les bestioles qui traînaient dans les parages allait débarquer, et au milieu de cette petite armée, ils avaient largement de quoi faire un banquet. Tu te mets alors à crier, plusieurs fois. Au début, ça ne donne rien, et tu te mets à rager dans ton coin … et finalement, tu repères trois animaux qui s’élancent dans votre direction, ou plutôt, dans celle de Charlie et Lind. Tu cris une dernière fois, et finalement, c’est l’un des Nazgors qui prend le relais pour en attirer d’autres. Toi, tu te laisses glisser en bas de l’arbre, avant de t’élancer vers les autres. Tu te débarrasses d’un pirate qui se met sur ton chemin en plantant l’une de tes flèches dans sa gorge avant de la reprendre. C’était pas cool de gâcher. D’ailleurs, elle te sert de nouveau lorsque tu arrives près de Charlie et qu’un autre type tente de t’attraper. Ta main agrippe le bras du soldat. “▬ On récupère Lind et on se replie.” Tu cris, histoire d’être entendue de tout ceux qui traînent dans les parages. “▬ J’ai appeler du renfort.” A ce moment, l’un des Nazgors saute sur un pirate, lui arrachant littéralement la tête à coup de crocs. “▬ Vaut mieux n'pas rester au milieu du buffet.”

Code by Sleepy
❛❛ Oméga ; Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 13/01/2017
Messages : 152
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
savage
Revenir en haut Aller en bas
Sam 31 Mar - 14:19
Mission Récupération Ressources
Ft All


Piégée. Je tentais de rester calme, de maitriser ma respiration et de réfléchir, vite. Ma position était hasardeuse, je faisais face à un déluge de balles, j'étais totalement coincée. Je ne pouvais pas rester planquée longtemps au rythme auquel ils tiraient, ils finiraient par m'avoir dans pas très longtemps, mais si je sortais, mes chances de survie seraient réduites à néant. Totalement desespérée, la panique commençait à s'emparer de moi lorsque d'un seul coup, cela s'arrêta.
Ne comprenant pas, je risquais un coup d'oeil après quelque secondes d'hésitation. C'est là que je vis Charlie en pleins milieu d'une dizaine de soldats. Il venait très probablement de me sauver la vie. Je poussais un soupir de soulagement puis ni une, ni deux, je fonçais le rejoindre pour l'aider à se débarasser de nos adversaires. Mais tandis qu'on en butait, d'autres revenaient sur nous. Encore et toujours. Chaque second de survie relevait du miracle dans cet enfer.  Cela n'allait donc jamais cesser ?

Lorsqu'un cri nous figea. J'échangeais un regard au loin avec Charlie.  C'est alors que l'exploratrice le tira par le bras avant de me faire signe de me replier avec eux. Elle avait appelé des Nazgors à la rescousse. Dire que ces foutues bestioles avait été un cauchemar pour certain d'entre nous quelques heures plus tôt, et qu'à présent ils étaient devenu notre salut, ou du moins des alliés temporaires non négligeables. Sur ce coup, JJ avait vraiment exécuté un coup de maitre.
Sous les ordres de l'exploratrice tous nos coéquipiers nous avaient rejoins, laissant le Syndicat et les Nazgors se battre. Quelques secondes plus tard, une voix résonna dans nos casques « Cobalt Leader à toutes les forces de la FEA, nous vous faisons parvenir une copie des plans des lieux ! Bonne chance. » 

Effectivement, instanément après avoir capté ce message, nous disposions des plans des galeries qui se situaient pas loin de nous. Profitant de la distraction créée par JJ, nous nous enfoncions dans les souterrains jusqu'au Hangar indiqué dans les plans. Il faisait sombre, froid, et humide. J'avais beau ne pas être clostrophobe, cette endroit me mettait vraiment mal à l'aise, j'avais l'impression d'avancer interminablement dans des longs boyaux étroits.

Cependant, à quelques endroits, les couloirs étaient plus larges, voir même carrément aménagés.Le Syndicat avait l'air d'y être établi depuis un petit moment déjà. Mais si la grande majorité de leurs membres avaient été mobilisés à l'extérieur, une partie était encore dans ces galeries et finirent par nous tomber dessus. Les moins épuisés passèrent devant pour nous ouvrir le passage. Etant à deux doigts du craquage nerveux, je les laissais se battre et en profita pour jeter un œil à mon coéquipier. Charlie saignait de plus en plus, et cela m'inquiétait. Cette balle, il se l'était prise en tentant de me sauver la peau, s'il ne revenait pas vivant sur l'Alizé à cause de cette blessure.. Je me mordis les lèvres pour éviter de penser à ce genre de choses et détourna mon regard de sa mâchoire qui se contractait sous la douleur de chaque pas.

Après plusieurs bonnes minutes de déambulation, à tourner tantôt à gauche, tantôt à droite, butant quelques gars du syndicat au passage, nous arrivions à ce qui devait être selon les plans la sortie.
Enfin, le hangar devrais je plutôt dire. Nous ne serions vraiment sorti de ce bordel qu'une fois partis de cette foutu planète. Ce qui allait encore nous prendre un bon paquet de temps vu notre état. Sans oublier que nous devions récupérer ceux que nous avions laissés derrière nous, et j'en passe.

Me re-concentrant sur la situation, j'écoutais le plan mis en place par le groupe. Nous ne savions pas s'il restait beaucoup de membres du syndicat dans ces lieux, c'est donc avec prudence que nous avancions sur ce nouveau terrain.
❛❛ Ingénieur en explosif ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 04/01/2018
Messages : 40
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 31 Mar - 21:15
récupérations de ressources
ft. many others
Avisant d'un coup d’œil l'état dans lequel se trouve le pirate lui ayant donné quelques coups, Garviel se dit qu'il fait bine d'avoir Valéria de son côté. Elle s'est complètement déchaîné sur le pauvre type, sans doute y a t-elle mis un peu de rage aussi. Il n'avait pas besoin de l'entendre le dire pour savoir qu'elle n'aime pas se sentir inutile, et qu'elle s'en veut sûrement de ne pas avoir été à ses côtés après le crash. Le plan du réseau de grottes désormais bien enregistré et diffusé, les deux soldats reprennent les devant en direction du hangar. Le trajet se fait rapidement, en moins de cinq minutes, sans que le groupe ne rencontre d'autre personnes indésirables. Sans doute tout les pirates sont-ils en train de converger vers les affrontements. Après tout, il ne doivent pas être des centaines, une petite garnison tout au plus, de quoi faire marcher les machines et maintenir la sécurité. Garviel estime donc à moins d'une centaine le nombre d'ennemis potentiels. Une grande partie doit actuellement être aux prises avec Eobard et le reste de la FEA, mais le pilote sait qu'ils doivent s'attendre à ce que d'autres gardent le hangars, autre position clef de cet endroit. Ils progressent en silence, Valéria et lui étant attentifs aux consignes des deux soldats de Delly, lesquels avancent vite, mais sûrement. Quelques retardataires du Syndicat sont éliminés et le groupe débouche alors dans une vaste grotte. Un premier coup d’œil permet de comprendre que la grotte à été agrandie industriellement, les parois étant bien trop lisses et en angle droit pour être naturelles. Les quatres membres de l'Alliance se regroupent derrière une caisse, et Garviel balaie la salle du regard, cherchant lequel des deux appareils sera le plus pratique. Le premier est un vieux coucou, cabossé, vieux modèle, mais généralement assez fiable. Sans compter qu'il a certainement été modifié et qu'il semble bien armé, en plus de pouvoir embarquer tout le monde sans problème. Le principal défaut restant sa vitesse, avec ça, il pourrait conduire un éléphant que ça serait pareil. Le deuxième appareil est un modèle bien plus récent, à l'allure presque trop propre, nul doute que plusieurs technologies spéciales ont du y être intégrées. Garviel pèse le pour et le contre un instant avant d'arrêter son choix. « On va prendre le vieux rafiot là bas. L'autre paraît plus fiable mais il est aussi certainement mieux protégé, je suis pas sûr de pouvoir le démarrer. On prend la valeur sûre donc. »

L'avantage c'est qu'il s'agit de l'appareil le plus proche parmi les deux disponibles. Mais deux autres problèmes se posent. Pour commencer, il y a beaucoup de soldats du Syndicat en poste, une douzaine environ. A un contre trois, ça ne va pas être chose facile pour eux de passer, sans compter que seuls deux d'entre eux sont des soldats. Le deuxième problème concerne le deuxième vaisseau, plus rapide, aussi bien armé. S'ils sont pris en chasse, ils auront du mal à le semer et à ne pas se faire abattre. « On doit aussi neutraliser l'autre vaisseau, sinon on risque d'être pris en chasse. » Pas besoin d'expliquer plus, tout le monde devine le soucis et la différence technologique entre les deux appareils. La femme de l'escouade Delly prend alors la parole. « On se fera repérer rapidement, on manque de couvert. Alors on va courir jusqu'au vaisseau. Dès que ça chauffe on vous couvre. » N'ayant rien de mieux à proposer, Garviel acquiesce, jetant un regard vers Valéria, qui semble bien décidée à se mettre en lui et les balles si besoin, non pas que cela lui fasse plaisir. « Très bien, bonne chance à tous. On vous suit. » Ils vérifient leurs armes, ayant pris soin de dépouiller les pirates tués en cours de route, leur armement s'est tout de même amélioré. Lorsqu'ils estiment le moment propice arrivé, ils surgissent de leur cachette, sans un bruit, profitant des quelques secondes avant que les sentinelles ne se retournent et ne les voient. Garviel emboîte le pas dès qu'il les voit bondir, surveillant son souffle afin de ne pas être à bout comme avec Jahel. Il se passe quatre, peut être cinq secondes avant que la fusillade débute. Bénéficiant de l'effet de surprise, les deux soldats, et Valéria lui semble t-il, comme elle a gardé le pistolet qu'il lui a donné plus tôt, ouvrent le feu en premier. Plusieurs adversaires mordent la poussière, mais la riposte arrive rapidement, forçant tout le monde à trouver un couvert. Garviel se jette vers un chariot, sans savoir qu'il se rapproche alors d'un pirate, caché derrière une caisse à peine quelques mètres à côté. Le pilote le voit au dernier moment, mais il sait qu'il n'aura pas le temps de réagir, il est sauvé par un tir provenant de derrière lui, probablement Valéria, qui fait deux trous dans le torse du pirate. Garviel note cependant un objet qui tombe au sol en même temps. Un stylo, mais pas n'importe quel stylo, le genre parfait pour ceux qui aiment faire des croquis et dessins. Alors, ne sachant même pas vraiment pourquoi il se fait une priorité de le récupérer, Garviel se lance hors de son couvert jusqu’au corps du pirate. Il ramasse le stylo alors que les balles fusent de partout autour de lui, et que des voix semblent lui hurler dessus, demandant sans doute ce qu'il peut bien trafiquer. Miraculeusement indemne, le pilote réussit alors à s’engouffrer dans le vaisseau tandis que la fusillade tourne en leur défaveur. Sans chercher à savoir qui peut bien être derrière lui, il s'installe au poste de pilotage et, après quelques secondes à retrouver ses marques, active l'armement. Les tourelles rotatives pivotent alors vers les ennemis encore dans le hangar et ouvrent le feu. « Allez embarquez maintenant ! Allez aux tourelles manuelles ! »
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 287
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
'cause in a sky full of stars
Revenir en haut Aller en bas
Sam 31 Mar - 22:39
récupération de ressources
plein de gens


Tu patientes quelques minutes en ouvrant l’oeil tandis qu’un message accompagné des plans de ces tunnels part à l’intention de ceux d’entre vous qui sont dehors en train de se battre. Alors que Garviel semble avoir terminé avec ça, tu te permets finalement de le lâcher du regard quelques secondes pour observer les deux soldats. La femme a rejoint son compagnon, trop tard pour être utile, mais peu importe, et tous les deux sont en train de fouiller l’endroit pour s’équiper un minimum. De ton côté, il te suffit de quelques pas seulement pour revenir au cadavre de l’homme que tu viens de tuer pour y récupérer une arme que tu gardes en main tandis que ton protégé repasse devant toi. Maintenant, il était temps de rejoindre le hangar tout proche d’après les plans … d’ailleurs, heureusement que votre petit groupe avait été plutôt discret, le hangar en question était voisin de la réserve dans laquelle vous vous trouviez et comme tout bon hangar qui se respecte … il devait être gardé.

Il ne vous faut que cinq minutes, à peine pour atteindre l’endroit. La première chose qui te vient à l’esprit … c’est simplement que ce hangar est bien moins imposant que ceux de l'Alizé. D’ailleurs celui-ci ne contient que deux vaisseaux dont l’un a presque l’air d’être littéralement bon pour la casse. Et pourtant, à ta grande surprise c’est celui la même que Garviel choisit de piloter pour quitter ce rocher … Choix étrange en apparence mais qui doit sans doute avoir du sens, pour lui du moins. L’avantage, c’est c’est que son vieux coucou est le plus proche des deux et d’ailleurs, tout ça semble convenir aux deux soldats qui déjà sont en train d'élaborer un petit plan d’attaque pour faire les choses correctement. En gros, il suffit de courir jusqu’au vaisseau, les soldats se chargeront de couvrir en cas de soucis. Le temps d’une vérification d’armes et voilà que les deux s’élancent, suivis de Garviel que tu suis évidemment de prêt. Les premiers tirs ne tardent pas et si les ennemis se mettent à riposter, étant armée, tu n’hésite pas une seconde à faire de même surtout pour garder Garviel en sécurité. Pourtant, rapidement, il vous vous mettre à couvert, tu tends le bras pour entraîner le pilote avec toi … trop tard, ce dernier venait de se jeter dans un chariot, et pile à côté d’un pirate qui aussitôt s’apprête à abattre Garviel. Évidemment, tu le prends de court. Tu tires deux coups de feu dans sa direction qui viennent le toucher en pleine poitrine. L’homme s'écroule, et tu mets alors à faire signe a ton protégé de te rejoindre mais ce dernier semble avoir autre chose en tête et il se jette à terre, non loin du corps du pirate. “-- Qu’est-ce que tu fiches ?! Viens par ici !” Exaspérée par sa prise de risque, tu fronces les sourcils, le fixant de ton regard le plus sombre tandis qu’il finit par revenir vers toi pour finalement monter rapidement a bord du vaisseau et s’installer au poste de pilotage tandis que tu prends place à côté de lui et que les soldats s’occupent des tourelles.

Les échanges de coup de feux deviennent alors plus intenses. En face, face aux puissantes tourelles les pirates perdent bien rapidement l’avantage et en moins de deux, il n’en reste plus qu’un ou deux bien planqués à couvert mais qui dans l’immédiat ne posent pas vraiment de soucis. “-- Il va leur falloir combien de temps pour arriver jusqu’ici, tu penses hein ? “ S’agirait de plus trop traîner. Manquerait plus que des renforts rappliquent maintenant ...
Made by Neon Demon
❛❛ Cobalt Cinq ❜❜
avatar
ici depuis le : 24/12/2017
Messages : 111
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

target is a target

It's not a question of can or can't. There's some things in life you just do.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 3 Avr - 15:06
Mission, récupération de ressources
Ft All




Si j'avais imaginé que le salut viendrait de ces saletés de bestioles. Le flanc brulant, meurtri par l'impact de la balle m'empêche de me défendre efficacement et je vois Hermès, en difficulté à essayer d'attaquer, se protéger, et me couvrir. Lindsay n'était plus en danger mais nous étions mal. Le premier sifflement émit nous à tous stoppés, et j'avoue avoir ressenti de la peur à ce moment là. Dans un état pareil, si les Nazgors déboulaient, ça se terminerait en plat du jour sauce Charlie. L'exploratrice perse alors les rangs ennemis pour nous rejoindre et m'attrape par le bras pour me trainer en arrière vers Lindsay. Je hoche la tête pour signifier que j'ai compris et je tirs pour couvrir notre retraite alors que les jets ennemis nos manquent de peu. On progresse à reculons, continuant à faire pleuvoir nos armes et on rejoint l'experte en explosive qui tir au plasma pour nous couvrir.
L'annonce de Garviel résonne alors dans mon casque.
"Jahel, envois les coordonnées à ton frangin, on ne pourra se replier jusqu'à eux et revenir au point de rendez-vous. Ils vont devoir se débrouiller pour nous rejoindre. Avec ce plan, ils peuvent prendre un autre itinéraire que le notre"

Eobard a reçu les mêmes données et je le vois déployer Clay alors que Sam est déjà parti en éclaireur dans un conduit sur notre gauche. Son trajet est moins direct mais on va pouvoir le bloquer derrière nous pour coincer le gros des troupes. La roche ne les retiendras pas longtemps. Peut-être juste assez pour embarquer tous ensemble. Clay déploie son artillerie et tire... sans un toucher un seul. Peu importe, ce n'est pas le but, le déluge est tellement continu qu'il permet à tout le monde de s’engouffrer dans les grottes. Une fois tous passés, j'entends la détonation qui bouche le tunnel par lequel nous venons d'entrer, au même moment où les hurlements des nazgors, arrivés sur le lieu de bataille, retentissent, arguant un mauvais quart d'heure aux troupes du syndicats.

J'allume la lampe de mon arme et les faisceaux montrent des tunnels creusés naturellement par l'eau, aux parois lisses et striées. A la vue de ce qui vit dehors, je sens l'appréhension de tout le monde quant à savoir ce qui vit dedans. La roche et ses cavités semblent pourtant inhabitées et seul le clapotis de l'eau et le froid glaçant nous accueillent. Je marche recourbé, la douleur s'accentuant à cause de la course. Je m'adosse à la paroi et arrête Hermès en l'attrapant par l'arrière de sa combinaison. "Sors ton nécessaire, si c'est pas rebouché je vais me vider". Je commence déjà à avoir du mal à focaliser mon attention sur lui. Il me colle une de ses barres de ration dans la bouche et déboucle mon armure sur l'avant. Je le vois soulever la protection ventrale et sent le baume durcir immédiatement au contact de l'air. Le "bouche-trou" comme l'appellent les soldats, à base d'argile et de composant à haute densité était vraiment efficace.
Je mâche la barre et ferme les yeux le temps qu'il clipse à nouveau mon armure et qu'il m'aide à me décoller du mur. On repart au petit trot pour rejoindre le reste du groupe. Les bruits de combats résonnent pratiquement quinze minutes avant que l'on arrive aux abords de ce qui ressemble à un hangar alors que sur cette dernière portion, les parois montraient des traces d'aménagement de l'homme. Des coursives creusées manuellement, des lumières, de véritables murs en pierre ou même en métal.

Des hommes du syndicat, en plus petit nombre qu'aux abords qui tirs sur une de leur navettes. Ce n'est pas un modèle que l'on a l'habitude de voir voler, mais si le pilote l'a choisit, alors il n'y a plus qu'a embarquer. L'arrivée de la Tallart renforcée sur les lieux, par surprise, inverse totalement la rencontre et les troupes ennemies sont forcées de se replier. Lindsay décroche plusieurs grenades en couverture et Clay adopte la même technique que plus tôt, ce qui ouvre le champ jusqu'à la navette. J'embarque avec mon binôme et cherche Jahel du regard. Je n'ai pas vu si l'oméga avait réussi à monter à bord. "Bien joué leader". Je m'approche avec difficulté de Garviel. "La suite est pour vous, on attend le reste du groupe avant de décoller, mais si ça flanche, tu devras prendre la décision de décoller ou non". Je le laisse avec ce choix impossible, content de ne pas avoir à le faire aujourd'hui et retourne à l'arrière pour pouvoir faire gagner le temps nécessaires aux explorateurs de nous rejoindre.
❛❛ Intervention ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 11/01/2017
Messages : 90
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Avr - 14:52


on va tous mourir

tout le monde les gens.



Très vite, les troupes du Syndicat se retrouvent surpris, pris au piège au milieu de la meute de Nazgors qui fond littéralement sur eux à cause de ton appel. De ton côté, tu t’arranges rapidement pour faire comprendre aux autres qu’il est temps de bouger et que clairement, rester ici n’est pas une très bonne idée. D’ailleurs, au moment où tu tires le bras de Charlie plus l’éloigner un peu des affrontements violents, la voix de Garviel résonne dans tes oreilles. Visiblement, ils ont envoyé les plans, ne reste donc plus qu’à les utilisés pour bouger d’ici et enfin quitter cette planète de malheur. Cette transmission radio aide grandement, puisque soudain, tout le monde se met enfin à bouger pour se replier vers les grottes. “Jahel, envois les coordonnées à ton frangin, on ne pourra pas se replier jusqu’à eux et revenir au point de rendez-vous. Ils vont devoir se débrouiller pour nous rejoindre. Avec ce plan, ils peuvent prendre un autre itinéraire que le nôtre.” Tu agites la tête rapidement pour signifier au soldat que tu as compris, mais tu attends d’être assez en sécurité pour contacter Nash très vite, lui ordonner de suivre les plans et d’embarquer Lycaon et Aglaé avec lui jusqu’aux hangars qui sont indiqués plus ou moins précisément. Juste après la fin de ta transmission, tu entends la détonation qui bouche le tunnel et tu souffles un coup, tandis que chacun semble reprendre un peu ses esprits et que quelques blessures sont rapidement pansées avant de reprendre la route.

L’odeur qui règne dans ces tunnels est presque insupportable pour toi … l’humidité, les champignons, l’eau croupie et la moisissure forment un cocktail très désagréable pour tes narines sensibles et tu te vois même obligée d’avancer la main sur le nez pour ne pas vomir le peu que tu as mangé aujourd’hui pendant que tu marches. Heureusement pour toi, le hangar ne tarde pas à faire son apparition, et pour le coup, toujours un peu déstabilisée par cette odeur nauséabonde, tu laisses les troupes de Tallart nettoyer l’endroit, tandis que déjà plusieurs soldats montent dans la navette. De ton côté, tu en profites pour de nouveau passer en revue les plans envoyés pour estimer à peu près d’où Nash et les autres sont censés venir et lorsque tu as trouvé, tu t’y précipites pile au moment où ton frère pointe le bout de son nez en traînant Lycaon. Tu t’approches rapidement pour l’aider à soutenir l’explorateur blessé, lui désignant très vite la navette dans laquelle vous ne tardez pas à vous engouffrer. Une fois montée, tu fais installé Lycaon dans un coin, et tu te laisses littéralement tomber à côté de lui, faisant mine d’être clairement à l’agonie. “▬ Dîtes les gars, si quelqu’un à un truc à croquer … je suis pas contre. Je sais pas pour vous, mais moi, je suis lessivée hein.”

Code by Sleepy
❛❛ Oméga ; Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 13/01/2017
Messages : 152
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
savage
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Avr - 17:49
récupérations de ressources
ft. many others
Les pirates sont obligés de rester à couvert sous le déluge de feu provenant de leur propre vaisseau. Garviel demande aux soldats de ne surtout pas lésiner sur l'énergie et les munitions. C'est maintenant qu'ils en ont le plus grand besoin, une fois dans les airs, il s'agira plutôt d'esquiver la riposte que de l'affronter. Ensuite, le reste de l'escadron Cobalt pourra escorter les rescapés à bon port. Ce qui inquiète le plus le pilote, c'est le second vaisseau, qu'ils vont devoir détruire avant de partir. Mais pour ça, ils doivent déjà empêcher tout ennemi d'y pénétrer, et ensuite diriger leurs tirs dessus, ce qui est impossible tant qu'ils sont aussi peu nombreux à bord. Fort heureusement, les pirates sont pris à revers alors que la plupart des survivants de l'Alliance, quand même un bon paquet, émerge d'un tunnel dans leur dos. L'échange de tir se fait bref, ils ne sont alors pas de taille à lutter contre autant de force de frappe et désormais en infériorité numérique. Un ou deux semblent réussir à fuir, mais cela n'est plus très important désormais. Laissant ensuite le soin à Valéria de préparer le décollage, Garviel essaie de rentrer les codes de la FEA dans le vaisseau afin de ne pas être détruit en vol par son propre escadron. De même, il cherche désespérément à émettre sur une fréquence alliée. Après un juron, il est forcé de constater que bien que tout semble fonctionner correctement, ils sont encore à portée d'un brouilleur qui est bien activé.

« Fais chier ils nous brouillent ! On pourra contacter personne avant d'avoir décollé. » Les deux pilotes s'affairent sur les consoles de la cabine de pilotage, profitant de devoir attendre le groupe de Nash pour se familiariser au maximum avec les commandes. Il ne faut pas beaucoup de temps à Garviel pour prendre en main l'appareil, lequel ressemble à de nombreux modèles qu'il a déjà piloté durant sa période de contrebandier. C'est bien pour ça qu'il avait choisit celui là et non l'autre, entre autre. Il aurait été dommage de se crasher car les deux pilotes n'auraient pas réussi a maîtriser les commandes. Le calme semble revenu, le gros des forces ennemis devant encore être en route, ils ont donc encore un peu de temps devant eux. « Tallart ? Les boucliers de l'autre chasseur sont opérationnels, on doit le détruire avant de décoller où on sera pris en chasse et sûrement abattus. » Il n'a pas besoin d'en dire plus, le lieutenant prend plusieurs soldats encore indemne et donne l'assaut sur l'autre vaisseau. Les quelques pirates s'y étant réfugiés ne font guère le poids, et Garviel note rapidement l'abaissement des boucliers du chasseur. « C'est fait ! On reviens. »

Remerciant le soldat, le pilote fait tourner toutes leurs armes vers l'autre vaisseau et ouvre le feu une fois que Tallart à l'abri. Coup de chance, c'est aussi le moment choisit par Nash pour débarquer avec ses éclopés. Jahel leur fait signe de se magner les fesses, et rapidement, la quasi totalité de leur groupe d'expédition est à l'abri dans  le vieux cargo. « Val ? Fait moi péter ce machin je te prie. » Elle ne se fait pas prier et l'autre vaisseau est rapidement mit en miette sous une pluie de tir de tourelles. En pilote désormais expérimentée, elle ne commet pas l'erreur de tirer sur les réservoirs, afin d'éviter de tout faire exploser, ils auraient pu être pris dans la déflagration. Sans compter que garder le hangars intact permettra d'avoir une zone d'atterrissage sure pour le futur assaut d'envergure de la FEA sur les lieux. Nul doute qu'elle ne tardera pas d'ailleurs, une fois qu'elle sera au courant des ressources qui dorment dans ces grottes. Faisant un rapide calcul associant le nombre de manquant à l'appel et au nombre de cadavre découvert par tout le monde, Garviel juge qu'il est inutile de rester plus longtemps, même si une ou deux personnes sont encore manquantes. Fautes de nouvelles de leur part, il est donc trop risqué de rester sur place. Il entend Jahel protester alors qu'une de ses exploratrices n'est toujours pas revenue. « Désolé JJ, on doit partir où on va tous y rester ... »

Le vaisseau décolle dans un bruit de métal qui se tord, inquiétant tout le monde, sauf le pilote, qui connaît assez ce genre d'engin pour savoir que c'est même plutôt bon signe. Ils filent à tout vitesse dans les airs, et Garviel guette avec une grande attention d'éventuelles tourelles de défenses anti aérienne. Comme prévu, plusieurs tirs fusent dans leur direction, et il doit effectuer plusieurs manœuvres délicates pour éviter d'être touché. Le temps ne s'étant toujours pas vraiment calmé, il peut rapidement aller se camoufler dans les nuages gris et denses. L'orage en revanche ne les touche pas, sans doute est-ce une question d'altitude, où météorologique. Toujours est-il que malgré la pluie et le vent fort, ils ont bel et bien un couloir sûr pour s'enfuir. Sans nul doute celui utilisé par le Syndicat pour leur trafic. Trois minutes plus tard, Garviel arrive à reprendre contact avec l'Alizé, et explique alors tout ce qu'il sait sur cette planète. Une fois la communication terminée, et après avoir salué d'un signe de main Crowe à travers les vitres de leurs vaisseau, il rassure le reste de l'équipage. « Nous sommes en sécurité, mon escadron nous escorte jusqu'à l'Alizé. Ils préparent un assaut d'envergure sur les installations ennemis. La mission est terminée. »
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 287
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
'cause in a sky full of stars
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Avr - 22:39
récupération de ressources
plein de gens


Il reste encore pas mal de pirates, planqués droit devant. Ils n’osent plus sortir de leur cachette, parce qu’ils savent bien que ça signifierait leur mort rapide, à cause des tirs des deux soldats. Pourtant, la situation tourne encore une fois à votre avantage quand le reste de vos troupes, autrement dit la Tallart et tout ceux qui vous accompagnaient précédemment font une entrée fracassante. De nouveaux tirs retentissent, quelques types du Syndicat sont abattus, tandis que d’autres parviennent à prendre la fuite, mais il est bien entendu inutile de les poursuivre. Bien vite, les soldats et explorateurs commencent à approcher puis à investir la navette, maintenant, il s’agissait tout simplement de faire décoller ce vieux machin. De ton côté, tu avoues volontiers que les commandes et instruments que tu peux voir devant toi te sont pour le moment totalement inconnus. Tu n’as jamais piloter un de ces trucs là, c’est clair. Pourtant, il faut bien que tu tentes de te familiariser avec l’engin, puisque Garviel te laisse bien vite le soin de t’occuper des réglages et des détails avant le décollage tandis qu’il s’occupe de bidouiller autre chose … Toi, tu tentes de prendre tes repères comparant ce que tu vois à ce que tu connais pour tenter de ne pas faire de bêtises. “Fais chier, ils nous brouillent ! On pourra contacter personne avant d’avoir décollé !” Encore fallait-il réussir à décoller, justement. Heureusement, tu t’en sors bien, mine de rien. Du moins tu le penses. A force d’expérience, tu parviens à faire ce que tu as à faire sans véritable soucis majeur, même s’il te faut plus de temps que sur les navettes de la FEA que tu connais maintenant par coeur. Cela dit, heureusement, tu laisses le gros du pilotage à Garviel qui semble bien vite plus à l’aise que toi avec cet appareil. Prévoyant, il demande aussi à Tallart de s’occuper de désactiver les boucliers du second vaisseau, et c’est rapidement chose faite, selon la voix du Lieutenant qui résonne dans vos oreilles.

Sous les commandes de Garviel, les armes de votre vaisseau volé pivotent alors du côté de l’autre vaisseau, et lorsque tout le monde est enfin à bord, il te demande de t’occuper de ça. Evidemment, tu prends soin d’abimer un maximum l’appareil, sans pour autant toucher les réservoirs pour ne pas provoquer une explosion plus conséquente qui pourrait endommager votre propre vaisseau. Une fois cela fait, vous pouvez enfin décoller malgré quelques protestations, surtout venues de Jahel qui visiblement a perdue l’une de ses équipières en route … Malheureusement pour elle, l’heure n’est pas venue de traîner. Ton Leader s’excuse alors auprès d’elle avant de quitter le hangar le plus rapidement possible. Toi, tu gardes un oeil sur les instruments de bord tandis que les tirs commencent à pleuvoir sur vous … heureusement, vous avez sans doute l’un des meilleurs pilotes de votre flotte et il parvient sans grand mal à tout éviter pour finalement se placer hors de portée. En quelques minutes à peine, vous êtes tous en sécurité et la voix de l’opérateur de l’Alizé résonne dans vos oreilles … cette mission était enfin terminée.

Made by Neon Demon
❛❛ Cobalt Cinq ❜❜
avatar
ici depuis le : 24/12/2017
Messages : 111
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

target is a target

It's not a question of can or can't. There's some things in life you just do.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Avr - 20:25
Mission, récupération de ressources
Ft All




Fini. C'était fini. Les pertes avaient été démesurées par rapport à la mission de base, mais minime au regard de l'accueil que nous avait préparé cette planète. La décision cornélienne avait finalement échut à Garviel et c'est le médecin des Jeager qui en avait fait les frais. Je savais parfaitement ce qu'elle traversait pour l'avoir vécu quelques heures avant. Je lui adressais un regard compatissant avant de retourner à mes propres démons. Tout le monde garderais des séquelles de ce séjour. Certains appelleront ça de l'injustice, d'autres de la malchance, d'autres encore le destin. Pour moi c'était une bavure. La FEA nous avait lancé dans le bourbier en toute ignorance, un voyage à feu nourri direction l'inconnu vu du ciel sans passer par la case départ. De quoi faire passer le goût du plein air à n'importe qui.
Au moins dans cette navette il faisait chaud. La chaleur, je l'avais fuit du mieux que je pouvais toute mon enfance, et maintenant, elle me manquait cruellement. Je me rapprochais de Lindsay et passa mon bras autour de ses épaules. Pour un grand bain, ça ressemblait plus à un mauvais bizutage. Sans une réelle motivation, c'est le genre de première mission qui vous donnait envie d'abandonner sur le champ. Je fermais les yeux, conscient que désormais, plus rien de ce que nous pourrions faire ne changerait la donne. C'était aux pilotes de jouer. La fatigue se fit ressentir lourdement au moment ou la tension se relâcha. C'était toujours comme ça, après une épreuve éreintante, lorsque tout se terminait, le corps vous rappelait cruellement le régime auquel il avait été soumis. Les mines grises qu'arboraient chacun (toujours moins grises que celle de Lycaon qui en avait bavé) montraient que tout le monde subissait le contre-coup.
Quelles que soient les ressources que nous avions récupérées, elles ne compenseraient jamais ce que nous avions perdu. Le Prométhée avait intérêt à vite se remettre d'aplomb avec tout ça. L'experte en explosif était tout juste tiède. Malgré toutes ces courses, ces combats, l'humidité extérieure et le froid glaçant des grottes nous avait tous transis jusqu'à la moelle. Je frictionnais légèrement ses épaules, les yeux toujours fermés et je sentis Hermès poser la main sur mon flanc.

"Ca va aller, t'as géré la plomberie" J'entendis un petit rire me répondre suivi de "C'est la dernière fois que je fais ta plomberie en tout cas, t'es pas mon genre". Aucun d'entre nous n'avait parlé de Talia depuis qu'on avait mit les pieds à bord. Sam avait le visage fermé personne n'avait osé l'approcher. Je me levais, abandonnant Lindsay avec un bisou sur le front et allait le rejoindre. Ne disant rien, je m'assis à côte lui et le laissa s'appuyer sur moi, épaule contre épaule.
Il n'y avait rien à dire, les mots étaient inutiles, le temps seul ferait son effet.

S'il fallait donner un nom à cette planète, j'opterais pour La Forêt Interdite... ou La Descente... tant que je n'y remettais plus jamais les pieds.

❛❛ Intervention ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 11/01/2017
Messages : 90
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Avr - 1:45
MISSION : RÉCUPÉRATION DE RESSOURCES
ft all


Une fois que nous avions rejoins les hangars, tout c'était déroulé très vite, il y avait encore eu des échanges de coups de feux, de la précipitations. Encore des vies en jeu. A bout aussi bien mentalement que physiquement je m'étais contentée de suivre, sans être vraiment moi même.  Je ne parvenais pas à revenir à la réalité, j'étais certainement encore sous le choc de tout ce qui venait de se passer en si peu de temps. J'avais encore du mal à croire que j'étais assise là, dans un vaisseau en direction de l'Alizé, encore en vie. Car ce qui c'était joué sur cette planète ce n’était pas de récupérer ces fichues ressources, mais bel et bien de survivre, et beaucoup de ce qui partirent avec nous n'en sont hélas jamais revenus.

Il faisait bon au sein du vaisseau, et après les premières minutes passées, l’adrénaline générale était redescendue, me laissant par la même occasion ressentir les nombreuses douleurs causées par les récents événement que l'instinct de survie avait jusque là mis sous silence. Le sommeil aussi, commençait cruellement à manquer, je fermais un instant les yeux, et quelques larmes de délivrances coulèrent sur mon visage. C'est alors que je sentis un bras se poser sur mes épaules. C'était celui de Charlie. Je lui souris légèrement et me laissa aller contre cette accolade amicale qui faisait tellement du bien en pareil moment. Le corps encore à moitié humide et la fatigue me donnant de plus en plus froid, je me mis à frissonner. Charlie tenta de me réchauffer comme il le put, puis s'en alla retrouver Sam, qui avait grandement besoin de réconfort.

Je me mis alors à regarder notre bande de rescapés. Tout le monde avait le visage à moitié détendu par le soulagement, à moitié tendu par le stress et la tristesse des événements récents. Nous avions perdus beaucoup durant cette mission, notamment humainement. Beaucoup venaient de perdre des amis, des êtres qui leurs étaient chers, et même lorsqu'ils n'étaient que des compagnons d'arme, une perte faisait toujours souffrir ceux qui survivaient. La souffrance et la peur, c'était quasiment devenu notre routines ces dernières heures. Et maintenant qu'étions nous devenus ? Des survivants. Des âmes en peine. Emplis de blessures et de souvenirs que même le temps avait du mal à apaiser. Pour une première mission, j'avais eu l'impression de vivre l'enfer, mais en regardant mes compagnons, je compris rapidement que celle ci n'avait rien à voir avec toutes les autres, et que même si nous étions formés et habitués à ce genre de situation, nous restions avant tout des êtres humains que la souffrance ne laissait jamais insensible bien au contraire.

Après avoir apprécié ce moment de communion, je profitais du calme solennel qui planait sur le vaisseau et m'endormis sur mon siège. Je me réveillais un peu plus tard, à moitié affalée sur Arthur. Il me sourit en me voyant ouvrir les yeux et me lança : « Alors la belle au bois dormant, on a fini de roupiller ? » Confuse d'avoir autant pris mes aises dans mon sommeil, je me mis à rougir et avant que je n'ai à répondre quoi que ce soit, Hermès me sauva la mise en faisant remarquer à tout le monde que les astronefs de l'Alizé venaient d'arriver et encadraient notre vaisseau.  

Leur arrivée signifiait que nous étions bientôt arrivés à destination. Je revais de retrouver l'agitation routinière du vaisseau, les chamailleries au refectoire, les discussions dans la salle de repos voir même les entrainements et les rondes. Pourtant, si tout ce quotidien semblait si proche et abordable, je savais qu'il allait à tous nous falloir du temps pour nous réhabituer à cette vie là, aussi bien mentalement que physiquement. En parlant de ça, il allait certainement falloir passer par la case infirmerie avant de penser faire quoi que ce soit. Vu notre état, ils ne nous laisseront pas en paix sans s'être assuré de notre état de santé.  Et puis il faudrait aussi que l'on fasse le rapport de mission bien évidemment. Enfin, c'etait ce que j'avais lu dans le règlement en rentrant au sein de la Tallart. Mais pour cette dernière, etant donnée les circonstances, je pense que les délais accordés devraient être rallongé afin de nous laisser à tous le temps de nous reposer.  Mais l'heure n'était pas aux démarches et à la paperasse.

En effet, tout le monde commençait à s'agiter dans le vaisseau, réunissant le peu d'affaires qu'il nous restait, nous nous préparions pour le débarquement. Quelques minutes auparavant, nous avions pu distinguer à travers les hublots l'Alizé, et Eobard avait fait résonner l'ordre de se tenir prêt. Enfin. Le retour à la sécurité. Voir même le retour à la maison. Au bercail. Au refuge. Sur le tas de ferraille. Chacun appelait ça comme il le souhaitait, et pourtant à ce moment là, ils signifiaient tous la même chose, le retour à une relative paix mais surtout la véritable fin de cette foutue mission.
❛❛ Ingénieur en explosif ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 04/01/2018
Messages : 40
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
》Pioneer's Legacy. :: × missions × :: ↪ Planètes-