Orena Vieira | I don't need luck, I have ammo.

 :: × registres de la fea × :: ↪ Fiches du personnel :: Fiches validees Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 19 Fév - 18:44
Orena Vieira
ft. Morena Baccarin

Nom : Son patronyme passe difficilement inaperçu, véritable institution sur Rahira. La famille Vieira est connue pour servir au B2I depuis des générations. La place de sa famille n'est plus à gagner, elle a déjà prouvé qu'elle était digne de faire partie de l'élite de l'Empire. Synonyme d'efficacité et de loyauté, porter un tel nom est un fardeau qu'Orena accepte avec fierté et honneur. Jamais elle ne s'en est soustraite, jamais elle ne lui a fait défaut. Orena se tient droite, embrassant pleinement son héritage ainsi que tout ce qui l'accompagne. La pression sur ses épaules est immense. Son aînée ayant échoué, c'est à elle que revient la lourde tâche d'être à la hauteur du nom Vieira. Prénom(s) : Contrairement à son nom de famille, son prénom est bien plus banal. Orena n'a pas d'histoire, pas de signification. Juste quelques syllables qui la différencient des autres Vieira. Toutefois, ses faits d'armes sont parvenus à lui donner une cachet particulier. Si les autres Vieira sont particulièrement fiers, Orena est bien plus modeste à ce sujet. Surnom(s) : Ori est le plus évident. À vrai dire, la jeune femme n'accorde que peu d'importance à un surnom. Par contre, elle porta un nombre vertigieux d'alias durant sa vie, changeant d'identité au fil de ses missions. Orena ne fut jamais deux fois la même personne et n'afficha jamais deux fois le même masque. Cependant, quelques noms lui sont restés gravé dans sa mémoire : Alanna Ravirez, Imelda De Souza, Caroline Moretti, Ivete Buarque... Sans savoir pourquoi, ces patronymes ne s'effacent pas. Peut-être des souvenirs de missions aux saveurs particulières ? Peut-être apprécie-t-elle simplement la rondeur des mots lorsqu'elle prononce ces noms ? Age : Cela fait 34 ans qu'elle a foulé pour la première fois le sol de Rahira. Enfin, c'est ce que disent ses papiers d'identité. Orena, quant à elle, a l'impression d'avoir vécu plusieurs vies. Toujours sur la route, toujours à se cacher, à jouer la comédie, à remplir sa mission si bien que les moments de calme sont particulièrement rares. Peut-être n'a-t-elle qu'une petite trentaine d'années, mais pour la jeune femme, cela ressemble plus à des centaines. Race : En tant qu'agent du B2I, Orena a pu bénéficier d'un accès à une technologie de pointe pour remplacer ses organes défaillants. Cela fait d'elle une cyberhumaine. La jeune femme est dotée d'un coeur et de poumons bioniques. En plus de lui permettre de vivre et de garder son rôle d'agent, ses capacités physiques ont connu une amélioration impressionnante. De plus, ses nouveaux poumons sont munis d'un filtre à air, lui permettant de respirer une atmosphère qui serait considérée comme toxique pour les autres espèces. Situation familiale | amoureuse : Elle a sa famille sur Rahira, mais cela fait des années qu'elle n'a plus croisé l'un des visages familiers. Tous ou presque opèrent pour le B2I et les missions s'enchaînent souvent les unes derrière les autres. Orena en est presque venue à oublier les rires de ses frangines, la silhouette rassurante de sa mère ou la présence réconfortante de son père. Ils ne sont plus que des souvenirs. Elle sait qu'ils existent, mais n'a plus que pour se convaincre qu'un vain espoir, une absurde espérance que l'univers sera bienveillant envers sa famille. Orientation : Elle s'est longtemps considérée comme hétérosexuelle, mais avec un univers aussi vaste, difficile de rester enfermé dans un carcan. De plus, son esprit aventureux est avide de découvertes et de nouvelles expériences. Métier / Grade : Elle est dévouée corps et âme au B2I. Elle n'a connu que ça toute sa vie et elle est plus que satisfaite de sa position. Depuis peu, sa nouvelle mission consiste à infiltrer les rangs de pilotes au sein de la FEA. Officiellement, elle est désormais membre l'escadron cobalt 12, mais officieusement, Orena collecte des informations et attend le moment opportun pour poignarder ses nouveaux coéquipiers dans le dos. Vaisseau : L'Alizé. Depuis : Quelques mois.
Orena est une espionne, un agent du B2I, un soldat sur-entraîné, préparée à faire face à toutes les éventualités. Elle n’a connu que ça dans toute sa vie. Depuis sa plus tendre enfance, elle ne vit que pour servir l’empire Rahirien. Elle défendra l’honneur de l’empereur ainsi que celui de sa famille au péril de sa propre vie. Elle leur voue une fidélité sans faille et leur accorde une confiance aveugle. Jamais, ô grand jamais, il ne lui viendrait à l’esprit de briser son vœu de loyauté. C’est une Vieira et a conscience de ce qu’implique son nom. Loin de s’en vanter, elle nourrit cependant une ambition à la hauteur de ce que son patronyme pourrait lui apporter. Modeste sur ses capacités et son héritage, Orena ne se déclasse pourtant pas et se permet d’aspirer à des rêves de grandeurs et d’apporter la gloire sur sa famille.

Intransigeante, aussi bien envers elle-même qu’envers ses collègues, Orena ne tolère guère l’amateurisme ou la médiocrité. En constante recherche de l’excellence, elle estime que tout peut toujours être perfectionné, tout peut toujours s’améliorer, devenir plus performant. L’espionne a la réputation d’être impitoyable envers ses adversaires. Soldate sans pitié, elle tend à être cruelle lorsqu’elle se laisse emporter. C’est une jeune femme sanguine et impulsive qui laisse parfois son agressivité s’exprimer, aussi bien dans le cadre personnel que professionnel.

Orena peut être difficile à appréhender, son caractère changeant suivant la personne qui se trouve en face d’elle. D’ordinaire franche et spontanée, elle n’a cependant aucun scrupule à user de manipulation et d’hypocrisie. Si ce n’est pas sa méthode privilégiée, préférant une approche plus frontale, la rusée sait quand ce ne sera pas suffisant. C’est une jeune femme déterminée et audacieuse, qui ne recule devant rien pour atteindre ses objectifs.

Si sa loyauté n’est plus à prouver, l’agent reste extrêmement désinvolte. Elle s’autorise certaines désobéissances - et le regrette souvent par la suite -. L’espionne est sûre d’elle et estime que son instinct a la priorité sur les ordres qui lui sont donnés. Si elle sent qu’un coup est beaucoup trop dangereux ou si le butin ne vaut pas le risque encouru, aucune chance de la faire mettre un pied là-dedans. Elle préférera tourner les talons. Bien entendu, si sa famille ou l’empire étaient en danger, elle se plierait aux ordres et foncerait tête la première. Ses caprices sont bien en-deçà de son dévouement aux Vieira ou au B2I. Malgré son implication dans son travail, Orena est une extravertie qui aime s’amuser. Ouverte d’esprit et particulièrement impudique, peu de chose la dérange. La vie est trop courte pour se prendre la tête sur des détails.
Poor Unfortunate Souls

Les armes alignées sur le plan de travail dans l’armurerie, Orena remettait de l’ordre dans son équipement. Fraîchement revenue de mission, l’espionne s’assurait que tout serait prêt pour son prochain départ. Demian, qui s’affairait non loin de là, éleva la voix après avoir doucement reposé le fusil de précision qu’il nettoyait. « Eh, merci d’avoir assuré mes arrières tout à l’heure. » La Rahirienne lui adressa un sourire humble. « Je ne pouvais pas laisser ces pirates te descendre. Il est trop tôt pour que j’hérite de ton sniper. » Plaisanta-t-elle en finissant de ranger ses affaires. Demian était un ami d’enfance, ils entrèrent en même temps au B2I. Leurs compétences s’alliant aussi bien que leur personnalité, devenir un des duos les plus efficaces du bureau était la suite naturelle des choses.

« Au fait, je suis désolé pour ta sœur. » L’agent le dévisagea légèrement, n’étant pas très sûre de comprendre. Sa sœur était une ratée, la honte de la famille. Elle avait foutu le camp, elle avait renié sa famille et s’était exilée. L’espionne ne la regrettait ni ne la plaignait. Si son aînée était incapable de porter le nom de Vieira, alors il était mieux pour elle qu’elle eût fait ses valises. Alors qu’elle allait demander à son coéquipier de s’expliquer, sa voix se brisa en une toux sèche. Le souffle court, elle attrapa une bouteille d’eau et fit quelques pas pour s’octroyer un peu d’espace.

« Je sais ce que tu vas dire et je m'en tape.
- Tu devrais aller voir un médecin. Imagine que t'ais une crise pendant une mission.
- Ça n’arrivera pas, je vais bien. »

Elle conclut la discussion, refusant que les inquiétudes de son meilleur ami ne déteignent sur elle. Certes, depuis quelques semaines, elle ne se sentait pas au meilleur de sa forme, mais la jeune femme n’était pas du genre à s’inquiéter pour si peu. Mais surtout, elle tenait trop à son travail pour montrer le moindre signe de faiblesse. Seul Demian était au courant que son cœur était en train de la lâcher. Une sale maladie attrapée pendant une mission. Cela aurait pu être bénin si soigné à temps, mais Orena est têtue. Elle ne voulait pas prendre le temps de se reposer, préférant serrer les dents plutôt que d’envisager une seule seconde de quitter le B2I le temps de la convalescence. Plus ou moins rétablie de sa quinte de toux, elle s’approche de son collègue avec un air mauvais.

« Pourquoi est-ce que tu t’intéresses soudainement au cas de ma sœur ?
- Pour rien, j’ai juste appris qu’elle avait fuis…, bredouille-t-il.
- Pour qu’on soit clair, t’es le seul à être désolé, déclare-t-elle sur un ton glaçant. »


Orena appréciait Demian, mais parfois son sentimentalisme lui tapait sur les nerfs. Elle n’était pas triste pour Lina alors pourquoi le serait-il ? Une idée germa dans son esprit, idée qui lui fit esquisser un sourire amusé. « T’es tombé amoureux, hein ? Dommage que tes goûts en matière de filles ne s’arrangent pas avec le t… » Plus aucun son ne franchit ses lèvres. Sa phrase resta en suspens, stoppée net par une douleur lancinante dans la poitrine. Après ça, ses souvenirs étaient flous, brumeux, sentant l’antiseptique et la mauvaise nourriture d’hôpital. Lorsqu’elle sortit du brouillard, c’était pour faire face à Demian et à un médecin qui lui expliquait en de nombreux mots scientifiques qu’elle avait reçu en urgence une transplantation cardiaque. Mais pas n’importe quelle transplantation, elle possédait désormais un myocarde bionique. Le médecin semblait particulièrement fier de lui et Orena était bien trop assommée par les antidouleurs pour le contredire. Appelé ailleurs, le médecin quitta la pièce, laissant l’espionne en compagnie de son collègue qui lui avait probablement sauvé la vie en appelant les secours.

« Je te l’avais dit.
- Ta gueule. »

~~~

L’espionne ajustait la fréquence de réception de son communicateur, cherchant à obtenir le meilleur son possible. Tandis qu’elle écoutait les discussions passionnantes qui se tenaient à l’intérieur de la petite boutique d’antiquités qui servait de repère à un groupe de dissidents, Demian s’affairait à obtenir un visuel sur leurs cibles. Ces ennemis de l’Empire sont connus depuis un moment par les agents du B2I. Réclamant un régime semblable à celui mis en place dans l’Alliance, ils étaient pourtant loin d’être suffisamment effrayants pour espérer être pris au sérieux. Jusqu’à récemment, du moins. S’en prendre à un régiment de la garde impériale était le meilleur moyen de sortir de l’ombre. En parlant de sortir de l’ombre, c’était justement le sujet de la conversation du jour. Orena prenait des notes, s’appliquant à amasser le plus de preuves pour témoigner en faveur d’une recrudescence de la dissidence sur Rahiria.

« J’ai un visuel.
- C’est bien, mon chou, continue comme ça, répondit-elle distraitement, pour l’instant peu intéressée par le discours de son comparse.
- Le leader a l’air blessé.
- Ah oui ? Comment ça ? »

L’agent sortit une paire de jumelles et décida de jeter un œil par elle-même. Son regard se posa sur une femme d’une cinquantaine d’années, les cheveux grisonnants, mais le visage dur et autoritaire. Au premier abord, c’était presque imperceptible. Puis, lorsqu’elle se mit à arpenter la pièce, on ne pouvait manquer la douleur qui semblait irradier dans son estomac.

« On devrait y envoyer la garde et rentrer au Bureau. D’après ce que j’ai pu entendre, les membres de son groupe sont en train de déserter les uns après les autres. Il n’y a rien pour nous là-dedans.
- Attends, tu ne trouves pas bizarre que le leader soit blessé à l’estomac et qu’il n’y ait aucune trace de sang sur ses vêtements ?
- Elle s’est changée ? Elle est peut-être malade ou c’est une blessure interne ? On perd notre temps.
- On rate sûrement quelque chose, ça ne peut pas être juste ça !
- Écoute, il est hors de question que j’aille là-bas. Ça ne vaut le coup ! C’est un groupe de dissidents isolés dont le leader va bientôt mourir. Ce serait presque lui faire un cadeau d’entrer là-dedans pour abréger ses souffrances.
- Et les informations qu’on pourrait récolter ? Imagin…
- Les informations à propos de quoi ? Quelle partie tu ne comprends pas dans “Dissidents isolés” ? »

Les deux agents soupirèrent d’exaspération en même temps. L’une ne voulait pas risquer sa vie pour rien et l’autre étant poussé par sa dévorante curiosité. Soudain, Demian annonça qu’il allait entrer, avec ou sans sa coéquipière. Orena gronda qu’elle ne le suivrait pas dans son entreprise. Entrer dans cette boutique d’antiquités, c’était prendre des risques inutiles pour abattre une mourante. Certes, il demeurait des questions sans réponses et l’espionne avait également envie d’en savoir plus sur ce groupe d’ennemis de l’Empire, mais pas au point de se jeter tête la première dans les ennuis. Orena observa Demian se frayer un chemin jusqu’à l’entrée et jura avant de le rejoindre.

« T’as intérêt à payer ta tournée quand on rentrera.
- Promis !, répliqua-t-il avec un sourire satisfait. »

Les espions pénétrèrent à l’intérieur de la boutique et éliminèrent les ennemis qui se présentèrent sur leur chemin. Dire que c’était du gâteau est un euphémisme. Orena jeta un regard circonspect à son coéquipier, à la fois surprise et suspicieuse de la facilité qu’ils ont eu à entrer ici. C’était pourtant la dernière base de groupe de dissidents, ça devrait être mieux protégé que ça, surtout si leur leader était dans un piteux état. Demian avait peut-être raison finalement, quelque chose de louche se tramait ici. Ou alors, à passer trop de temps en compagnie du sniper, elle commençait à imiter ses tendances paranoïaques.

Ils arrivèrent devant la porte qui menait à la salle principale, celle où se trouvait quelques minutes auparavant la meneuse des dissidents. Sans avoir besoin d’articuler le moindre mot, rôder par les années d’expérience et de travail en commun, les agents entrèrent dans la salle et éliminèrent toutes les cibles. Toutes sauf la dirigeante. Une balle dans la jambe gauche pour l’empêcher de bouger et un interrogatoire en perspective. Orena se planta devant elle, la surplombant de toute sa hauteur, lui lançant des regards emplis de mépris et de dégoût pour avoir osé se dresser contre l’Empire. Tandis que la Rahirienne se préparait à extorquer toutes les informations que pourraient détenir la meneuse, Demian faisait le tour de la pièce à la recherche d’armes ou de preuves compromettantes. L’espionne s’approcha dangereusement et posa de simples questions, mais face à sa cible plutôt récalcitrante, elle passa à la vitesse supérieure. Demian avait raison, c’était étrange qu’il n’y eût pas de traces de sang sur ses vêtements.

~~~

La Rahirienne se rendait d’un pas satisfait au point de rendez-vous, pressée de retrouver Demian et de quitter cette foutue usine de produits chimiques. Depuis le début de cette mission, elle avait comme un mauvais pressentiment. Pourtant, il s’agissait d’une mission tout ce qu’il y avait de plus banal : poser des micros, des caméras, quelques bombes au cas où les choses tourneraient mal. C’était tout, rien de bien difficile. C’était peut-être ça le problème, tout se passait bien. L’espionne irait même jusqu’à dire qu’elle s’ennuyait comme un rat mort. Son coéquipier fut le premier au point de rendez-vous et l’attendait nerveusement. D’un simple regard, ils surent que l’autre pensait la même chose : c’était trop calme. Quelque chose clochait, c’était certain. D’un commun accord, ils décidèrent de foutre le camp le plus vite possible avant que les choses ne dégénèrent. Les agents se précipitèrent vers la sortie quand un bruit assourdissant leur parvint. On venait de faire sauter la porte d’entrée et plusieurs personnes étaient en train de se diriger vers eux, probablement des pirates ou des mercenaires. Orena pesta et maudit cette usine pour la énième fois cette nuit. Demian et elle se mirent en position pour accueillir les nouveaux arrivants. Très rapidement, les balles fusèrent de tous les côtés. Si les membres du B2I avaient pu bénéficier de l’effet de surprise, ils furent bientôt en mauvaise posture. Les mercenaires étaient clairement en surnombre.

« On ne va pas tenir longtemps comme ça ! » Orena grinça des dents, ne pouvant qu’adhérer à cette déclaration. Dans le capharnaüm du champ de bataille, quelque chose attira son attention et la glaça d’effroi. « Baisse-toi ! » Les agents se mirent à l’abri juste à temps alors qu’une roquette frôla leurs têtes et s’écrasa derrière eux, faisant exploser d’innombrables réservoirs de produits chimiques, tous plus toxiques et corrosifs les uns que les autres. La structure du bâtiment fut dangereusement secouée et le plafond commença à se désagréger. Cet endroit allait s’effondrer. Profitant du fait que les mercenaires soient aussi déstabilisés qu’eux, les espions parvinrent contre toute attente à les mettre en déroute. La bonne nouvelle était qu’ils étaient débarrassés de leurs invités indésirables. La mauvaise était qu’ils étaient maintenant enfermés dans une usine en train de s’effondrer et qu’ils allaient probablement mourir d’empoisonnement.

« Tu sais s’il y a une autre sortie ?
- Oui, mais il faut traverser cette zone contaminée. »

Ce n’était pas l’idée du siècle, mais c’était la seule qu’ils avaient à disposition. Les agents retinrent leur respiration et se ruèrent vers la sortie de secours. Tandis qu’ils esquivaient les flaques corrosives de produits non identifiés, l’usine continuait de tomber en morceaux. Les fondations se craquelèrent et se lézardèrent et de nombreux débris tombaient de tous les côtés. Elle remarqua des décombres qui leur arrivaient droit dessus. L’espionne poussa Demian devant et elle resta en arrière, sachant très bien qu’ils ne passeraient pas tous les deux en même temps. Projetée en arrière et son dos percuta un des seuls murs qui n’était pas détruit. Sous la surprise, elle reprit sa respiration et fut instantanément prise d’une violente toux. Ses yeux, ses poumons, sa gorge, tout semblait lui brûler et être attaqué par le gaz. Sa respiration se faisait de plus en plus difficile, l’impression de se noyer, de sentir son corps la lâcher comme son cœur l’avait lâchée quelques années auparavant.

Honnêtement, elle pensait être morte dans cette foutue usine de produits chimiques. Si elle ne s’était pas asphyxiée dans son propre sang, l’effondrement du bâtiment l’aurait achevée. Cependant, elle se réveilla dans cette même chambre d’hôpital qui sentait l’antiseptique et la mauvaise nourriture, un Demian inquiet à son chevet et un médecin toujours aussi fier de débiter un nombre incalculable de mots scientifiques compliqués à la seconde. Cette fois-ci, ce sont ses poumons qui ont été remplacés. Tous beaux, tous neufs, comme dirait le médecin avant de détaler vers de nouvelles opérations.

« Je suis tellement désolé, c’est entièrement ma faute…
- Eh, c’est rien, le médecin a dit que j’avais des poumons bioniques maintenant… Je ne suis pas une experte, mais il avait l’air plutôt content à ce propos.
- Si tu le dis. »

~~~

C’était la fin du duo. Ayant accumulé suffisamment d’expériences de terrain, les dirigeants du B2I avaient estimé qu’ils pouvaient désormais partir en mission solo. Si l’espionne avait d’abord pris cette décision comme une véritable trahison, elle avait ensuite relativisé et vu le bon côté des choses. On reconnaissait qu’ils étaient de très bons agents, capables de se débrouiller seuls en toutes circonstances. Après avoir dit au revoir comme il se devait à son meilleur ami, elle accepta cet honneur de partir en mission solitaire. C’était quelque chose qu’elle attendait avec impatience. Elle entretenait la gloire et la renommée des Vieira. Cependant, elle ne pouvait s’empêcher d’avoir un pincement au cœur en pensant à Demian. Chacun serait à présent très pris par leur travail, constamment en mission et n’aurait peut-être plus l’occasion de se croiser. La seule ombre à son tableau.

Comme elle l’avait pressentie, ils enchaînèrent les contrats chacun de leur côté et se perdirent de vue. Peut-être se croisaient-ils au détour d’un couloir, mais jamais le temps d’échanger plus que des banalités, et au final, même ces banalités ne franchirent plus leurs lèvres. Ils étaient devenus des étrangers.

~~~

Au bout d’un moment, elle avait perdu le compte. Elle descendait les verres d’alcool les uns après les autres. Elle dépassa rapidement le moment où elle se préoccupait de sa gueule de bois à venir pour ne laisser place qu’à une soirée de détente. De plus, elle était en charmante compagnie ce soir-là, alors pourquoi s’encombrer l’esprit de choses inutiles ? Si le voyageur n’était pas des plus loquaces ou des plus à l’aise, son joli minois rattrapait ces quelques défauts. Ça et l’alcoolémie de l’espionne qui crevait le plafond. Sa mission se passait à merveille et il était bientôt temps pour l’agent de plier bagage et de rentrer sur Rahiria. Autant s’amuser pour ses derniers jours sur cette planète.

Orena manqua plusieurs fois de s’endormir. Non pas que son amant d’un soir n’était pas doué, mais elle se posa plusieurs fois des questions. Malgré son état d’ébriété, elle sentit que l’atmosphère était étrange. Elle pensa d’abord qu’elle avait probablement abusé et bu le verre de trop. En effet, jamais à un seul moment de la soirée, elle s’était retrouvée avec un verre vide devant elle. Persuadée que son esprit embrumé divaguait à cause des vapeurs d’alcool, la Rahirienne était prête à adhérer à cette hypothèse et à s’endormir pour de bon. Cependant, ses suppositions furent balayées d’un revers de la main lorsque retentit à ses oreilles une alarme familière, celle de son bracelet, la prévenant si jamais quelqu’un d’autre qu’elle tentait d’utiliser son matériel d’espionnage. Boostée par une montée d’adrénaline, elle le fit rouler sur le dos et écrasa son poing dans la mâchoire du voyageur. Orena se précipita hors du lit et se dirigea vers l’armoire où elle entreposait son équipement. Sans surprise, sa mallette avait disparu, comme le coupable avec elle. L’espionne s’empara aussitôt d’une arme de poing et retourna auprès du dénommé Arsène, suspect numéro un dans cette histoire. S’il était évident qu’il n’était pas l’auteur direct de ce vol, c’était quand même une drôle de coïncidence qu’elle se fît voler pile à ce moment-là. Ses soupçons se confirmèrent avec la disparition précipitée du pirate. Elle jura et se maudit de s’être fait avoir par la plus vieille ruse du monde. Bouillonnante de rage, elle s’élança à la poursuite d’Arsène. Lorsqu’elle atteignit l’extérieur, elle repéra une navette en train de décoller sans la moindre autorisation. Orena s’empressa d’emprunter à un garde une arme plus lourde que son pauvre pistolet et essaya au mieux de descendre le véhicule. Ayant bu comme un trou, elle mit un temps monstrueux à toucher sa cible, lui permettant ainsi de s’écraser à plusieurs kilomètres de sa position.

Elle pesta de nouveau et rendit l’arme à son propriétaire, non sans copieusement l’insulter d’avoir laissé échapper un voleur. L’espionne se défoulait certes sur le soldat, mais c’était surtout contre elle qu’elle enrageait. Elle s’était fait avoir comme une débutante, et dire qu’elle avait même cru l’espace d’un instant qu’il était sincère. Finalement, non, il était juste stupide au naturel.

Une vieille femme, une native de la région s’approcha timidement de l’agent et toussa pour attirer son attention. « Quoi ?!, cracha-t-elle, totalement hors d’elle. » Elle lui tendait une couverture, la pressant de se couvrir. Dans la précipitation, elle n’avait même pas pris le temps d’enfiler le moindre vêtement. Orena poussa un bruyant soupir d’exaspération et enroula la couverture autour de ses épaules. La Rahirienne avait déjà suffisamment attiré l’attention, elle voulait éviter de déclencher un autre accident diplomatique en choquant les mœurs puritaines de cette putain de planète.

~~~

Orena ne croyait ni à la chance, ni au hasard, mais il y avait des moments où elle se demandait si l’univers n’était pas du genre à apprécier et encourager ce genre de coïncidences. Certains diraient que c’était le karma, l’espionne serait plutôt encline à penser que c’était une putain de blague ! Quelles étaient les chances pour qu’au sein de la FEA, sur l’Alizé, dans l’escadron Cobalt, elle retombât sur Arsène ? Son sang ne fit qu’un tour et si elle n’était pas en mission d’infiltration, elle l’aurait volontiers égorgé sur-le-champ. Cependant, elle venait tout juste d’arriver et elle n’en était encore qu’aux présentations. Elle déclina rapidement son identité ainsi que ses “motivations”. Pendant toute sa petite comédie devant le reste des membres de Cobalt, elle fusillait le pirate du regard. C’était une bonne chose qu’il survécut au crash de la navette, elle allait pouvoir lui faire payer de ses propres mains. Finalement, elle pardonnait à l’univers, voire elle le remerciait. Elle allait pouvoir se débarrasser du témoin mettant en péril sa couverture, mais en plus, ça lui permettait de laver son honneur.

La présentation prit fin. Elle disparut dans une pièce adjacente, sachant pertinemment le pirate sur ses talons. Pour quelques instants, elle mettait de côté sa mission pour le B2I. Orena avait d’abord une affaire personnelle à régler. Voyons ce que vaut le matériel de l’Alliance.
et derrière ton écran ?

mon pseudo c'est Koschtiel, et j'ai environ 18 ans. j'ai découvert votre forum via PRD (je crois, je sais plus trop, ça remonte à loin) et il faut à tout prix que je vous dise que ça va dépoter !.
❛❛ Cobalt Douze ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 18
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
loyalty
Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Fév - 18:49
Wiii touah aussi te vouala ♥️

*fais de la place dans les casiers pour les valises*
❛❛ Lieutenant ; Escouade Tallart ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 58
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Fév - 19:57
Orena, ma belle Orena...

Toujours en colère, je suppose ? :hiin:
❛❛ Cobalt Neuf ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 20
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
violence
Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Fév - 20:05
❛❛ Cobalt Sept ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 29
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
trickery
Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Fév - 20:43
❛❛ Cobalt Douze ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 18
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
loyalty
Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Fév - 16:30
gg p'tit !

J'suis plus si sûr de te vouloir dans l'escadron mais bon,
t'es validé Razz
Bon, en gros. GG à toi, ta fiche est désormais validée, tu peux te lancer dans l'aventure ! Mais ... Parce qu'il y a un "mais", avant ça, tu as encore quelques formalités à accomplir et pour t'aider à en venir à bout, voici quelques liens qui te seront bien utiles. Encore bienvenue à toi, amuses toi parmi nous.

Bottin ! & oui. Si tu as un avatar réel c'est , pour le semi-réel c'est ici !
Fiche de liens. Toujours utile et importante cette fiche ! Tu peux créer la tienne dans ce coin.
Scénarios. Si l'envie te viens de créer un ou plusieurs scénarios ; c'est là.
Flood ! Uniquement pour le flood. C'est !
▬ Et puis n'oublie pas le DISCORD. :stp:
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 287
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
'cause in a sky full of stars
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
》Pioneer's Legacy. :: × registres de la fea × :: ↪ Fiches du personnel :: Fiches validees-