AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nouvelle Tête - Ft Lindsay Tétraaz

 :: × LA FLOTTE × :: ↪ L'Alize :: Hangars
Mer 24 Jan - 18:38
Nouvelle tête
Lindsay Tetraaz et Charlie Turner






"Cha', aujourd'hui tu devras t'occuper d'accueillir notre nouvelle tête, Arès a convoqué plusieurs chefs d'escouade pour préparer la prochaine expédition. On m'a dit que la petite arrivait avec un des cargos de dix heures". J'hoche la tête. Eobard était le seul qui pouvait actuellement m'appeler ainsi. Enfin Hermès se le permettait aussi quand j'avais le dos tourné, ou pour lancer une petite bagarre quand il s'emmerdait. Je regarde ma montre, 8 heures et demi, suffisant pour se faire réunir l'escouade en salle de repos avant que le nouveau membre n'arrive. "Oh fait gamin, lis un peu son dossier avant". Il me laisse sur ses paroles, je fronce les sourcils en ouvrant la pochette qu'il m'a tendu avant de partir.

Ashima VI. Je comprends mieux, une orpheline. Vingt ans, une bidouilleuse hors pair passionnée de près ou de loin par tout ce qui chimiquement n'est pas compatible et finit par faire boum. Amnésie post-traumatique. Plus le dossier s'allonge, plus je me demande pourquoi Eobard a choisit une newbie au passé troublé au lieu d'un bon vétéran. En ingénierie, on a pas le droit à l'erreur. Mais s'il y a bien une chose que j'ai apprise sur mes trois années ici, c'est à ne jamais douter de Tallart. Cette fille avait quelque chose, et je mettrais ce qu'il faut en place pour qu'elle exprime son potentiel au sein de l'unité.

Je me rends sur les quais, six minutes avant l'arrivée du cargo. Il y avait souvent du retard quand il s'agissait d'être réapprovisionnés, à croire que plus le temps augmentait plus la denrée devenait chère, mais en ce qui concernait le transport des recrues, ils étaient toujours à l'heure. En même temps, la FEA ne pouvait se payer le luxe de laisser des recrues trop longtemps sans véritable escorte avec tous les pirates qui traînaient dans le coin.
J'adresse quelques saluts machinaux, d'autres protocolaires quand des supérieurs passent et reste droit, planté comme un I. Je ne suis pas le seul à attendre de nouvelles têtes, il y a deux omégas non loin, accoudés, ou en train de souffler même. Y a pas à dire, l'exploration manquait parfois de professionnalisme... De loin, j'aperçois une partie de la Cobalt qui se prépare à prendre son envol. Probablement une session d'entraînement, on les disait performant à ce jeu là, et je n'en doutais pas quand on voyait le sérieux avec lequel ils arrivaient à se mettre dans leur bulle avant de décoller.

Le cargo arrive enfin et je m'apprête à accueillir le soldat Tétraaz. Elle ne sait pas à quoi je ressemble, nous sommes plusieurs à nous être approchés pour prendre en charge les différents arrivants, mais moi je sais à quoi m'attendre grâce au dossier. Aussi, je guette le minois souriant de la rouquine. Je laisse un peu les autres prendre le gros du chargement pour avoir un peu plus d'espace et m'approche de ma nouvelle coéquipière.

"Soldat Tétraaz, bienvenue sur l'Alizée. Je me nomme Charlie Turner, groupe d'intervention rapprochée de la Tallart". Je la salue, peut-être un peu protocolaire, mais autant qu'elle sache tout de suite qu'Eobard tient beaucoup à ce qu'on en fasse pas de fausses notes à ce niveau là. Il est assez vieux jeu là-dessus des fois.
"J'espère que ton voyage c'est bien passé". Autant la tutoyer tout de suite, déjà parce qu'elle était beaucoup plus jeune et débutante à la FEA, et surtout, parce que je ne me voyais pas donner du vous à quelqu'un d'aussi spontané. Rien que la façon qu'elle avait de regarder partout, avec ce sourire qui semblait indélébile la rendait tout de suite sympathique. En voilà une au moins qui ne se ferait pas beaucoup d'ennemis à bord.

"Suis-moi, je vais te présenter à l'équipe, tu peux laisser tes affaires à la consignes, je vais demander à ce qu'elles te soient directement rendues aux dortoirs." J'incline le buste envers les derniers toujours présents et emmène la jeune femme parmi le dédale qui compose l'Alizé.


Revenir en haut Aller en bas
Charlie Turner
❛❛ Intervention ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 11/01/2017
Messages : 144
Sam 27 Jan - 21:18
Nouvelle Tête
Lindsay Tétraaz & Charlie Turner


Lorsque l'on m'avait contacté pour m'informer que j'allais rejoindre l'escouade Tallart au sein de l'Alizé, j'avais d'abord cru à une blague, leur réputation de soldats fiables et admirables n'était plus à faire et jamais je n'avais pensé pouvoir les rejoindre un jour. Mais leur chef m'avait réquisitionné pour un poste bien particulier qui m'allait comme un gant : ingénieur en explosif. Si j'étais loin d'être un soldat aussi aguerri que la plupart des membres de leur équipe, les explosifs n'avaient aucun secrets pour moi. J'avais ainsi embarqué dans un cargo, plus prête et excitée que jamais à l'idée de les rejoindre et à me rendre utile. Tandis que je commençais à tourner en rond, nous étions enfin arrivé à destination. Les portes s'ouvrirent. L'activité à l’extérieur était dense, ballet immense d'hommes et de machines circulant sans cesse. D'abord émerveillée par ce spectacle, je me mis à chercher du regard celui ou celle qui m'attendais sans doute sur les quais. Je ne connaissais pas son visage mais quelqu'un qui attend ça se remarque. C'est alors qu'une personne vint à ma rencontre.
« Soldat Tétraaz, bienvenue sur l'Alizé. Je me nomme Charlie Turner, groupe d'intervention rapprochée de la Tallart".  D'abord surprise, je lui souris puis le saluais en retour. Je m'attendais à quelqu'un de moins... sympathique. Il m’entraîna alors dans la multitude de couloir présents dans l'Alizé, me nommant et m'expliquant brièvement la fonction des salles que l'on croisait. Même si après la troisième salle j'avais déjà oublié où se situait la première, je le remerciais pour ses explications. J'avais une tonne de questions en tête, que cela soit sur le fonctionnement de notre escouade, sur les missions, sur le règlement, si j'allais avoir une salle pour bidouiller ou fabriquer des bombes.. je les gardais pour moi, attendant le bon moment pour les poser.

Je me laissais juste guider dans ce labyrinthe jusqu'à la salle de repos, où mon guide me présenta rapidement à l'équipe. Sam et Talia éclaireurs, Cassie l'expert com', et les autres Clay, Hermès, Arthur et Nael. Ils me saluèrent tous à leur manière, j'y répondis quelque peu maladroitement mais avec un large sourire. C'est alors que Tallart arriva dans la pièce.
« Content de voir que vous ayez tous pu faire la connaissance de notre nouvelle recrue chargée de l’ingénierie explosive. J'attends de vous tous de la bonne volonté, il faut qu'elle s'intègre le plus rapidement possible à l'équipe, vous le savez la cohésion est primordiale, sur le terrain ça peut vous sauver la vie. En attendant Charlie, tu seras son référent, je compte sur toi. Et Arthur tu t'occuperas de son entrainement, je ne veux personne à la ramasse dans mon équipe sur ce point là, alors tu y veilleras. Lindsay, bienvenue parmi nous, je te convoquerais plus tard, j'ai à te parler, jusque là, familiarise toi avec l'équipe et le vaisseau. Sam, Cassie, Clay, j'ai besoin de vous, suivez moi ». Et il s'éclipsa suivi des soldats qu'il avait désigné.

Tandis que je m'excusais devant Charlie qu'il ait à jouer les babysitter, Arthur s'avança et me donna rendez vous pour m’entraîner après le dîner. Ça tombais bien, j'avais grandement envie de me défouler. Il n'était que 11h à peine. Alors mon référent m'accompagna jusqu'à ce qui allait être mon dortoir. Mes affaires avaient été posées devant la porte. Je les récupérais et les déposaient devant le lit le plus proche. La chambre en disposait de 4, dont 2 étaient déjà occupés par des membres de l'escouade, mais je ne savais pas encore lesquels.
« Je te laisse t'installer tranquillement, tu as surement envie de te poser. Je reviendrais te chercher pour te conduire jusqu'à la salle d'entrainement. N'hésite pas au besoin, je suis là pour ça ». Alors qu'il refermait la porte, j'entamais une petite danse de la joie, ne croyant toujours pas à tout ça. Lorsqu'il rouvrit la porte. Et merde. Ne sachant comment réagir il se figea quelques secondes déconcerté ,tandis que je lui lançais un sourire gênée. Il fini par sortir de ses pensées et me dire «  J'avais oublié de te dire que si tu veux prendre une douche, elles sont en face ». Je le remerciais puis il s'en alla à nouveau.
Fiouf... Je glissais mes écouteurs dans mes oreilles, me lança une bonne petite musique et installa les quelques affaires dont je disposais. Je savais que j'allais devoir faire mes preuves à l'entrainement cet aprem, je ne craignais pas vraiment le combat rapproché étant pas mal entraînée de ce point de vue là, j'avais même hâte d'en découdre avec le dénommé Arthur, mais concernant le tir, je n'étais pas vraiment une tireuse d'élite. Je ferais de mon mieux, et puis je suis ingénieure en explosifs après tout, pas sniper. Je partis prendre une douche en pensant à ce qui allait suivre, à mes nouveaux coéquipiers et à qu'est ce qu'on allait bien pouvoir manger, des frites peut être?

~~You could beat the world, You could beat the war
You can beat the clock, You can break rocks
Don't wait for luck, Dedicate yourself
And the world's gonna know your name
Cause you burn with the brightest flame ~~


Revenir en haut Aller en bas
Lindsay Tétraaz
❛❛ Ingénieur en explosif ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 04/01/2018
Messages : 72
Lun 5 Fév - 17:32
Nouvelle tête
Lindsay Tetraaz et Charlie Turner






Linday absorbe tout comme une éponge, elle écoute avec attention, n'hésites pas à poser des questions, et elle a vraiment l'air heureuse d'être ici, ce qui n'était pas le cas de tous au départ. Quand je repense aux premières semaines d'Arthur, et au mal qu'il nous avait donné. Arrivés aux dortoirs, je lui montre son lit et lui explique le fonctionnement de son armurerie et les occasions auxquelles elle est autorisée au port d'arme. Elle fait la moue quand je lui souligne que les explosifs ne sont pas autorisés sur le vaisseau. "Tous tes temps libres sont signifiés sur le planning que tu trouves au dos de la porte et dans ton note-pad personnel, pour le reste des infos dortoirs/commodités, tu peux voir avec Cassie, Eobard n'autorise pas les dortoirs mixtes, le notre et juste à côté si tu as d'autres questions." Je la salue et ferme la porte. Et voilà, une bonne chose de fait. C'était mon premier recrutement, je ne sais pas comment Eobard gère tout ça, c'est vraiment galère de guider quelqu'un sur des trucs aussi banal que "ici, tu prends ta douche". Merde. La douche, j'ai complètement zappé de lui dire, surtout qu'elle devra se changer pour l’entrainement. Je rouvre la porte et tombe sur le soldat en train de danser. Elle met juste assez de temps à s’apercevoir que je suis là pour que je puisse noter qu'elle danse bien, et qu'elle me donne envie de rire. Je reste neutre, fidèle à la mission que m'a donnée le chef, et lui donne l'info des douches. Voilà qui allait promettre.

Au détour du couloir pour rejoindre Hermès avec lequel j'avais prévu de prendre une bière, je vois ce pilote de la cobalt sur qui pas mal de monde avait parlé lors d'un raid qui avait mal tourné. Mince, j'arrivais pas à mettre un prénom sur son visage, pourtant je l'avais déjà croisé plusieurs fois. Il semblait agité et parlait avec une femme. En général, je n'étais pas du genre voyeur mais son attitude ne me plaisait pas, il était nerveux, vouté en direction de la fille, parlait vite et bas comme s'il ne voulait pas être entendu et il accompagnait sa tirade de grands gestes. La femme était sur la défensive et je pu juste capter un "laisse moi tranquille, tes combines je les connais, ça me concerne plus! " Sur quoi il lui attrape le bras avec violence "personne ne raccroche comme ça, tu le sais" . Je m'approche de lui et m'interpose, la main sur mon arme de service. Une chance finalement d'avoir été missionné par le patron. "Monsieur, je vous demanderais de vous écarter d'elle". Il se retourne vers moi en furie mais lorsqu'il me voit, en attente, prêt à sortir l'arme du holster, il se radoucit subitement, presque mielleux. Décidément, il ne me plaisait pas. Il lève ses mains en signe d'apaisement et part avec un dernier regard envers la femme. Cette dernière m'adresse un merci rapide et tourne les talons rapidement. C'était pas clair. Je n'aimais pas les choses troubles. Je me renseignerais sur son compte auprès de Garviel avant d'aller voir Swann.

Hermès est accoudé au bar et à déjà commandé. "Tiens, ton tort-boyau!" Enfin une pose bien méritée. Le soldat Léopold était comme un frère, binôme de mission, la plupart de nos temps libres, on les passaient ensembles et on ne s'était jamais prit la tête sur quoi que ce soit. C'était un soldat solide qui m'avait déjà sauvé la mise plusieurs fois. "Elle donne quoi la newbie?".
"A vrai dire je ne sais pas trop encore. Mais si Eobard juge qu'elle est de taille, alors elle l'est. Arthur l'entraine tout à l'heure, viens avec nous, ça risque d'être marrant"
. Il fait la moue. "Mouais, Eobard trouve que je suis de taille aussi, et il est pas foutu de voir qu'il embauche un camé depuis des années qui lutte pour rester en vie..." Je le regarde avec sévérité. Il sait que je n'aime pas qu'il parle de ça quand il y a du monde autour. "Le boss n'en saura rien tant que tu continueras à t'appuyer sur moi. Bref (je vide mon verre d'une traite) j'ai peu de temps, oubli ça et pointe toi dans une demi heure à la salle".

Je repas en direction des dortoirs et toque à la porte. C'est Cassie qui m'ouvre. "Oh Charlie, toujours à l'heure" Elle me plaque un bisou bruyant sur la joue et je me recule, elle sait que j'aime pas ça, les marques d'affections et moi ça fait douze. (Tiens, ça me fait penser à une licence de films qui pourrait refaire des opus jusqu'au volume douze...) "Soldat Tétraaz, en route, votre instructeur vous attends". La rouquine me suit le long des couloirs, j'en profite au passage pour lui décrire les différentes salles que l'on croise en chemin. Arrivés au dojo, je vois Arthur déjà prêt. Il porte son short et le t-shirt de son groupe SpaceArmy et leurs screams imbuvables. Hermès arrive juste après nous, un verre à la main. "Hé la rouquine, plie le nous!" Arthur lâche un petit sourire. J'espère surtout qu'il va y aller molo. Tallart ne l'a pas choisit pour rien, c'est un lutteur de première. Bon courage petite.


_________________
L'enfer est pavé de bonnes intentions
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Turner
❛❛ Intervention ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 11/01/2017
Messages : 144
Mar 6 Fév - 21:02
Nouvelle Tête
Lindsay, Charlie (+ Arthur)



Il n'y avait rien de mieux qu'une bonne douche pour se rebooster. Je me redirigeais dans la chambre, toujours vide et m'allongea dans mon lit. Le repos avant le combat. Mais j'étais tellement excitée à l'idée d'être ici que je n'arrivais pas à me détendre. J'ouvris alors une petite boite contenant mon fidèle compagnon : Tsuyo.
Tandis que je lui grattais la tête, le petit robot se reveilla. Il afficha son grand sourire habituel en me voyant et me repondit « Hey ! Besoin de moi Lind ?  
Pour me tenir compagnie oui, on est enfin arrivé sur l'Alizé et j'ai une séance d'entrainement qui arrive dans pas longtemps, je suis excitée, ou je stress je ne sais pas trop. Tout est tellement... différent ici.
C'est un grand changement c'est vrai. Mais tu vas y arriver, comme toujours ! Un peu de musique ?
Hmm pourquoi pas, mets moi quelque chose qui va me détendre Tsuyo. »
Le petit robot diffusa alors un son apaisant que je me mis à chantonner. Lorsque Cassie l'expert com' entra dans la chambre. Tsuyo passa en mode enceinte incognito.
« Salut ! Je ne pensais pas te trouver ici, mais après tout du doit avoir besoin de repos. Si tu as besoin de quoi que se soit, n'hésite pas à me demander » Elle me gratifia un sourire.
«  Merci, ça va, Charlie est assez disponible et me donne pas mal de renseignements. Je ne retiendrais certainement pas tout de suite, mais je suis contente d'être ici »

C'est alors que quelqu'un toqua à la porte. En parlant du loup...

Je souris intriguée en voyant Charlie reculer lorsque Cassie le salua un peu trop familiairement. Curieux et amusant. Je suivi alors mon instructeur, qui m'abreuva à nouveau d'informations, mais cette fois ci je n'écoutais pas vraiment, j'étais concentrée sur ce qui allait suivre.
Arrivée enfin au dojo, la salle n'était pas vide. J'aurais dû m'y attendre, le premier entrainement de la jeune recrue, ça ne se faisait pas sans spectateurs.
« Hé la rouquine, plie le nous!" » J'y comptais bien. Avant de m'avancer vers mon adversaire je l'étudiais rapidement, sûrement un combattant avisée et bien entrainé, silhouette musclée. J'allais devoir faire mes preuves. Je montais sur les tatamis.
« Bienvenue, les règles sont simples : pas d'armes, celui qui sort de la zone couverte de tatamis ou celui qui reste au sol plus de 5sec bloqué perd. Toutes les zones du corps sont permises, sauf le visage. On restera là dessus pour aujourd'hui »
J'hochais de la tête prête à en découdre. Je sentais les yeux d'Hermès et de Charlie posés sur moi.
Arthur semblait attendre que je prenne l'initiative. Ce que je fis, méfiante. Plusieurs rounds se déroulèrent sans grands intérêts, je parais et esquivais ses assauts et il faisait de même.
Lorsqu'on entendit Hermès gueuler «  Bon vous allez vous battre ou merde? Je suis pas venu regarder un entrainement pour enfant »
Arthur se décida à augmenter le niveau. Mais il ne se donnait pas à fond. Il ne me prenait pas au sérieux. Je ne parais et n'esquivait alors rien. M'effondrant au sol. Ce qui me valu un soupir  désaprobateur d'Hermès. Arthur m'aida à me relever : «  Pourquoi tu t'es laissée faire ? 
je me battrais réellement quand tu décidras de le faire aussi !
Si je fais ça je ne garantis pas l'état dans lequel tu finiras
Je veux un combat,  défaite si plus de 5 secondes immobilisé par terre, ou par abandon, 5 rounds.
Il sembla hésiter un moment, je ne cessais de le fixer, déterminée
Bien, mais faudra pas venir pleurer après »

Les choses sérieuses commencèrent. Hermès qui était en train de partir, revint intrigué par la tournure des évènements.
Il engagea le premier, j'évitais ses coups mais de peu, il commençait enfin vraiment à se battre. Je restais sur la défensive et paraît pendant quelques minutes jusqu'à ce qu'il trouve une ouverture et me décoche un coup de poing dans la côte droite. J'encaissais le choc. Et en profitais pour contre attaquer aussitôt. Je reussi à le surprendre et à lui donner un coup de pied dans le ventre. Le round était serré, nous nous pretions de plus en plus au jeu, et chacun recevait son lot de coup. C'est alors que j'aperçus une occasion en or, je me baissais pour esquiver l'un de ses coups et j'enchainais en percutant sa cheville droite. Cela le déséquilibra un court instant. Suffisant pour que je le fasse basculer sur le sol, tout en le blocant. Premier round gagné.
Je l'aidais à le relever : «  Je ne suis pas certaine de sortir en pleurant, allé round suivant »
Le round suivant, c'est Arthur plus déterminé que j'amais qui le remporta, j'en sortais un peu amochée, mais je sentais l'adrenaline envahir de plus en plus mon corps. Je remportais le troisième round et lui le quatrième. La salle d'entrainement c'était remplie avec de nouvelles têtes au fur et à mesure du combat, qui s'était sacrément intensifié. J'avais mal partout, il devait avoir également quelques douleurs. Son regard était devenu plus profond, concentré, c'était le regard du combattant, celui qui venait lorsque la fièvre de l'affrontement nous envahissait, ça lui donnait un air très attirant.
Dernier round.  
J'essuyais la sueur sur mon front, bien décidée à ne pas me laisser faire. Il décocha une série de coups sur mon corps déjà meurtri. Je parais et me protegeais tant bien que mal, il me fit chuter, mais je me relevais aussitôt en lui assenant un direct du droit dans le plexus solaire, avant de lui plaquer mon genou dans son estomac. Il me fit à nouveau chuter en retournant mon élan contre moi même. Me voilà à nouveau au sol. Je n'eus pas le temps de me relever qu'il était sur moi, je me dégageais avec peine de sa prise, et le bloqua à mon tour. Les gens autour de nous étaient de plus en plus agités.
Après quelques minutes à se mettre mutuellement en difficulté, il me plaqua au sol. Les 5 secondes étaient passées, j'avais perdu. Mais il ne me lachait pas. Il me fixait. L'air songeur. Lorsque Charlie intervient  « Tu peux la laisser maintenant, bien joué Arthur », il m'aida alors à me relever.

L'excitation partie, j'étais épuisée, je transpirais, et j'étais certaine d'avoir une quantité de bleus sur le corps. J'avais perdu. Cette idée m'agaçait un peu, mais Arthur était vraiment doué, je le reconnaissais. Mais au moins, il savait à présent qu'il ne fallait pas me considérer comme une débutante.
Je me dirigeais vers les douches, me déshabilla et fis couler l'eau chaude qui calma peu à peu les douleurs que je ressentais.
Tandis que je sortais, je croisais Arthur encore sale de sueur. « Hey ! Tu t'es bien défendue aujourd'hui, si tu veux on peut s'entrainer à nouveau demain ? 
Avec joie »
J'allais pas rater une occasion pareille. Mon ventre se mit à gargouiller lorsque je vis Charlie au fond du couloir. L'entrainement m'avait affamée et j’espérais pouvoir enfin manger. Mon souhait se réalisa lorsque j'entendis mon référent prononcer ces mots salvateurs «  Allons manger, tu l'as bien mérité ».
Revenir en haut Aller en bas
Lindsay Tétraaz
❛❛ Ingénieur en explosif ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 04/01/2018
Messages : 72
Jeu 8 Fév - 11:47
Nouvelle tête
Lindsay Tetraaz et Charlie Turner






Contre toute attente, la newbie est une véritable castagneuse. Arthur a le dessus. Dans un combat réel ou sa vie serait en jeu, Lindsay serait déjà aussi aplatie que le tatami. Mais tout de même, elle a du cran, et elle se défend bien. Et voilà, le duel se termine, sans surprise, c'est le soldat qui l'emporte. Pourtant, on dirait presque qu'il souhaite que ça continue. Elle est coincée sous lui et il l'a regarde avec une telle intensité que j'en rougirais presque de regarder ça. Hmm oui, allez hein. « Tu peux la laisser maintenant, bien joué Arthur ». J'indique les douches du dojo au fond, du doigt à Lindsay. Pendant que la jeune femme partait, je vois Hermès s'approcher de son homologue avec un grand sourire. Arthur pointe l'index sur lui avant qu'il ne puisse ouvrir la bouche. "Avant même que la plus petite, misérable, fugace, et déplacée, idée te vienne à l'esprit, tient ta langue, ou je te met au tapis pareil". Je souris et échange un regard amusé avec mon binôme. "Tu as dit quelque chose? Je n'ai rien entendu moi". Il nous lâche un regard noir, ce qui accentue le désir d'Hermès de le titiller. Je prends les devants pour ne pas enfoncer plus loin notre équipier qui doit avoir les pensées déjà bien chamboulées.
"En attendant, c'était un bon duel (et si c'est bon, c'est bonduel :ealw: ). Elle n'a pas ta masse et certains aliens sont vraiment des poids lourds, elle a tout donné, mais je pense que tu devrais axer son entrainement sur les déviations/esquives/contre." Arthur hoche la tête en réfléchissant. "Probablement, elle a de la force, mais si je combine ça avec l'enseignement des points faibles, elle pourra terminer ses rencontres rapidement en deux ou trois coups bien placés". Je le salue, bras contre bras, et part me poser sur une des caisses à équipement, attendant que le soldat Tétraaz finisse sa douche. Hermès me rejoint et on discute. Il m'apprend qu'il ne pourra pas venir patrouiller ce soir. Je sais pourquoi, et je lui assure que je le couvrirai. C'était déjà arrivé, que je croise Eobard seul alors que mon binôme devait être à mes côtés. Mais heureusement à la FEA j'étais devenu un menteur hors pair. Une fois il avait du changer d'équipement, une autre fois il était intervenu et avait emmené deux civils au poste. J'avais même prétexté l'envie urgente. Il me remercie en m'ébouriffant le crâne et je lui répond par un petit direct dans l'épaule.

Au bout de la salle, Lindsay se pointe, les cheveux encore un peu ondulés par l'effet de l'eau. « Allons manger, tu l'as bien mérité ». Elle à l'air ravie. Sa dépense énergétique lors du combat a été plutôt énorme, il faut avouer. J'arrive au self et lui explique les règles de base du rationnement, une entrée, un plat, un dessert et un laitage, ni plus ni moins. A ce moment là, je vois Jeager passer avec un plateau sur lequel une pyramide de bouffe tanguait dangereusement. Crédibilité zéro sur mon rationnement. On prend un siège à la table proche d’un distributeur à boissons. Elle est plutôt grande et c’est là que mange la Tallart en général. Nael, Clay, Sam et Talia sont déjà attablés.  Potable aujourd’hui ? » . Nael hausse les épaules. Pour lui tout se mange, le goût c’est facultatif tant qu’on lui fout la paix pendant la digestion.
« Alors, d’où tu viens Lindsay, dis nous tout ? » Talia se penche curieuse, un morceau de pain à la main. J’ai lui le dossier du soldat Tétraaz bien sûr, mais il ne m’apprend pas le ressenti de la jeune femme par rapport à son passé. Je pose mon plateau, retire la chaise à Lindsay pour qu’elle puisse s’asseoir et commence à attaquer mon entrée de poisson, une oreille attentive à ce que l’expert en explosive à a nous apprendre. Sam a reposé ses couverts prêt à prendre le dessert et fixe sa nouvelle collègue, l’air intrigué.



_________________
L'enfer est pavé de bonnes intentions
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Turner
❛❛ Intervention ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 11/01/2017
Messages : 144
Lun 19 Fév - 13:43
Nouvelle tête
Lindsay Tétraaz et Charlie Turner


« Alors, d’où tu viens Lindsay, dis nous tout ? »  La question m'avait d'un coup sonnée. Fallait il vraiment que je leur raconte tout ? En particulier ce qui ne figurait certainement pas sur le dossier qu'ils avaient sans doute tous déjà lu ? Amnésique des dix premières années de ma vie. Famille décédée. Mais ça ils le savaient déjà.
Tout ce que je savais de mon enfance provenais de ce qu'Harold avait pu me dire. Ce très cher Harold, toujours plein de vie et aux petits soins avec moi. Et pourtant, je  n'avais jamais eu d'autre choix que de le croire. D'où est ce que je venais ? D'Ashima VI. Ça j'en étais certaine, puisque je m'en souvenais. Mais c'était bien la seule chose dont je pouvais être certaine. Même mon nom c'est lui qui me l'avait donné. Il avait été comme un père pour moi, et pourtant, je n'avais jamais pu m'empêcher de m'interroger. Pourquoi m'avait il recueillie ? M'avait il vraiment sauvée ? Me cachait il des choses qui pourrait inverser ma vision des choses ? Mais cela resterai certainement à jamais sans réponses puisqu'il faisait parti des étoiles à présent.

Ce qui n'apparaissait en revanche pas dans le dossier, c'est la période qui suivait sa mort, et qui précédait mon entrainement. Avant de vendre son vaisseau, j'avais travaillée comme tueuse à gage. Pendant 1 an, on m'avait embauchée pour tuer des personnes gênantes en échange de rémunération. Evidemment, il fallait faire passer leur mort pour une mort accidentelle. Concours de circonstances souvent bien malheureuses : balle perdue, problèmes mécaniques en tout genre, explosion d'une matière instable. Mais parfois la seule solution restait une exécution discrète et rapide.  Je gagnais bien ma vie, je profitais de tout ce qu'elle avait à m'offrir. Et tant que j'avais des missions, je ne ressentais pas ce vide en moi, celui du doute et des interrogations. L'adrenaline, j'en avais besoin, je ne pouvais pas vivre sans.  

Pourtant, du jour au lendemain, tout c'était arrêté. Je m'étais fait attrapée par Matt Frayden. Mais je n'étais pas prête à croupir en prison, et il ne le souhaitait pas non plus. Frayden était le directeur d'un centre de formation pour soldats qui fournissait principalement les armées de la FEA. En échange de mon vaisseau, il m'avait « proposée » bien que de manière un peu forcée, de participer à la formation en vue d'un avenir un peu plus glorieux. J'étais alors contrainte de suivre cet entrainement. Après un mois, Frayden était venu me parler d'un aménagement spécial pour améliorer d'avantage mes capacités.  En parallèle de l'entrainement basique de tout soldat, j'avais donc eu le droit à un labo et à tout le matériel nécessaire pour un entrainement en explosif digne de ce nom, en plus de quelques bricoles mécaniques.  Après plusieurs mois, j'étais un soldat certifié et remplissait diverses missions pour Frayden. Jusqu'au jour où je reçu ma convocation pour intégrer l'Alizé. J'étais tellement heureuse ce jour là, l'action allait à nouveau faire partie de ma vie, j'allais enfin pouvoir me défouler. Frayden avait caché mon passé de tueuse à gage, afin de m'éviter des soupçons quand à ma loyauté. En échange, évidemment, je lui étais redevable.

D'où je venais ? J'en savais pas grand chose au final. Peut être le découvrirais je un jour. Où j'allais ? J'étais pas plus éclairée là dessus non plus. Ce que je voulais maintenant ? Me battre, frissonner, rire, vivre et me laisser porter histoire de voir où ça me mène.

Après leur avoir tout déballée d'une traite les yeux dans le vague, je repris mes esprits, leur souriait et parti sans même avoir touché à mon assiette. Je n'avais pas l'habitude qu'on me pose ce genre de question, c'était typiquement les interrogations que je ne me posais moi même pas. J'avais besoin d'être seule. Je marchais indifférement dans le vaisseau bifurcant sans même réfléchir tantôt à droite, tantôt à gauche. Jusqu'à atterir dans une salle quasiment déserte à cette heure ci. Je me dirigeais alors vers le hublot, regardant à travers. L'immensité de l'univers était aussi fascinante que terrifiante. Je m'assis face à ce spectacle, profitant du silence. Ne pouvant me détendre, je sortis un papier de ma poche. Une lettre adressée à Harold, vieille de plus de 10ans, que j'avais du mal appréhender. Non, ce n'était pas le moment pour la relire. Je rangeais le document et poussais un long soupir. Lorsque j'entendis des pas derrière moi.
Revenir en haut Aller en bas
Lindsay Tétraaz
❛❛ Ingénieur en explosif ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 04/01/2018
Messages : 72
Mer 21 Fév - 11:21
Nouvelle tête
Lindsay Tetraaz et Charlie Turner






Alors que la jeune femme se lève, on échange tous un regard un peu indécis. La question de routine qui pouvait permettre d’ouvrir la discussion sur un sujet que nous connaissions tous pour avoir lu son dossier et lui montrer que nous nous intéressions à elle, et ben perdu. En plus d’être une mécano un peu déboussolée par un passé fait plus de bas que de haut, la petite avait déjà pris son quota de vie avant même d’entrer dans l’armée. On était visiblement plus d’uns à cacher des trucs dans cette équipe. Encore que je demeure persuadé qu’Eobard en sait plus qu’il ne veut bien l’admettre sur chacun d’entre nous.
La rouquine se lève et part avec un sourire. Un sourire en toute circonstance. Je commence à me demander si en plus de son naturel, il n’agissait pas comme une carapace. C’est vrai, quelqu’un qui sourit tout le temps, on ne perd pas son temps à lui demander si quelque chose ne va pas. Note à moi-même, essayer le coup du sourire des fois, si ça peut foutre la paix. Sur ma tête ça doit plus faire peur qu’autre chose ceci dit. Le plateau devant moi est à peine entamé, celui de Lindsay est carrément plein. Je ne me fais pas de soucis, avec les ventres attablés et l’exploratrice dans le coin, il ne restera rien. J’attrape les fruits quand même, elle doit être affamée. Je me lève à mon tour, toujours décidé à jouer pleinement mon rôle de guide. Elle n’est pas bien loin, je demande mon chemin aux passants et m’arrête finalement devant la porte d’une salle de pause. Je ne suis pas fait pour réconforter les gens, et bien moins doué encore quand je ne les connais pas.
J’inspire et entre. C’est paisible, il n’y a qu’elle, accoudée au hublot. Quelques livres jonchent une table devant un petit sofa. Une machine à boisson fait un petit bruit de frigo qui a besoin d’être remplacé (je mets au défi quiconque lira ceci d’essayer d’imiter le bruit d’un frigo qui a besoin d’être remplacé). Je me ne sens presque pas à ma place de venir l’interrompre dans ses pensées. J’avance et m’éclairci la gorge pour signaler ma présence.
« Tiens, je me suis dit qu’après ton combat de tout à l’heure tu devais quand même avoir faim ». Je lui tends une pomme et croque dans la mienne. On reste un petit moment à manger, les yeux perdus dans le vide. Je décide d’aborder le sujet directement. Après tout, elle savait bien que je ne l’avais pas rejoint et abandonné ma nourriture pour grailler une pomme.
« J’ai une théorie. Je crois qu’Eobard nous a tous choisis parce qu’on a des valises longues comme le bras derrière nous. Quelque chose à oublier, à prouver ou à rattraper. Bien sûr, tu le gardes pour toi, j’ai pas envie qu’il se mette en tête de me faire rattraper toutes les miennes dans la semaine. Enfin, tout ça pour dire que si on se tient un certain prestige sur le terrain, on a tous des souvenirs qu’on veut garder pour soi. Alors personne ici ne te pressera si tu as besoin de temps. Tu es maintenant chez toi, on fera ce qu’il faut pour que tu t’y sentes à l’aise »
Je la regarde, elle est vraiment jeune pour avoir déjà vécu tout ça. Je n’étais pas en reste sur le sujet, mais Terre Rouge ne m’avait pas laissé le choix et je l’avais accepté rapidement. Ici, on lui offrait la possibilité de tout recommencer à zéro. Mais les vieilles habitudes ont la vie dure. Inutile de dire qu’on ne serait pas trop de neufs pour l’aider à faire les bons choix.
Elle me faisait penser à ce groupe de rebelles qui luttaient pour la liberté sur Kellsi IV... Les loups de Kellsi. De sacrés assassins mais arborant toute sorte de couleur. Ça avait été presque dur de les éliminer, tellement ils croyaient dur comme fer d’agir pour une vie meilleur. Lindsay, c’était un petit loup et je ferais ce qu’il faut pour qu’elle n’ait plus à changer de meute.



_________________
L'enfer est pavé de bonnes intentions
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Turner
❛❛ Intervention ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 11/01/2017
Messages : 144
Jeu 22 Fév - 2:05
Nouvelle Tête
Lindsay Tétraaz & Charlie Turner



Malgré ma volonté de rester seule, la venue de Charlie  m'avait profondément soulagée. Certes il s'agissait de mon référent, mais il semblait réellement soucieux de mon bien être, et sa présence sans que je sache pourquoi m'apaisait. Je croquais dans ma pomme silencieuse en  attendant ce qu'il avait à me dire.
Ses paroles avaient été sincères, et elles atteignirent leur but. Il avait raison, tout le monde ici avait certainement eu son lot de mésaventures, nous étions tous des experts de la guerre, soldats d'élites sur-entrainés, mais nous étions avant tout des individus, avec un passé, des sentiments, des convictions et des doutes. Ils  paraissaient tous tellement soudés . Normal lorsque sa  propre vie repose en  partie sur la cohésion de l'équipe, et la confiance mutuelle.  Moi aussi j'allais devoir m'intégrer, mais je n'avais pas l'habitude de compter sur les autres. Plus que tout, j'avais peur de m'attacher à eux, vivre et se battre ensemble rapproche toujours, et la perte en est d'autant plus douloureuse.  Charlie semblait confiant mais je ne savais pas encore s'il pourrait s'agir un jour d'un véritable chez moi, d'un lieu qui serait dôté d'une aura et de souvenirs plus heureux que malheureux.

Après quelque minutes de silence, je  le remerciais, pour son soutien et pour la pomme, c'est le moment que choisit mon ventre pour se mettre à gargouiller. Ce qui nous arracha un petit rire. Je ne pouvais pas rester infinimement ici, la salle allait forcément se remplir à un moment donné, et rester ici contempler la galaxie n'améliorerai rien.
Charlie me raccompagna  dans nos quartiers. Après qu'il m'ait fait comprendre que mon plateau etait certainement aussi vide que le sien depuis que nous étions sortis de table. Je fis une croix sur le repas de ce midi, comptant bien me rattrapper sur celui du soir, et me dirigea  dans la salle d'entrainement, non sans avoir salué et gratifié d'un sourire Charlie en partant.

La salle était vide, ce qui me laissait de quoi m'entrainer en paix. Mon corps était encore douloureux à certains endroit qui devaient à présent se revetir d'une couleur bleutée, mais je les ignorai. Après tout, tant qu'on ne m'appelait pas, j'étais ici pour m'entrainer, faire mes preuves et me préparer avant d'aller sur le terrain, et puis me défouler me viderai l'esprit. Je repensais au combat du matin et cela me redonna la rage de vaincre.

Je repérais des armes et des cibles au fond de la salle. Je pris alors des couteaux et m’entraîna à les lancer, à l'arrêt, en mouvements, après des acrobaties. Je n'en avais pas loupé une seule, touchant à 90% du temps en plein dans le mille.
Si seulement ça pouvait être comme cela lorsque je tenais une arme à feu, autre qu'un fusil plasma, ou qu'un lance roquette...
C'est alors qu'une voix raisonna dans la pièce : « Tu en as jamais assez toi hein ? »
Surprise, ma lame se planta dans le mur, me laissant échapper un juron.
Arthur... Frais comme un gardon, apparemment étonné de me revoir aussitôt ici.
« En attendant tu es là toi aussi. » , C'est alors qu'en lui lançant un regard de défi je lui tendais un couteau « Tu veux jouer ? Le premier qui loupe le centre a perdu ».
Il esquissa un sourire sournois et je vis dans ses yeux une pointe d'amusement.
« Défi accepté »
Après une dizaine de minutes sans que l'un de nous ne commette une faute, il fallait se rendre à l'évidence, personne ne perdrait ce midi. Pas sur ce terrain là. J'attrapais alors un baton et le lui envoyait avant d'en prendre un moi même.
Il leva les yeux au ciel et pourtant, je sentais qu'il en avait envie, c'était un vrai combattant, cet entrainement, c'était un jeu pour lui, et pourtant, ça n'en restait pas moins attrayant.
Nous nous attaquions mutuellement, plus par  échanges d'enchainement d'attaques et de parades que par force. Après tous, nous nous étions déjà pas mal abimés en combattant le matin, il s'agissait surtout ici de s'occuper et de se jauger.
Quelque chose m'intriguais chez lui, sa façon de se battre, et cette lueur dans ses yeux qui venait parfois durcir son regard. Une rage, une force. Je voulais la comprendre. Et j'y parviendrai, même s'il fallait que je l'affronte un millions de fois.

A nouveau épuisée, je m'arrêtais et lui sourit. Ce n'était pas de gaieté de cœur, mais il fallait que j'aille me reposer, un molusque inapte au combat serait inutile ici. Je tirais donc ma révérence, le remerciant pour le temps qu'il m'avait accordée et parti rejoindre le dortoir, vide à cette heure. M'allongeant sur le lit, je croisais les bras en dessous de ma tête et fermais les yeux. Attendant les prochains événements de cette première journée, déjà bien remplie.
Revenir en haut Aller en bas
Lindsay Tétraaz
❛❛ Ingénieur en explosif ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 04/01/2018
Messages : 72
Mer 7 Mar - 9:55
Nouvelle tête
Lindsay Tetraaz et Charlie Turner






19h passés. Je sors de la douche et enfile une chemise blanche. C'est probablement le seul vêtement du placard qui fait habillé. Je jette un coup d'oeil derrière moi, Hermès est sur son 31, jene serais même pas étonné qu'il ai sorti les boutons de manchette. La soirée d'intégration, le pot de bienvenue, ou encore l'Accueil, chacun lui avait donné un nom différent à son arrivée dans l'unité Tallart. Eobard tenait à ce rituel, un moyen de dire bienvenue à une personne, et non pas à un soldat. Tenue correcte exigée, le genre de truc où le col est trop serré, c'était pas pour moi, mais le chef avait réussi à réserver une salle de réunion et il tenait à faire ça dans les règles. J'essaie de fermer le bouton du haut. Sans rire, je commençais déjà à sentir le nœud dans ma gorge. Ma glotte ne devait pas être foutue comme celle des autres.
"Hé le pingouin, va pas t'évanouir" Sam et Arthur commencent à rire, tous les deux déjà prêts alors qu'Hermès me jette un regard moqueur. "Parle pour toi, je suis sur que ta mère t'as accouché dans un costume trois pièces". "On avait dit, pas les maman."
Je souris alors qu'il s'approche de moi pour remettre mon col en place et fermer le dit bouton. Le petit groupe sort du dortoir pour prendre la direction de la salle. C'est sobre, pas de ballons, pas de banderoles, le chef aimait les choses directes et simples. Le buffet par contre était somptueux. Sur la nourriture, on ne plaisantait pas. Emincé de Kubrows, salade de pâtes, oeufs d'Okami, poivrons. Quelques bières, mais rien de plus fort. Nael est déjà présent, un verre à la main en train de discuter avec Talia. Sam les rejoins aussitôt, ces deux là ne se quittaient jamais.

Je me dirige vers le buffet, attendant l'arrivée de la nouvelle recrue. Eobard est là lui aussi, je prends deux bières et vient lui en tendre une. "Alors chef, prêt pou le discours?". Il était carrément doué pour ce genre de trucs, même si je soupçonnais qu'il n'aimait pas trop ça en dehors d'un cargo ou d'une navette avant une opération.
"J'ai entendu dire que ta fille allait être affectée au sein de la flotte. Pas trop nerveux?" Il m'avait plusieurs fois parlé d'elle. Je savais aussi que sa mère l'avait tenue plus au moins à bonne distance du leader. Au sein de la FEA, il aurait la possibilité de la contacter souvent et peu-être même de la voir à quelques occasions. Une bonne chose? mais pas forcément évidente à appréhender, même pour une machine de guerre comme Eobard. Je prends une inspiration pour poser la question qui m'avait travaillée toute la journée. "Le soldat Tétraaz. Pourquoi elle?"

La jeune recrue avait déjà prouvé beaucoup de choses, ses aptitudes a combat notamment, avec brio. Et elle s'était déjà en quelques heures bien intégrée. Pourtant, je sentais qu'il y avait quelque chose en plus. Quelque chose qu'il savait, ou sentait sur le rôle de cette explosive experte en explosifs.

Revenir en haut Aller en bas
Charlie Turner
❛❛ Intervention ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 11/01/2017
Messages : 144
Ven 9 Mar - 0:59
Nouvelle Tête
Lindsay Tétraaz & Charlie Turner


Ça faisait au moins une bonne heure que je tournais en rond dans ma chambre. Ils étaient réellement obligés de faire une soirée d'intégration ? En général, je n'avais rien contre une bonne fête, mais ça ne ressemblerait certainement pas à celle dont j'avais l'habitude, où l'alcool coulait à flot, où la musique  tambourinait à en faire vibrer les murs jusqu'au bout de la nuit, et où les gens finiraient leur nuit pour une grande majorité d'entre eux sur le sol. Puis, autant quand je le souhaitais,  être au centre de l'attention ne me dérangeait pas, j'en avais même souvent l'habitude, mais là, je savais d'avance que ce serait genant, qu'il y aurait des discours, au moins celui du chef et du mien, des blabla insignifiants de courtoisie. Beurk. Puis un dress code respirant le malaise pour tout le monde à tout les coups. Je me serai bien enfuie ou pretexté ne pas me sentir bien. Mais si tout le monde faisait des efforts pour m'accueillir, ne pas leur rendre la pareille serait vraiment ingrat. Rhaa. Si seulement un imprévu pouvait surgir, comme une attaque pirate ou une mission d'urgence. Mouaif, il ne fallait pas compter dessus

C'est alors que Cassie rentra dans le dortoir, elle ne mit pas longtemps à se rendre compte de mon agitation, et à en cerner la cause. Elle semblait pensive. Tandis que je m'affalais sur mon lit en poussant un soupir qui en disait long, elle se décida à venir me parler. Je n'avais pas trop envie de discuter, mais au fond je la remerciais, échanger ne pourrait pas faire de mal. Elle était cool en vrai pour une coloc de dortoir. Il y avait beau avoir pas mal de filles sur le vaisseau, nous n'étions tout de même pas en majorité, et avoir un soutien féminin pouvait faire grand bien, surtout quand la dite personne partage votre chambre, et votre vie au sein de la même escouade.
Après quelques mots qui me remotivèrent, elle tenta de m'aider à choisir ma tenue. Tous les mecs seraient certainement en costard, et même si je n'avais rien contre les tenues style « soirée chic » je n'avais clairement pas envie de la jouer sexy james bond girl. Que cela ne tienne, c'était une fête d'intégration après tout, je jouerais leur jeu. J'enfilais une tenue sobre mais jugée « grave classe » selon Cassie : petite robe noire, maquillage de circonstance. Fin prêtes l'une comme l'autre, nous nous rendimes à la petite reunion ensemble.

Comme prévu, j'eus le droit à des applaudissements, à un discours d'arrivée de la part d'Eobard, et bien evidemment je fus invitée à faire de même. Je décidais donc de faire bref, les remerciant de leur accueil, de leur présence ici ce soir, et nous souhaitant le meilleur pour ce qui suivrait. Une fois la chose faite, le banquet fut ouvert, et tout le monde commença à parler en petits groupes.

La salle était aussi sobre que possible, ce n'était pas plus mal au final, les grandes banderolles avaient beau déchirer grave, dans ce genre d'occasion ça faisait surtout niait et produisait un effet malaisant. Heureusement, il y avait tout de même un fond de musique appréciable qui eut l'effet de me détendre immédiatement.
Cassie m'attrapa par le bras et m'entraina avec elles pour parler avec elle à Sam et Clay qui semblaient se disputer sur le titre de la meilleure bière de la galaxie. Finalement tout le monde avait l'air de passer un bon moment. Moi la première. Seul Charlie avait le visage fermé, il était lancé dans une discussion avec Eobard sur un sujet qui semblait sérieux.

Lorsque mon ventre se mis à gargouiller, je quittais brièvement le petit groupe pour me diriger vers le buffet. Je prenais un peu de tout et le disposais dans mon assiette, une fois celle ci pleine à ras bord, j'attrapais la dernière  bière  de ma marque préférée lorsqu'une main se posa sur la mienne. Je relevais ma tête et croisa le regard d'Arthur. Je me figeais un instant, avant de lui lancer   "Vas y prend la si tu veux.
- Je ne vais pas prendre la bière de la reine de la soirée
- C'est ça, moque toi."
Il afficha un sourire auquel je ne pus m'empêcher de répondre.
J'ouvris la bière et lui demanda «  on partage ? C'est la reine de la soirée qui te le demande
- Si c'est ce que tu souhaites »
Je lui donnais un coup de poing amical dans l'épaule et bus une gorgée avant de lui passer la bouteille.
Nous nous étions écartés pour partager boisson et victuailles, papotant quelque peu, sous forme de chamaillerie principalement mais j'étais contente de pouvoir passer du temps avec lui et d'en connaître un peu plus sur lui. Rien de très personnel et profond mais un moment agréable doit toujours être apprécié.

Lorsque Hermès l'interpella, il me laissa, mais je ne fus pas seule pour longtemps puisque Charlie vint à son tour à ma rencontre. Il ne semblait pas vraiment à son aise dans son costume, ce qui me fit sourire. Après quelques échanges sur la soirée, l'on se mit à parler de tout et de rien. Rigolant plus d'une fois. Cependant il semblait préoccupé par quelque chose. Alors que je me levais de la chaise sur laquelle je m'étais assise pour nous isoler dans un coin de la pièce histore de me risquer à lui poser la question sur ce qui le tracassait . Ma robe s'accrocha à l'un des rebords du dossier. Ne bougeant plus de peur de la déchirer, je lui demandais son aide pour me dégager. Il sembla amusé de la situation ou de la tête que j'avais dû faire à cause de la surprise, mais à mon grand soulagement il vint vite m'aider. Je pus néanmoins remarquer qu'il avait fait un arret quelques secondes pendant qu'il me libérait de l'affreuse chaise piégeuse de robe. Sûrement à cause de mon tatouage de loup, visible qu'en de très rares cas généralement, le tissu retenu par la chaise avait dû le mettre à jour.
Pouvant enfin me lever, je l’entraînais à l'écart et me lança:

« Tu sembles avoir des questions auxquelles tu n'as pas la réponse pour le moment. On en a tous malheureusement, tu vois, moi ça fait une semaine que je me ballade avec cette lettre sur moi, de ce qu'il reste de visible, on peut lire qu'Harold a été payé pour m'enlever. Je n'arrive pas à en tirer plus que ça. Ça a eu l'effet de mettre un beau bordel dans ma tête, je ne sais plus vraiment où j'en suis et je ne sais toujours pas si j'ai envie de creuser pour avoir des réponses. Tout ce que je sais, c'est que depuis que je suis avec vous, ces questions ne m'envahissent plus. Et quand toi tu es là, sans que je sache pourquoi, ça semble moins lourd à porter. Et puis, vous êtes tellement tous là pour moi, alors qu'on vient à peine de se rencontrer, je commence à sentir, je sais pas quelque chose que je n'ai jamais vraiment ressenti auparavant. Alors, je ne sais pas quelle est la cause de ce qui te tourmente, surement un tas de choses différentes, comme pas mal de monde ici, mais je veux que tu saches que même si je viens juste d'arriver, si tu as besoin de moi pour quoi que ce soit, je serai là. J'ai. J'ai envie d'être ton amie Charlie »

Ne sachant plus vraiment comment continuer étant mal à l'aise avec ce genre de conversation, et me rendant compte que je m’étais laissée emporter, je lui fis un sourire sincère, espérant ne pas l'avoir embarrassé.
Revenir en haut Aller en bas
Lindsay Tétraaz
❛❛ Ingénieur en explosif ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 04/01/2018
Messages : 72
Mar 13 Mar - 19:47
Nouvelle tête
ft. Charlie & Lindsay
Un grognement sort de la gorge d'Eobard alors qu'il termine de s'habiller. Il sent déjà la démangeaison liée à la matière de son costard. Il déteste mettre cet ensemble. Non pas qu'il le trouve moche, mais ce n'est pas le genre de vêtement qu'il porte habituellement. Trop formel, sans compter que sans ses habits militaire, il se sent presque nu. Seulement il a lui même instauré cette petite tradition dans son escouade. La soirée d'intégration, une petite fête dans la bonne humeur pour accueillir les nouvelles recrues. Le problème, c'est que ce genre d’événement rappelle aussi ceux qui sont partis, mais c'est précisément le but recherché, du moins l'un d’entre eux. Le principal étant tout de même de donner un bon accueil au nouveau, afin de lui faire comprendre qu'il intègre une famille, une groupe uni. Aujourd'hui, il s'agit de la jeune Lindsay toute fraîchement arrivée. Bien qu'elle ait déjà fait la connaissance de tout le monde, il est hors de question pour Eobard de couper court à cette soirée. Et pourtant, ils e demande encore pourquoi il demande à chaque fois à ses soldats de se ramener bien habillés. Oh il sait bien que c'est pour sortir un maximum du contexte militaire, mais la démangeaison que lui procure le vêtement le rappelle à l'ordre à chaque fois. Dans un soupir de motivation, le soldat fait rouler ses épaules, s'assurant que son bras robotique fonctionne bien avant de sortir de sa cabine en direction d'un petit salon privatisé pour l'occasion.

A son habitude, il est le premier arrivé, et aide le personnel de cuisine à tout installer. Puis, petit à petit, ses soldats arrivent. Eobard note avec amusement que l'ordre d'arrivée est presque toujours le même. Les plus stressés et les plus affamés d'abord. Mais ils connaissent tous son amour pour la ponctualité, et l'ensemble de l'escouade est au complet en moins de dix minutes. Le genre de petit détail qui rend fier leur lieutenant. Alors qu'il est toujours planté au beau milieu de la salle à observer ses poulains discuter, une main vient lui tendre une bière. Eobard remercie Charlie d'un signe de tête et accepte la boisson, qu'il vide à moitié d'un seul coup tandis que le soldat lui adresse la parole. "Alors chef, prêt pou le discours?" Il retient un grognement, cette idée en revanche n'est pas venu de lui. C'est un de ses hommes, un des premiers, qui l'avait pris à son propre piège en réclamant un discours. Depuis, c'était resté. Eobard n'aime guère cet exercice. Du moins lorsqu'il ne s'agit pas de motiver des troupes ou gueuler ses ordres. « Il va bien falloir ! » Le gradé adresse un sourire à son subordonné avant de partir d'un petit rire. "J'ai entendu dire que ta fille allait être affectée au sein de la flotte. Pas trop nerveux?" Cette fois-ci il dévisage Charlie, étonné que les rumeurs aillent si vite, et surtout qu'elles puissent être déformées aussi. Il se demande aussi qui a bien pu vendre la mèche, ce n'est pas comme s'il en avait parlé à tout le monde. « Elle ne va pas être affectée, pas encore du moins. Elle n'a pas encore l'âge légal. Mais j'imagine que tôt ou tard il faudra que je surveille ça oui. » En réalité, il a déjà commencé, ayant fait jouer quelques relations de manière à être prévenu le jour où le dossier de sa fille leur arriverai dans les mains. "Le soldat Tétraaz. Pourquoi elle?" Décidément, Charlie passe du coq à l'âne avec beaucoup de facilité, et Eobard se demande si tout ceci n'étais que pour arriver à cette dernière question. Pour tout réponse, il hausse les épaules, le gratifiant tout de même d'un semblant de réponse. « Si tu avais vu les autres dossiers, tu aurais vite compris qu'elle était au dessus du lot. Et je ne prend que les meilleurs, ou du moins ceux capable de le devenir ! »

Eobard a décelé du potentiel chez la jeune Lindsay. Il a passé beaucoup de temps à éplucher son dossier et visionner les enregistrements de ses examens d'aptitudes. En réalité, le choix n'avait pas été compliqué. Le lieutenant sait estimer les gens, et il sait ce qu'il veut. Il vide sa bière, ce qu'il en reste du moins, et se racle la gorge de manière à se faire entendre. Il est temps qu'il se débarrasse de ce discours. Quelques sourires se dessinent sur les visages de ses soldats. « Nous voici tous ici afin de célébrer l'arrivée de Lindsay ! Nous sommes une famille, nous sommes unis. Il n'y a pas de querelles entre nous, pas de mensonges, nous comptons les uns sur les autres. Si l'un de nous a un problème, il peut, et doit, compter sur les autres pour l'aider. J'attends donc que vous fassiez de même avec notre nouvelle recrue ! Et j'attends de toi Lindsay que tu adopte cette attitude. Tu n'es, et ne sera, jamais seule tant que tu seras parmi nous. Sur ce mes troufions, faisons la fête ! »

MADE BY KA
Revenir en haut Aller en bas
Eobard Tallart
❛❛ Lieutenant ; Escouade Tallart ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 62
Mar 20 Mar - 14:38
Nouvelle tête
Lindsay Tetraaz et Charlie Turner






Le discours d'Eobard est concis, droit à l'essentiel. Et finalement, l'essentiel, ce sont ces mots "tu n'es, et ne sera jamais seule tant que tu seras parmi nous". Et c'était vrai, depuis quatre ans, j'étais passé du chasseur solitaire, qui navigue de planète en planète dans sa vendetta personnelle, à membre d'une équipe bien huilée où je me sentais réellement utile, et apprécié, voir aimé. Je lève mon verre pour trinquer avec le chef à ses paroles, lui adressant un clin d'oeil.

La fête se lance, chacun profitant de ce temps offert pour parler de tout et de rien. Toutefois, je continuais à ruminer les paroles d'Eo. On ne peut pas dire qu'il avait été clair. Le soldat Tétraaz meilleure que d'autres, oui, je commençais à en être persuadé. Mais l'univers était vaste, les candidatures à la FEA multiples. Il devait forcément y avoir autre chose. Peut-être même quelque chose dont lui même n'était pas au courant. Et pour savoir, il n'y avait pas trente-six solutions, il fallait se lancer. Je profite d'un moment d'accalmie de la jeune femme pour m'approcher d'elle et entamer un conversation banale, sur son intégration. Je dérive sur des anecdotes de mission, l'ambiance, l'alcool, le moment est parfait, on rigole, j'en profites pour lui glisser deux trois dossiers gênants sur ses nouveaux coéquipiers.
Elle n'est pas dupe cependant, et alors qu'elle m'attire vers le fond de la pièce pour entamer une discussion plus sérieuse, son vêtement se coince dans une chaise par le bas. La situation est drôle, je suis presque tenté de la prendre en photo et de commencer ma rubrique dossier de la newbie. Je m'approche d'elle pour délier le tissu et ne peut m'empêcher de voir sur sa peau le tatouage en forme de bête. Pas n'importe laquelle, un loup. Et pas n'importe quel loup...

Alors que les pièces s'assemblent petit à petit, je termine de la libérer en faisant comme si de rien n'était, mais c'était probablement trop tard car elle enchaina « Tu sembles avoir des questions auxquelles tu n'as pas la réponse pour le moment. On en a tous malheureusement, tu vois, moi ça fait une semaine que je me ballade avec cette lettre sur moi, de ce qu'il reste de visible, on peut lire qu'Harold a été payé pour m'enlever. Je n'arrive pas à en tirer plus que ça. Ça a eu l'effet de mettre un beau bordel dans ma tête, je ne sais plus vraiment où j'en suis et je ne sais toujours pas si j'ai envie de creuser pour avoir des réponses. Tout ce que je sais, c'est que depuis que je suis avec vous, ces questions ne m'envahissent plus. Et quand toi tu es là, sans que je sache pourquoi, ça semble moins lourd à porter. Et puis, vous êtes tellement tous là pour moi, alors qu'on vient à peine de se rencontrer, je commence à sentir, je sais pas quelque chose que je n'ai jamais vraiment ressenti auparavant. Alors, je ne sais pas quelle est la cause de ce qui te tourmente, surement un tas de choses différentes, comme pas mal de monde ici, mais je veux que tu saches que même si je viens juste d'arriver, si tu as besoin de moi pour quoi que ce soit, je serai là. J'ai. J'ai envie d'être ton amie Charlie » .

Elle m'avait totalement désarmé. Oui des questions j'en avais pleins désormais. Mais sa sincérité et sa posture face à moi avait tout changé. En pareille recherche de stabilité, et dans un tel besoin de soutien, mes questions attendraient. Je lui souris, et passe la main sur son épaule. "Tu es devenue notre amie à tous à la minute ou tu as posé le pied sur cette boite de conserve. Je suis quelqu'un de relativement patient, ptit loup, quand tu seras prête, je le serais aussi. Mais je crois avoir entendu le chef nous donner un ordre non? On va faire le fête?"

Je lui prend alors la main pour l'emmener au centre de la salle. Pour danser j'étais devenu une bille, mais personne a part Hermès au sein de la Tallart ne pouvait se vanter d'être un virtuose dans le domaine, alors qu'importe, ce soir, c'était sa soirée.


_________________
L'enfer est pavé de bonnes intentions
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Turner
❛❛ Intervention ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 11/01/2017
Messages : 144
Jeu 22 Mar - 0:52
Nouvelle Tête
Lindsay & Charlie



Il me sourit. La main qu'il posa sur mon épaule eu l'effet immédiat de me détendre. Je ne m'étais même pas rendue compte que je m'étais autant crispée, l'atmosphère était devenue tellement plus sérieuse en quelques minutes à peine.
C'est alors qu'il me repondit : "Tu es devenue notre amie à tous à la minute ou tu as posé le pied sur cette boite de conserve. Je suis quelqu'un de relativement patient, ptit loup, quand tu seras prête, je le serais aussi. Mais je crois avoir entendu le chef nous donner un ordre non? On va faire le fête?"

Avant même d'avoir eu le temps de penser ou de rétorquer quoi que se soit, Charlie m'avait entraînée en plein milieu de la salle pour danser. Certainement pour me changer les idées et me montrer à sa manière, que ce soir tout ça, on s'en foutait, que l'essentiel, c'était ce moment, là, où nous étions tous là, ensemble, pour mon arrivée au sein de ce qui allait être ma nouvelle famille. Acceptant de tout mettre de côté pour le moment, et le remerciant profondément d'avoir pris autant soin de moi, à peine avais je eu le pied posé sur mon nouveau chez moi, je fis le vide dans mon esprit.

Habituée à danser, mon corps se mis instantanément à bouger en rythme avec la musique diffusée dans la pièce. Les regards se tournèrent rapidement vers nous. Charlie dansait d'une manière plutôt étrange, et je ne pus m'empêcher de rire, mais ses efforts pour me faire passer un moment agréable m'emplit le cœur de gratitude. Quand à moi je me débrouillais plus que bien à la vue de la réaction de certains. Décidant de ne pas laisser mon partenaire improvisé de danse, dans l'embarras, je fis signe à Cassie de changer de chanson, et quelques instant après, j'entamais une chorégraphie plutôt simple, invitant tout le monde à nous rejoindre. Charlie suivait plutôt bien. Et finalement, après quelques hésitations, presque tous les membres de l'escouade avait fini par se joindre à nous.

Des moments aussi fun et aussi détendus que celui ci, ce n'était clairement pas une routine quand on est à bord de ce genre de vaisseau. C'est bien pour cela que ces moments sont précieux et deviennent souvent des souvenirs indélébiles. Nous avons partagés, dansés et ris ainsi jusque tard dans la nuit. Cependant la fatigue avait forcément fini par pointé le bout de son nez. Après avoir rangé quelque peu la salle, l'escouade avait donc pris le chemin des dortoirs. C'est à la porte du dortoir des filles que je saisi l'occasion de glisser un mot à Charlie.

Lorsqu'il m'avait appelée p'tit loup, mes doutes sur ce qu'il avait pu apercevoir au cours de la soirée n'en furent plus, il ne fallait absolument pas que cela se sache, ainsi, je lui chuchotais discrètement : " Euh,  Charlie, si ça ne te dérange pas, je préférerais que mon tatouage reste un secret, je l'ai depuis aussi  loin que je m'en souvienne, mais cela ne m'a toujours qu'attiré des ennuis. J'ignore pourquoi, mais du coup, si tu pouvais éviter de le dire à qui que ce soit... ça m'arrangerais. Je commence à me sentir bien ici, et je n'ai pas envie que cela se gâche à cause de ce genre de chose". Il se montra à mon grand soulagement plutôt compréhensif, et ne posa pas de questions sur le sujet. J’enchaînais " Mais pour le surnom, ça me va." En esquissant un sourire. " En tout cas, je te remercie pour la soirée, elle a été en grande partie réussie grâce à toi, tout comme l'intégration d'ailleurs". Ne trouvant plus de mots adéquat, après un instant d'hésitation, je l'étreignis avant de le saluer une dernière fois "Bonne nuit Charlie".

Je m'allongeais épuisée sur mon lit, laissant mes pensées vagabonder avant de me laisser petit à petit emportée par le sommeil. Je réalisais encore mal ce qui m'arrivait. J'avais débarquée sans vraiment savoir à quoi m'attendre, et je m'endormais là, dans un nouveau lit, sur un vaisseau immense, avec la sensation d'avoir toujours fait parti de ce monde. Les gens qui m'entouraient étaient bienveillants, ils semblaient tous si vivants et soudés. Mes paupières devenaient de plus en plus lourdes, et je m'endormis en souhaitant plus que jamais que tout ceci n'ait pas été juste un rêve, mais bel et bien le début d'une nouvelle vie.
 
Revenir en haut Aller en bas
Lindsay Tétraaz
❛❛ Ingénieur en explosif ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 04/01/2018
Messages : 72
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Sauter vers :