chasse aux kavats (varian)

 :: × Zone RP × :: ↪ L'Alize Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 6 Mar - 23:53
Ashlynn & Varian

chasse aux kavats

L’intérieur de ce vaisseau était particulièrement fascinant pour toi, tu devais bien l’avouer. Tu étais là depuis quelques jours, à peine, et ton père avait pris le temps de te faire sommairement visiter l’endroit. Il t’avais montrer toutes les parties importantes de l’endroit. Ton dortoir. L’armurerie. Les hangars. La salle de repos. En clair, tout ce qui pouvait réellement t’être utile. Il t’avais indiqué le reste par des directions et finalement, tu avais pris sur toi de découvrir tout ça par toi-même tant que tu en avais l’occasion. Ainsi, depuis environ deux jours, tu t’aventurais un peu partout où tu le pouvais. Tu avais découvert l’infirmerie, la salle d'entraînement, mais aussi tout récemment le chemin vers la salle des machines. Alors oui pour un soldat, comme toi, cette partie du vaisseau était loin d'être passionnante et de toute façon, tu n’avais pas oser y entrer, pensant que cette sans doute, cet endroit devait être une zone particulièrement restreinte. Tu venais d'arriver, après tout, et il était hors de question que tu commences déjà à faire des vagues … surtout que ça arriverait sans doute assez vite aux oreilles de ton père. Cela dit, aux abords de la salle des machines, tu avais repéré une drôle de créature.Un animal, pas très grand à l'allure fine et sportive qui avait fuit dès que tu avais tenté de le voir d'un peu plus près. Lorsque tu avais posée la question durant le déjeuner, on t’avais simplement répondu qu'il devait s’agir d'un Kavat, que ces félins étaient les seules créatures en liberté sur le vaisseau et qu'ils étaient utiles pour chasser les nuisibles. Le truc, c'est que toi, tu étais curieuse. Aussi étrange que cela puisse paraître à certains sur ce vaisseau, tu n’avais jamais eu l’occasion de voir une telle créature et tu étais bien résolue a en approcher un de près maintenant.

Tu avais pas traîner à table au dîner, si bien que comme prévu, tu avais fini par te retrouver seule. Tu en avais profité pour prendre un peu de nourriture, hésitant un instant entre viande et poisson avant de finalement embarquer le tout dans des petits sachets. Puis, tu étais sortie de la salle de repos à toute vitesse, filant à travers les couloirs sans même savoir d'ailleurs pourquoi tu te dépêchait autant, et tu étais retournée aux abords de la salle des machines. Là, tu t'étais mise à agiter la nourriture, puis à en déposer sur le sol, te cachant derrière un mur de métal pour attendre que l’un de ces Kavats pointe le bout de son nez. Tu avais tenu quoi ? Dix minutes avant de finalement perdre patience en ne voyons aucun félin apparaître. Du coup, de rage, tu avais fini par balancer le sachet de viande à travers le couloir … manque de chance : pile au moment ou un homme était de passage. Ce fut comme si tu voyais la scène au ralenti. Le sac vola dans les airs pour finalement aller s'écraser sur l'épaule du bonhomme avant de retomber mollement au sol, a ses pieds. “▬ Oops … Je suis désolée. Ça … Ça m’a glissé des mains.” Super excuse, super convaincante, Ash, bravo.
❛❛ Éclaireur ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
hypnose

Nous savons au moins déja une chose, c'est que l'homme est merveilleux, et que les hommes sont pitoyables. (la nuit des temps ; barjavel)
Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Mar - 19:17
chasse aux kavats
ft. Ashlynn
La journée a plutôt bien commencée pour Varian. Une entrevue la veille avec des responsables haut placés de l'Alliance, qui lui ont fait part des nouvelles de sa planète. La guerre civile fait ainsi toujours rage, aucun camp n'arrivant à prendre le dessus sur les autres. Il est en revanche affecté par le sort des civils, pris dans les combats et les ravages de la guerre. Il lui tarde donc de retourner mettre tout ce beau monde au pas. Mais il est encore bien trop tôt pour ça, il doit prendre son mal en patience. Varian doit avant tout se familiariser avec sa nouvelle équipe d'exploration. La dernière mission s'étant avérée être un désastre pour ses précédents équipiers. Tous morts, sauf lui. Ses compétences lui ont permis de survivre une fois au sol loin de tout le monde. Ses sens lui ont alors indiqué le chemin à suivre jusqu'à retrouver le Lieutenant Tallart, avec qui a lutter contre les pirates établit sur la planète. La mort de ses camarades ne l'a pourtant pas vraiment touché, n'ayant jamais fait d'effort pour se lier d'amitié avec eux. Cela ne l'empêche pas de trouver cela très regrettable, son équipe était plutôt douée, aux compétences bien diverses et aux caractères simples. Tout le contraire en réalité de sa nouvelle équipe, celle de Jeager. Il sait ce dont ils sont capables en fait, pour les avoir côtoyés régulièrement comme ils partagent la même navette. C'est bien pour cela que Varian juge qu'il deviendra rapidement l'homme à tout faire de l'équipe.

Mettant de côté ses interrogations concernant son évolution au sein de la flotte, il se met en route vers le réfectoire. Là bas, après un repas convenable, il retourne à sa cabine y chercher de la nourriture à Kavat. Bien cachée afin qu'aucun animal ne les trouve, il prend une boite de pâté et prend alors la direction de la salle des machines, où il sait qu'il y trouvera certainement son animal de compagnie. Son Fripon, un Kavat qu'il possède depuis bientôt cinq ans. Il s'agit d'un des rares souvenirs qu'il possède lui rappelant son monde natal. Marchant d'un bon pas, il ne lui faut pas longtemps avant d'arriver à destination, pour finalement voir un sac voler dans sa direction. Un rapide coup d'oeil lui permet de voir que le projectile est bien fermé et rempli de nourriture. Alors il ne cherche pas à esquiver. Le sac lui percute l'épaule d'un petit son étouffé avant de retomber à ses pieds. Il avise alors la responsable qui ne tarde pas à présenter un semblant d'excuse. “▬ Oops … Je suis désolée. Ça … Ça m’a glissé des mains.” Varian est loin d'être dupe, le sac ne lui a pas échappé des mains, mais à été jeté. Non pas qu'il ait vu le geste, mais son œil exercé lui a permis de déterminer la trajectoire et la force du jet, qui n'est clairement pas une erreur. En réalité, l'erreur c'est sa présence à ce moment précis.

« Glisser oui c'est cela... » Varian soupire avec un léger signe négatif de la tête avant de reprendre son chemin. Il est stoppé net par un bruit caractéristique d'un kavat. Nul doute que Fripon a senti sa présence et l'observe en attendant son repas. Sans tenir compte de la femme, il s'assoit contre le mur et sort le pâté de sa poche, avant de siffler doucement et mélodieusement. Une sorte de miaulement se fait entendre et son kavat déboule à toute vitesse dans le couloir avant de venir se frotter contre son maître. L'explorateur câline sa bestiole un moment avant d'ouvrir la boite et de le laisser manger. Fripon vient alors se lover contre une de ses jambes et à engloutir sa pitance comme un morfale, faisant toujours sourire Varian. Il avise alors le regard intrigué de la jeune femme, toujours debout près de lui. « Quoi ? Vous n'avez jamais vu de Kavat ? »
❛❛ Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 05/03/2018
Messages : 35
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Mar - 13:26
Ashlynn & Varian

chasse aux kavats

Tu fixes le sachet, abandonné sur le sol. Heureusement, il est resté bien fermé, il n’a fait que cogner l’épaule de l’homme avant de retomber. Pas de tâche à l’horizon. Tu soupires donc, discrètement. Pas tellement que tu ais peur d’un quelconque conflit, mais disons plutôt que tu n’as pas spécialement envie d’attirer l’attention sur toi aussi tôt. “Glisser oui c’est cela…” Tu plisses les yeux. Bon, évidemment que ton excuse à la noix n’était pas crédible, tu le savais. Mais tout de même, c’est qu’il avait pas l’air aimable le barbu de passage. Et voilà même qu’il se met à soupirer, en agitant la tête de droite à gauche un court instant pour finalement tranquillement reprendre son chemin sans un mot. Tu restes silencieuse, plantée au milieu du couloir, tu le suis du regard jusqu’à ce qu’il s’arrête de nouveau, et tu penches la tête sur le côté afin d’observer son manège. Il semble avoir totalement oubliée ta présence … ou alors c’est qu’il n’en a tout juste rien à faire, toujours est-il qu’il s’assied contre la paroi métalique, sur le sol avant de sortir une boîte de sa poche. Là, voilà qu’il se met à siffler quelques secondes, jusqu’à ce qu’un nouveau bruit attire ton attention. Un miaulement, un peu plus rauque que celui d’un chat commun. Un Kavat semble alors sortir de nul part, et à ta grande surprise, sans crainte, l’animal s’approche de l’homme pour venir dévorer le contenu de sa boîte. Perplexe, tu tournes de nouveau la tête, pour regarder avec dédain ton sachet abandonné … Visiblement, tu avais fait une erreur sur le choix de la bouffe de ces trucs là. Le pire, c’est qu’en plus de venir littéralement manger dans sa main, le félin se met même à se frotter aux jambes de l’humain, le gratifiant de câlins que l’homme lui rend bien, d’ailleurs.

Tu ne sais pas trop combien de temps tu restes là, debout, pile devant ce type à le regarder avec cette bestiole, mais forcément à un moment … il finit par se rendre compte de ta présence loin de passer inaperçue. “Quoi ? Vous n’avez jamais vu de Kavat ?” Tu fronces les sourcils, ses paroles semblent … ironiques dans tes oreilles. Comme s’il était normal pour l’intégralité de la galaxie d’avoir déjà vu l’une de ces choses. “▬ Et bien figurez vous que non.” Techniquement, tu en avais déjà vu un, la veille, furtivement. Mais jamais encore tu n’avais eu l’occasion de voir l’un de ces félins d’aussi près. En plus, maintenant, tu étais tout aussi intriguée que surprise, en voyant le comportement de cette créature vis à vis de cet homme. Tu étais pratiquement certaine d’avoir entendu l’un des types au déjeuner, te dire que les Kavats étaient généralement assez sauvages, et que même si ceux qui se baladaient sur le vaisseaux étaient habitués à la présence de l’homme, ils étaient loin d’être véritablement amicaux, pas au point de se laisser approcher si facilement du moins. Et pourtant. Ce Kavat là ne semblait avoir aucun soucis avec le fait d’approcher un humain. En fait, il semblait même apprécier la présence de ce gars … “▬ Comment vous faites ça ?” Forcément, maintenant que tu avais l’objet de ta curiosité devant le nez, maintenant, à moins d’un ou deux mètres de toi, tu n’avais aucune envie de t’éloigner, et tant pis si tu dérangeais. D’ailleurs, voilà même que tu poses tes fesses au sol, pour observer encore mieux le Kavat occupé à manger. Tu t’installes en tailleur, tu fixes la créature, en relevant de temps en temps les yeux vers l’homme. “▬ J’en ai aperçu un hier, mais j’ai pas réussi à l’attirer pour le voir de plus près. Je pensais qu’ils étaient du genre sauvage ...” Ou alors, c’était toi qui n’était pas spécialement douée avec ces bestioles. Ce qui était fort possible.

Après avoir pris le temps d’observer le Kavat, ton regard et ton intérêt devient finalement sur l’homme. Tu avises le badge vert, brodé sur son vêtement. Pas un soldat, le tiens était bleu. Tu fouilles un peu à ta mémoire, à peine quelques secondes en fait. “▬ Explorateur … C’est ça ?” Tu te penches encore un peu, lorgnant sur le nom de l’escouade sans forcément réussir à déchiffrer de là où tu te trouves. “▬ Jaquet … Ja … Ja … Ah non c’est Je … oh puis merde, Je-quoi ?”
❛❛ Éclaireur ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
hypnose

Nous savons au moins déja une chose, c'est que l'homme est merveilleux, et que les hommes sont pitoyables. (la nuit des temps ; barjavel)
Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Mar - 19:23
chasse aux kavats
ft. Ashlynn
Toujours occupé à gratter le dos de son kavat, Varian dévisage la jeune femme devant lui. Son visage ne lui dit rien, et ce malgré un bon effort de sa mémoire pourtant très bonne. Il en déduit donc qu'elle est nouvelle. Un rapide coup d’œil à son uniforme lui donne la réponse qui lui manque, Tallart. Il s'agit donc de la nouvelle dans l'escouade d'Eobard, la remplaçante de Talia. “▬ Et bien figurez vous que non.” Reportant son attention sur Fripon, le prince sort une espèce de brosse de sa poche et commence à l'appliquer sur le kavat. Ce dernier ne met pas longtemps avant de pousser une sorte de ronronnement de satisfaction tout en continuant d’engloutir sa pâtée. Il n'apporte cependant aucune autre question à la jeune femme, toujours plantée là devant lui. La sociabilisation n'a jamais été son fort. Pourtant il sait qu'il devrait faire un effort. Après tout, maintenant qu'il a changé d'escouade, c'est celle de Tallart qui va veiller sur lui. “▬ Comment vous faites ça ?” Sans compter que visiblement, elle ne semble pas vouloir s'en aller sans avoir satisfait sa curiosité. Varian lève les yeux dans sa direction avant de les reporter de nouveau sur son animal. Il n'a toutefois pas le temps de répondre avant que la soldate ne vienne s'asseoir juste en face de lui, bien décidée apparentement à ne pas le laisser tranquille. “▬ J’en ai aperçu un hier, mais j’ai pas réussi à l’attirer pour le voir de plus près. Je pensais qu’ils étaient du genre sauvage ...” L'explorateur retient un soupir avant de se décider à lui répondre. « Ils sont sauvages. C'est simplement que ce kavat, Fripon, m'appartient. Je l'ai élevé depuis sa naissance. Mais il garde tout de même son côté sauvage, personne ne réussira à l'approcher autre que moi. »

Voilà, il a fait un effort pour ne pas faire son associable, maintenant, il espère pouvoir être en paix. Mais visiblement, son interlocutrice n'est pas aussi pressée que lui. Il peut aussi s'en aller sans rien dire, mais il se doute que la jeune femme lui emboîterai aussitôt le pas. Sans compter que cela pourrait causer un ressentiment, ce qui nuirait ensuite à leurs relations professionnelles. De toute façon, son éducation l'empêche de créer ce genre de situations inconvenantes. Alors il reste alors que les questions continuent d'arriver. “▬ Explorateur … C’est ça ?” Au moins sait-elle lire un badge se dit-il. Ou du moins sait-elle reconnaître les couleur, car en ce qui concerne la lecture il y a des progrès à faire. “▬ Jaquet … Ja … Ja … Ah non c’est Je … oh puis merde, Je-quoi ?” Sur le moment, Varian se demande d'où la femme peut bien débarquer, si elle est illettrée. Peut être une mauvaise vue. En réalité, il a tendance à oublier que sa vue à lui était beaucoup plus perçante que le reste de l'humanité. Cependant, c'est sa propre mémoire qui, par habitude, se trompe dans sa réponse. « Escouade Fehli... Ah non, plus maintenant … Escouade Jeager oui. C'est votre escouade qui veille sur la mienne. » Le changement est encore récent, et même s'il ne s'était pas lié d'amitié avec le reste de l'escouade, Varian éprouve un certain regret pour leur mort. Et puis, c'est pas comme si l'escouade Jeager donnait vraiment envie. « Tallart est un bon chef, on s'est battu côte à côté durant la dernière mission. Fonce dans le tas et autoritaire comme il faut. »
❛❛ Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 05/03/2018
Messages : 35
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Mar - 23:14
Ashlynn & Varian

chasse aux kavats

Alors. Oui ; tu as un gros soucis avec les noms, les prénoms. C’est un problème récurent avec toi, tu es tout à fait incapable de retenir correctement les noms des gens. Généralement, tu retiens un son, ou un morceau, mais il est très rare que tu te souviennes d’un nom dans son intégralité, surtout quand il est compliqué. Là ? C’est encore autre chose. Tu as un mal de chien à lire, et déchiffrer ce qui est écrit - rappelons le ; en tout petit - sur le tissu de la veste du monsieur qui est assis en face de toi. De toute façon, ça ne t’avances pas tellement. Tu ne connais encore personne, ou presque sur ce vaisseau. Tu n’as même pas encore eu l’occasion de participer à une seule mission, c’est dire. “Escouade Fehli…” Ah, parce que c’était un “F” ce machin ? Mince, alors tu aurais juré y voir un “J” … “Ah non, plus maintenant…” Ah. Bah s’il savait même pas dans quelle équipe il était, aussi. “Escouade Jeager oui. C’est votre escouade qui veille sur la mienne.” Jeager … Jeager. Tu fouilles ta mémoire un instant. Est-ce que ton père t’avais parler de ça ? Tu grimaces un instant. En tout ça, ça ne te disais rien du tout. Tu hausses donc les épaules. Evidemment, tu savais que l’un des rôles des soldats était de protéger les escouades d’explorateurs durant leur mission, mais il te ne semblait pas encore savoir avec quelles escouades en particulier tu allais travailler. Tu avais même déjà oublié le nom de l’escadron de pilote dont ton père t’avais parler le jour de ton arrivée. Cotruc. Bref, c’était pas le sujet, et puis d’abord, c’était quoi cette manie de mettre des noms aussi compliqués aux choses si importantes, sur cette flotte, hein ?

“▬ Oh, je vois. On risque de bosser ensemble alors.” Au fond, c’était une bonne nouvelle, non ? C’était plutôt sympa de rencontrer les collègues devant un chat sauvage et sa boîte de pâté qui sentait la viande avariée. Et dire que cette créature de malheur préférait avaler ça, plutôt que les bons morceaux de viande que tu lui avais généreusement apporter. Y avait largement de quoi se vexer. “Tallart est un bon chef, on s’est battu côte à côte durant la dernière mission. Fonce dans le tas et autoritaire comme il faut.” Tu te mets subitement à sourire … Evidemment, il ne doit pas comprendre ce qui te prends tout à coup, puisque tu ne lui as pas encore dis ton nom. “▬ Vous étiez là aussi … Durant cette mission alors.” Fallait pas oublier que c’était suite à cette fichue mission que tu étais là. Et parce que durant cette dernière, ton père avait perdu Talia. “▬ On m’a dit que ça avait été difficile.” Tu avais pu le lire sur le visage des autres. C’était loin d’être simple de toute façon, de débarquer comme ça après la mort d’un soldat qui avait passé pas mal de temps à sa place...avant de disparaître soudainement. “▬ Eobard Tallart est mon père, si vous voulez tout savoir.” Son sourire s'agrandit. C’est que tu es sacrément fière d’être la fille de ton père, surtout quand tu constates qu’il est aussi respecté, et admiré par les gens qui le côtoient. “▬ Je m’appelle Ash, fin’ c’est Ashlynn en vrai, mais c’est chiant.” Ashlynn … ça venait de ta mère ça encore. Tu avais toujours trouvé que la fin était de trop. Trop féminin. Ton diminutif collait mieux à ta personnalité de toute façon.
❛❛ Éclaireur ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
hypnose

Nous savons au moins déja une chose, c'est que l'homme est merveilleux, et que les hommes sont pitoyables. (la nuit des temps ; barjavel)
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Mar - 19:41
chasse aux kavats
ft. Ashlynn
Sans trop savoir si cette discussion l'ennuie ou l'intrigue, Varian se concentre tout de même sur son interlocutrice. Plus par respect que par réel intérêt, question d’éducation dirait-il. Sa main continue de caresser son kavat machinalement tandis que ce dernier à enfin terminé son repas. Rassasié, il grimpe alors sur l'épaule de son maître et s'y assoit tout en dévisageant la jeune femme leur faisant face. La situation arrache un léger sourire à Varian, qui commence à ranger les affaires traînant au sol. “▬ Oh, je vois. On risque de bosser ensemble alors.” Il hausse un sourcil, ce n'est pas un risque comme elle dit, mais une certitude. D'ailleurs il espère qu'elle ne l’assaillira pas de questions à chaque fois comme elle le fait actuellement. Au moins, les premiers temps il devrait être tranquille le temps qu'elle enquiquine tout les autres. Avec un peu de chance il ne deviendra pas son interlocuteur préféré. Car il a tout de suite cerné la soldate, du genre à fouiner partout, à vouloir tout savoir, et n'ayant pas peur de poser ses questions. Le genre à donner des migraines à ceux qui, comme lui, préfèrent la tranquillité. « Oui, de manière régulière même. » De plus, si elle remplace Talia, c'est avec elle que son escouade aura affaire en particulier.Les éclaireurs sont les premiers a arriver sur place pour intervenir. Quand bien même ce n'est pas leur rôle d'engager le combat, ils sont souvent forcés de le faire si la peau des explorateurs est vraiment en danger.

La discussion dérive ensuite sur la mission ayant justement coûté la vie à Talia. “▬ Vous étiez là aussi … Durant cette mission alors.” C'est effectivement ce qu'il vient de dire oui. Pourquoi doit-elle répéter ce qu'il lui dit ? Il n'a d'ailleurs pas seulement été présent, il y a perdu toute son escouade. “▬ On m’a dit que ça avait été difficile.” En effet, il doit s'agir de la mission au plus haut taux de pertes de l'Alizé depuis plusieurs années au moins. Peut être depuis la station Lupes. « C'est peu dire. Tallart s'en tire bien d'ailleurs, une seule perte. Jeager aussi une disparue. Les pilotes sont indemnes. L'escouade Delly a perdu six gars, et je suis le seul survivant de mon escouade. Donc ouais, ça a été difficile. » Les mots partent tout seul, Varian se renfrogne légèrement. Il n'a pourtant pas l'habitude de se montrer aussi expressif. Pourtant, la perte de son escouade semble l'avoir bien plus affecté qu'il ne veut se l'avouer. Ou le montrer. “▬ Eobard Tallart est mon père, si vous voulez tout savoir.” Un petit ricanement sort de la bouche de l'explorateur à cet aveux. En y regardant de plus près, il décèle effectivement des ressemblances. “▬ Je m’appelle Ash, fin’ c’est Ashlynn en vrai, mais c’est chiant.” Un froncement de sourcil vient marquer son désaccord avec le dénigrement de son prénom. Ashlynn sonne ben, il aime bien. Et puis, ce n'est pas dans ses habitudes d'utiliser des surnoms de toute manière. Il note cependant qu'en effet, aucun ne s'était présenté jusque là. Et comme ils vont devoir travailler ensemble, autant lui dire maintenant. « Varian. Enchanté Ashlynn. Donc tu suis les traces de ton père si je comprend bien. Tu vas avoir du boulot, tu t'attaques à un gros morceau. »
❛❛ Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 05/03/2018
Messages : 35
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Mar - 21:34
Ashlynn & Varian

chasse aux kavats

“C’est peu dire. Tallart s’en tire bien d’ailleurs, une seule perte.” Tu baisses légèrement les yeux, reportant ton attention sur l’animal. Une seule, c’était déjà bien trop dans cette escouade, tu le savais bien. Maintenant, on ne peut pas dire que tu te sentais vraiment aussi touchée que tous les autres, par rapport à cette perte. Talia, tu ne connaissais que son prénom, et ce que ton père avait bien voulu te dire à son sujet. Tu ne l’avais pas connue. Pas côtoyée. Elle était morte, c’était sans doute très triste pour les autres, mais toi, tu ne ressentais qu’une certaine mélancolie face à ça, songeant que d’une manière ou bien d’une autre, même s’il était fort, c’est ton père que tu aurais pu perdre, ce qui aurait été bien différent pour toi, forcément. “Jeager aussi, une disparue. Les pilotes sont indemnes. L’escouade Delly a perdu six gars, et je suis le seul survivant de mon escouade. Donc ouais, ça a été difficile.” Et là, en entendant ça, tu te rends compte que tu devrais peut-être éviter d’évoquer le sujet avec les gens qui bossent avec toi, surtout quand on sait qu’ils ont tous ou presque été concernés par cette mission catastrophe. Des escouades entière perdue … tant de vies. “▬ Je suis désolée. Je ne voulais pas … raviver ce genre de souvenirs.” Tu lui offres là dessus un sourire poli, tu ignores tout de lui, après tout, ou de ses relations avec ses anciens équipiers. Peut-être qu’ils étaient amis, ou pas. Quoi qu’il en soit, tu ne pouvais qu’imaginer que ce genre de situation n’avait rien de simple à vivre. Alors là dessus, tu préfères finalement clore ce sujet en parlant de ton père.

L’homme semble … amusé lorsque tu lui parles du lien qui t'unis à Eobard Tallart. D’ailleurs, ça ne semble pas énormément le surprendre. Peut-être à ca avait un rapport avec les quelques ressemblances entre toi, et ton géniteur. Même ta mère ne pouvait pas nier que tu étais bien la fille de ton père, c’était comme ça. Son sang coulait dans ses veines, et oui, sous certains aspects, ça avait tendance à se voir plus ou moins facilement. Tu prends aussi le temps de te présenter, du moins d’ajouter ton prénom, ainsi que ton surnom. Normalement, tu te présentais toujours sous celui de Ash. Cela dit, il t’arrivais de préciser ton prénom entier, juste pour l’information. Tu n’aimais pas particulièrement entendre ton prénom en entier. Il arrivait à ton père de t’appeler Ashlynn, mais vu que c’était ton père, tu estimait qu’il était dans son bon droit. Ta mère t’avais toujours plus ou moins appelée Ash … et ton prénom véritable ne ressortait que dans les moments ou elle était en colère. Sans doute aussi pour ça que tu associais Ashlynn à du négatif. “Varian. Enchanté, Ashlynn.” Forcément, entendre ton prénom te fais tiquer un peu. N’avais-tu pas préciser que c’était “chiant” ? Il te semble que si. “Donc, tu suis les traces de ton père si je comprends bien. Tu vas avoir du boulot, tu t’attaques à un gros morceau.” Cette remarque te fais sourire. C’est vrai que ton père, c’était pas n’importe qui. Et c’est vrai que pour le moment, tu étais loin de lui arrivé à la cheville. Tu avais encore un sacré bout de chemin à faire pour au moins parvenir à l’égaler. “▬ Peut-être bien oui … Mais c’est ce qui me motive.” Tu te redresses un peu, faisant craquer tes vertèbres, ainsi que ta nuque. “▬ Mes deux parents sont des soldats … enfin, ma mère l’était. Je crois que c’est mon destin. Je me suis jamais vu faire autre chose que ça.” Tu hausses les épaules. Pour toi, c’était la logique même. “▬ On contrôle pas ce qu’on a dans le sang.” Nouveau sourire, alors que tu reposes les yeux sur l’explorateur. “▬ Et toi, Varian, pourquoi l’exploration alors ?”
❛❛ Éclaireur ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
hypnose

Nous savons au moins déja une chose, c'est que l'homme est merveilleux, et que les hommes sont pitoyables. (la nuit des temps ; barjavel)
Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Mar - 19:42
chasse aux kavats
ft. Ashlynn
Le bilan de la mission semble tout de même affecter Ashlynn, qui baisse les yeux. Varian en déduit qu'elle ne possédait pas toutes les informations. Possible donc qu'elle se sente un peu honteuse de remuer ce sujet sous son nez. “▬ Je suis désolée. Je ne voulais pas … raviver ce genre de souvenirs.” Pour toute réponse, l'explorateur hausse les épaules. Bien qu'il appréciait ses camarades, ce n'était pas non plus des amis proches. Sans compter qu'au final, il est habitué à voir des gens mourir, ses parents, des amis d'enfance, les gardes et enseignants qui l'ont éduqué. La liste est longue, alors il ne s'émeut pas de quelques morts de plus. Lorsque la conversation se reporte sur le fameux Eobard Tallart et son lien de parenté avec la jeune femme en face de lui, le ton redevient un peu plus léger. Une fois les présentations faites au passage, Varian en profite pour placer une petite boutade. Car il est vrai que son père jouit d'une excellente réputation sur ce vaisseau. Si elle est ne serais-ce que la moitié de son père, cela promet de bonnes choses. Au fond, ça le rassure, il tient tout de même à survivre, alors avoir une escouade efficace de soldats pour le tirer de mauvaises situations il ne crache pas dessus. “▬ Peut-être bien oui … Mais c’est ce qui me motive.” Une motivation, voilà un mot que lui même comprend très bien. La sienne étant de reconquérir son monde. “▬ Mes deux parents sont des soldats … enfin, ma mère l’était. Je crois que c’est mon destin. Je me suis jamais vu faire autre chose que ça.” Varian acquiesce légèrement, au final il la comprend plutôt bien. Lui même s'est toujours vu à la tête de son peuple, sur son trône. Non pas par désir de pouvoir qui ne l'a jamais plus attiré que ça, mais parce que c'est son destin tout simplement. “▬ On contrôle pas ce qu’on a dans le sang.” Cette fois-ci, l'explorateur sourit, voilà qu'elle traduit ses pensées. Sans le savoir heureusement, mais cela le surprend de voir à quel point même si les ambitions sont différentes, la façon dont elles sont apparues sont les même. « Ça, je le confirme. C'est comme un appel, auquel l'on ne peut résister. »

La question suivante, il la voit venir de loin en réalité. Bien qu'il n'ait pas peur de parler de son passé, il a vite apprit à ne pas trop en dire. La seule mention qu'il ait fait parti d'une famille dirigeante de l'Union suffit souvent à braquer les gens. Malgré toutes ces années, la haine contre les méfaits passés est encore tenace. Nombreux sont ceux à s'être détournés de lui dès qu'ils ont appris ce détail. Plusieurs semblent même penser que son monde, et lui même, méritent ce qui se passe actuellement. “▬ Et toi, Varian, pourquoi l’exploration alors ?” L’intéressé reste pensif un instant. Il est vrai qu'il aurait largement pu devenir soldat avec ses talents. « J'ai déjà été formé comme soldat par les meilleurs entraîneurs de l'Union. Alors j'ai préféré développer d'autres compétences. » Fripon semble en avoir finalement assez de se tenir sur son épaule, et décide de revenir au sol d'un bond. Sa nature curieuse le pousse à s'approcher d'Ash avec prudence, venant la renifler. De son côté, il a repéré la petite lueur dans les yeux de la soldate à la mention de l'Union. Impossible donc de couper à la question qui ne tardera pas une fois que Fripon aura détallé. Alors il décide de l'anticiper. « Et oui, je viens de l'Union. Ma famille faisait parti du Cercle dirigeant en plus d'être la royauté de mon monde, jusqu'à une tentative de coup d'état. J'y ai perdu mes parents et tout mes proches. Depuis, c'est la guerre civile. Je dois vivre en sachant que mon peuple est en train de souffrir à cause des lubies de nobles pompeux. Jusqu'à ce que j'y retourne. » Il laisse les mots flotter encore un instant. Son kavat se retourne vers lui un instant avant de bondir sur le sac rempli de nourriture de Ashlynn. Il le déchire rapidement et s'enfuit avec une bonne partie de la nourriture. « Du moins, jusqu'à ce que je retourne avec l'Alliance pour tout reprendre en main. Et les Rahiriens paieront aussi pour leurs crimes. »
❛❛ Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 05/03/2018
Messages : 35
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Mar - 22:35
Ashlynn & Varian

chasse aux kavats

“Ca, je le confirme. C’est comme un appel, auquel l’on ne peut résister.” Ces quelques mots viennent t’arracher un sourire, tu as l’agréable sensation d’être totalement et parfaitement comprise, et ça fait du bien. Il était rare de croiser quelqu’un qui cerne aussi bien tes motivations … la plupart étaient soldats par dépit, ou par obligation, juste pour les crédits, ou pour avoir une place confortable et quelque chose à faire de leurs vies. Toi, tu étais là par choix, par envie, et parce tu sentais tout au fond de toi que suivre les traces de ton père, c’était ce que tu avais de mieux à faire. C’est d’ailleurs peut-être bien ce qui te pousses aussi à questionner à ton tour, ça, et ta curiosité habituelle évidemment.

Face à toi, l’homme garde quelques seconde le silence après ta question, il semble pensif, il semble réfléchir. “J’ai déjà été formé comme soldat par les meilleurs entraîneurs de l’Union. Alors j’ai préféré développer d’autres compétences.” Il a réussi à capter toute ton attention, là maintenant. Déjà en mentionnant l’Union. C’était particulier, généralement, toutes les personnes, ou du moins une grande majorité d’entres elles que tu allais rencontrer, ou avais rencontrées sur ce vaisseaux venaient des différentes planètes de l’Alliance. Et puis, cette histoire de formation par les meilleurs est intrigante aussi … mais peut-être que c’est juste les remarques de ton père qui te reviennent en tête. Tu étais douée, oui. Dans ton genre. Le truc, c’est que tu étais jeune, très jeune. Et toute nouvelle ici. Tu avais payer quelques formateurs, à un moment donné, pour t’apprendre certaines choses, mais rapidement, tu t’étais mise à apprendre et t’entraîner seule. Alors oui, ce que tu savais était plutôt bon, et solide … pour quelqu’un qui avait fait tout ça seul. Déjà durant ton entraînement avant affectation, tu t’étais découverte des lacunes, mais en arrivant, ton père t’avais directement annoncer la couleur en t’informant que tu avais effectivement encore beaucoup à apprendre. Il n’avait pas fait ça pour te rabaisser non, ça tu le savais parfaitement. Il avait simplement voulu te faire prendre conscience des choses … et il avait bien réussi. Maintenant, tu restais persuadée que tu avais encore pratiquement tout ou presque à apprendre. Alors croiser quelqu’un qui avait été formé par les meilleurs … c’était intéressant, oui. D’ailleurs ça te rappelait vaguement quelque chose ça, un truc que t’avais dis ton père.

“Et oui, je viens de l’Union. Ma famille faisait parti du Cercle dirigeant en plus d’être de la royauté de mon monde, jusqu’à une tentative de coup d’état.”
… Et le pire, c’est qu’il était quelqu’un d’important, à première vue. De quoi de sentir toute petite à côté de ce type, décidément. “J’y ai perdu mes parents et tous mes proches. Depuis c’est la guerre civile. Je dois vivre en sachant que mon peuple est en train de souffrir à cause des lubies de nobles pompeux. Jusqu’à ce que j’y retourne.” … Ah. Oui, alors là, tu comprenais mieux. D’ailleurs, te devais faire de sacrés yeux ronds après avoir entendu tout ça. C’était pas tous les jours qu’on entendait ce genre d’histoire, ça non. “Du moins, jusqu’à ce que je retourne avec l’Alliance pour tout reprendre en main. Et les rahiriens paieront aussi pour leurs crimes.” Et bah si c’était pas de la détermination que tu lisais dans on regard à ce moment là … tu t’y connaissais pas. “▬ Du coup … Vous êtes quoi, si vous êtes de la royauté et que vous êtes le dernier ? Un … Prince ? Un Roi ?” Tu baisses les yeux, histoire d’observer le Kavat qui a pris le temps de t’approcher entre temps, pour mieux filer au moindre de tes mouvements, pour finalement faire un bon pour attraper la nourriture qui traîne dans le sachet au sol. Il parvient à l’ouvrir sans soucis pour se régaler avant de disparaître avec. Il se fichait de ta poire celui-là … “▬ Un prince qui attends de pouvoir reprendre son trône …” Cette phrase est un murmure, audible pourtant. On aurait dit une de ces histoires pour enfant, que ta mère prenait plaisir à te raconter et que tu avais toujours trouvé super nulles, surtout quand y’avait une gonzesse au milieu en train de brailler pour faire un beau mariage. “▬ Attendez une minute. C’est quoi votre nom déjà ?” Tu le savais, qu’il ne te l’avais pas dis. Disons que c’était une façon polie et largement détournée pour le lui demander et voir si ton début de réflexion était le bon, ou pas.
❛❛ Éclaireur ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
hypnose

Nous savons au moins déja une chose, c'est que l'homme est merveilleux, et que les hommes sont pitoyables. (la nuit des temps ; barjavel)
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Mar - 19:35
chasse aux kavats
ft. Ashlynn
Bon point pour Ashlynn, elle ne semble pas faire partie de ceux qui le fuient dès qu'ils apprennent son passé. En réalité, Varian lit comme une sorte de compréhension dans son regard, comme si elle comprenait parfaitement. “▬ Du coup … Vous êtes quoi, si vous êtes de la royauté et que vous êtes le dernier ? Un … Prince ? Un Roi ?” Cette fois-ci, il lui adresse sûrement son premier vrai sourire. La question est tout à fait fondée, et c'est surtout que lui même n'a aucune réponse concrète à donner. « Techniquement je suis Roi. Mais en réalité je ne suis rien tant que je me serais pas assis sur mon trône. » Si tant est qu'il y arrive un jour, il n'est pas certain de disposer encore de soutient locaux. Sans compter tout les nobles se tirant dessus, chacun doit désormais garder jalousement le peu de pouvoir acquis. Peu probable donc qu'il puisse s'appuyer sur leur aide. Peut être les plus proches de sa famille, si elles ont survécu jusque là. Il serait logique qu'elles aient étés éliminés afin de ne pas les avoir dans les pâtes. “▬ Un prince qui attends de pouvoir reprendre son trône …” Haussement de sourcil. Il est vrai que dit de cette manière, ça fait un peu trop histoire pour enfant, trop même à son goût. « Mais sans princesse à la clef par contre. Juste du sang et des larmes. Qui sait, tu participera peut être aux combats visant à reconquérir ma planète même. »

C'est même fort probable, à partir du moment où elle est toujours en vie lorsque le moment fatidique arrivera. Ce jour là, toutes les maisons nobles plieront le genou après s'être pris une déculottée. Même l'Union ne pourra rien y redire, étant donné qu'elle a échouée à maintenir l'ordre. “▬ Attendez une minute. C’est quoi votre nom déjà ?” Varian reporte son attention sur Ashlynn, il remarque rapidement qu'elle a quelque chose en tête, qui le concerne. Comme si elle était en train de faire le lien entre lui et autre chose. « Atréides. Pourquoi donc ? Quelqu'un vous a parlé de moi déjà ? En mal j'imagine vu que peu de monde semble m'apprécier ici. » L'explorateur fronce légèrement les sourcils, dévisageant son interlocutrice avec fermeté. Bien qu'il se fiche royalement de ce qu'on l'on pense delui, il trouve toujours idiot de se contenter des origines d'une personne comme seul jugement. Pour autant qu'il sache, il n'a rien fait contre l'Alliance. Il n'était même pas né lorsque l'Union dominait la Galaxie. Varian n'a fait qu'hériter d'un passé trouble, sans rien demander. « J'espère que tu n'es pas du genre a écouter les rumeurs sans se poser de question. D'une certaine manière cela m'ennuierait beaucoup. » Car au final, malgré les questions incessantes, il est agréable de pouvoir converser sans que la personne en face le regarde comme s'il allait le trahir un jour où l'autre. Pourtant, l'éducation du jeune prince ne va en aucun cas dans ce sens. Il accorde bien trop d'importance à l'honneur pour trahir l'Alliance, qui lui a offert l'exil et même une possibilité de ramener la paix sur son monde.
❛❛ Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 05/03/2018
Messages : 35
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Mar - 21:53
Ashlynn & Varian

chasse aux kavats

“Techniquement je suis Roi. Mais en réalité je ne suis rien tant que je serais pas assis sur mon trône.” Un Roi … et bah, clairement, c’était vraiment pas n’importe qui. D’ailleurs, ça te fait tout bizarre, sur le coup, de te dire que t’es peinard, assise par terre, en train de papoter avec le Roi d’une planète de cette galaxie. D’ailleurs, tu en étais à te demander comment est-ce qu’il parvenait à rester aussi calme, et visiblement serein, à l’idée que son peuple, sa planète, soit déchirée au milieu d’une immense guerre civile. L’habitude, sans doute. Du moins, tu ne pouvais que le supposer, en réalité. Bien vite, te voilà perdue dans tes réflexions. Tu parles, sans même forcément t’en rendre compte, énoncer à haute voix ce à quoi tu penses. “Mais sans princesse à la clef par contre. Juste du sang et des larmes. Qui sait, tu participera peut-être aux combats visant à reconquérir ma planète même.” Tu hausses les épaules, que ce serait une belle histoire sans un minimum de larmes, voir de sang, et son lot de difficultés en bonus ? Ce serait sans doute fade, inintéressant et bien moins passionnant, selon toi du moins. “▬ C’est pas les graines de princesses qui manquent va …” C’était un peu tout ce que tu détestais mais bon. Ça courait les rues, et sur toutes les planètes.  “▬ Mais possible … Sans doute, en effet.” En fait, t’en savais rien. Si c’était l’une de tes missions à venir, pour l’avenir, alors ce serait le cas.

Cependant, rapidement, cette histoire d’entraînement par les meilleurs, et au sein de l’Union qui plus est fait comme écho dans ta tête avec une autre conversation que tu avais eu un peu plus tôt … le jour de ton arrivée, en réalité. Pour cette raison, tu te remets à question, mais cette fois-ci dans un but bien précis : obtenir son nom, histoire de définitivement faire le lien - ou pas d’ailleurs - entre les deux sujets. “Atréides. Pourquoi donc ? Quelqu’un vous a parler de moi déjà ? En mal j’imagine vu que peu de monde semble m’apprécier ici.” Ça alors. Pour une coïncidence … Un sourire satisfait se dessine alors sur tes lèvres. Atréides, c’était bien ça. C’était le nom que ton père t’avais donné, ce jour là, dans la navette. Le fameux type super balèze qui visiblement, serait encore plus fort que ton père. Pour un coup de bol … Tu n’avais pas eu besoin de te mettre à le chercher tiens. “▬ Alors c’est vous. Atréides.” Heureusement que t’es assise, et lui aussi, pour un peu, tu te serais mise à lui tourner autour façon vautour histoire de l’observer sous toutes les coutures pour comprendre ce qu’il avait de si spécial pour que même ton père l’estime autant … Il était moins impressionnant que ton papa, déjà. Ça, c’était certain. Tu bouges, légèrement, te penchant de nouveau en avant pour t’approcher, et te mettre cette fois à le dévisager. “J’espère que tu n’es pas le genre à écouter les rumeurs sans se poser de question. D’une certaine manière cela m’ennuierait beaucoup.” Tu lèves les yeux, soudainement. “▬ Pourquoi ça vous ennuierait ? Vous me trouvez sympa ?” Tu te recules alors subitement, reprenant plus ou moins ta place même si avec tout ça, tu es maintenant assise pile devant lui, à quelques centimètres. “▬ Figurez vous que oui, on m’a déjà parler de vous.” Tu prends volontairement tout ton temps pour t’expliquer, sans doute parce qu’il te parait déjà être sur la défensive et que pour toi, c’en est presque amusant. “▬ Mais pas en mal, non, en fait c’est tout le contraire. C’est mon père qui m’a donner votre nom.” De nouveau, tu te remets à l’observer, sans doute de façon très gênante, mais peu importe. “▬ Il dit que vous êtes très fort, et que vous êtes même plus fort que lui … C’est vrai ce mensonge ? Parce que, sans vouloir vous offenser, vous en avez pas vraiment l’air …” En même temps, il n’avait pas non plus l’air d’un Roi, du moins, c’était pas marqué sur son front et pourtant, il l’était d’après ce qu’il t’avais raconté. “▬ Ah, et je me fiche totalement de ce qu’on peut bien raconter sur vous, les ragots, c’est pour les vieilles biquettes à la boulangerie. J’ai l’air d’être une vieille biquette ? … Faites gaffe à votre réponse.”
❛❛ Éclaireur ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
hypnose

Nous savons au moins déja une chose, c'est que l'homme est merveilleux, et que les hommes sont pitoyables. (la nuit des temps ; barjavel)
Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Mar - 19:15
chasse aux kavats
ft. Ashlynn
“▬ Alors c’est vous. Atréides.” Visiblement, quelqu'un lui a parlé de lui, Varian pense cependant qu'il s'agit d'Eobard. Ce qui veut dire que le tableau ne doit aps être trop noir. Peut être même flatteur. Depuis qu'ils ont fait équipe à la dernière mission, les deux hommes s'apprécient plutôt. Ou ce qui s'en rapproche concernant Varian. Sans compter le regard de vautour que la jeune femme pose sur lui, quelque chose l’intéressé grandement, même pas besoin d'être doué pour le remarquer. Le soucis vient cependant de sa propension à poser des dizaines de questions. L'explorateur commence à en avoir assez, même s'il est conscient d'avoir alimenté la situation, et en plus elle en profite pour s'approcher dangereusement de lui. Une des choses qu'il déteste, c'est bien la proximité, alors il se fait violence pour ne pas avoir de mouvement de recul. Ne jamais laisser paraître une faiblesse, une des nombreux enseignements de son enfance. “▬ Pourquoi ça vous ennuierait ? Vous me trouvez sympa ?” Varian secoue la tête négativement. Elle a visiblement du mal à comprendre où il veut en venir. « Trop tôt pour dire ça. Disons surtout que ça m'ennuierait d'avoir à vous compter parmi mes potentiels ennemis. » S'il y a bien une chose qu'il a apprise, c'est que les premiers à donner des coups dans le dos sont bel et bien ceux qui ne vous aiment pas. L'avantage, c'est que justement ces gens la sont connus, et les voir faire des coups bas est prévisible si on les surveille un minimum. Varian attends donc d'avoir de quoi pouvoir ranger Ashlynn dans une des nombreuses cases de sa mémoire. Ennemie ? Alliée ? Neutre ? Sans compter les petites variations qui vont avec.

“▬ Figurez vous que oui, on m’a déjà parler de vous.” Il l'a bien compris oui. Elle est bien trop démonstrative pour cacher ce genre d'informations. C'est d'ailleurs là une des faiblesses que l'explorateur à enregistré. Dès le début, il a bien noté que la soldate a tendance à montrer ses émotions trop facilement. Varian remarque aussi qu'elle semble prendre sont temps pour parler, comme pour faire durer le plaisir, où le pousser à s'énerver. Malheureusement pour elle, ce genre de stratégie ne fonctionne pas sur lui. “▬ Mais pas en mal, non, en fait c’est tout le contraire. C’est mon père qui m’a donner votre nom.” Pour le coup, c'est exactement ce qu'il a théorisé, le confortant dans sa bonne lecture sur la jeune femme. Il est cependant un peu surpris du fait qu'Eobard ait pu dresser un portrait de lui aussi flatteur, du moins à entendre Ashlynn. De même, il affronte le regard de la soldate braquée sur lui. “▬ Il dit que vous êtes très fort, et que vous êtes même plus fort que lui … C’est vrai ce mensonge ? Parce que, sans vouloir vous offenser, vous en avez pas vraiment l’air …” Un soupir s'échappe devant ce mode de réflexion standard. Les gens jugent toujours sur l'apparence, ce qui est la plus grosse erreur que l'on puisse commettre. Contrairement à ce que l'on croit, les armoires à glaces, et les types musclés ne sont pas forcément les meilleurs combattants, c'est souvent même le contraire. Ils ne comptent que sur l'intimidation, où alors ils servent à porter les armes lourdes. “▬ Ah, et je me fiche totalement de ce qu’on peut bien raconter sur vous, les ragots, c’est pour les vieilles biquettes à la boulangerie. J’ai l’air d’être une vieille biquette ? … Faites gaffe à votre réponse.” Il doit bien avouer que parfois, les réactions d'Ashlynn le décontenance. Ses réactions sont tout de même assez spéciales, elle a le sang chaud. Prompt à dire ce qu'elle pense, de manière crue, loin des faux semblants de la Cour de ses parents. Varian voit déjà qu'elle ne se fera pas que des amis sur la flotte, comme son père en vérité.

« Pour ce qu'à dit ton père, c'est assez vrai oui. Il faut arrêter de juger sur la carrure. Je peux broyer un crane à main nue sans bras métallique, courir une journée entière sans me fatiguer. Mes réflexes sont qualifiés d'inhumains et mon sang coagule plus vite que la normale, m’empêchant de me vider de mon sang après une grosse blessure. » D'ailleurs, ses capacités ont tendance à effrayer pas mal de monde. La pluaprt des gens ayant tendance à le juger comme un alien plutôt qu'un humain. Alors qu'il est simplement issu de la génétique. Il représente ce que peut devenir la race humaine tout simplement. « Et ce n'est là qu'une petite liste de mes compétences naturelles. S'ajoutent à ça mes leçons militaires auprès d'Adamantine. » C'est d'ailleurs ce point qui hérisse le poil des soldats, dégoûtés d'être battus par un type formé par l'Union. Comme si cela ébranlait leurs convictions. Concernant la dernière question d'Ashlynn, Varian se décide à jouer avec le feu, un tout petit peu. « Une vieille non. Une biquette par contre, ça reste à voir vu ton débit de paroles Ashlynn. Ah et au fait, tu as le droit de me tutoyer tu sais. »
❛❛ Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 05/03/2018
Messages : 35
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Mar - 20:55
Ashlynn & Varian

chasse aux kavats

“Pour ce qu’à dit ton père, c’est assez vrai oui. Il faut arrêter de juger sur la carrure. Je peux broyer un crâne à main nue sans bras métallique, courir une journée entière sans me fatiguer. Mes réflexes sont qualifiés d’inhumains et mon sang coagule plus vite que la normale, m’empêchant de me vider de mon sang après une grosse blessure.” Tu recules légèrement, prenant une moue pensive tandis qu’il confirme effectivement, à sa façon, ce que ton père t’avais annoncer à son sujet. Ce type était plus fort oui, et il était plus fort parce qu’il avait des capacités hors normes. En clair, quoi que tu fasses, tu n’arriverais de toute façon jamais à sa hauteur. Seulement, s’il y a bien une chose que ton père t’avais apprise c’est que c’était bien mot d’avoir les moyens … mais encore fallait-il savoir les utiliser correctement. Alors oui, le bagage de cet homme est impressionnant, mais au final, est-ce bien cela qui t’intéresses ? Certainement pas. Et encore une fois, ce Varian semble lire dans tes pensées, puisqu’il enchaîne sur ce qui compte réellement, pour toi. “Et ce n’est là qu’une petite liste de mes compétences naturelles. S’ajoutent à ça mes leçons militaires auprès d’Adamantine.” Ce nom était familier pour toi, tu en avais entendu parler, et par ta mère, et par ton père. L’un des meilleurs soldats de l’Union, si ce n’est la meilleure selon certains. Un entraînement de sa part valait son pesant d’or, forcément.

“Une vieille non.” Tu plisses les yeux. Méfiante. “Une biquette par contre, ça reste à voir vu ton débit de paroles Ashlynn.” Non mais … Non seulement, il avait encore dit ton prénom en entier, mais en plus, voilà qu’il te comparait à … à une chèvre. Cette fois, tu fronces les sourcils, vexée. “Ah et au fait, tu as le droit de me tutoyer tu sais.” Ouais, ouais, ouais. Mais tu t’en fichais là maintenant de cette histoire de tu, ou de vous. Être vexée ça te mettait de mauvaise humeur, et généralement, personne n’aimait te voir de mauvaise humeur. Cela dit, pour cette fois, tu fais en sortes de te contenir … tu le sais, que tu es quelqu’un de très sanguin. Tu le sais, que tu t’énerves vite. Tu le sais aussi, que tu réagis souvent de manière brusque et excessive. Du coup, tu préfères pour cette fois ranger tout ça derrière toi, et rester concentrée sur ce qui t’intéresses. “▬ Ça marche ton altesse. Message reçu. J’vais y aller molo sur la parlotte …” Bon, tu doutes sérieusement d’y arriver. Simplement parce que tu es curieuse, et que poser des questions, ça fait partie de ta personnalité. Tu aimes tout savoir, même si ça ne te regardes pas forcément. Tu as du culot, c’est comme ça. D’ailleurs, puisqu’on parle de culot … tu en arrives au sujet qui t’intéresse le plus. Ton père avait parler de lui demander de t’apprendre quelques petites choses, mais maintenant que tu l’as en face de toi, tu en viens à te dire que peut-être, ce serait plus à toi de le faire. Alors certes, il ne te connais pas, et oui, tu débarques. Mais encore une fois, au culot, tu te décides à tenter ta chance.

“▬ Si mon père m’a parler de vous … de toi c’est pas sans raison.” Tu entames les choses doucement, sans brusquerie, ce qui te demandes en fait énormément d’efforts. “▬ Il est du genre à penser que les instructeurs de l’Alliance sont un peu nuls et que l’entraînement dispensé aux recrues est très insuffisant.” Ce qui en clair, n’était pas faux. Tu maîtrisais déjà une bonne partie des choses qu’ils avaient cru t’apprendre … et tu les avais apprises seule, la plupart du temps. “▬ Tout ce que je sais, et que je sais faire … ou presque je l’ai appris seule. Seulement, tu t’en doutes, c’est loin d’être assez. Je veux apprendre plus, et je veux devenir plus forte. Plus douée.” Tu prends le temps d’étirer tes jambes, un peu, histoire de chasser les fourmillements désagréables qui commencent à s’y former. “▬ Tu penses que tu pourrais … m’apprendre deux trois petites choses ?” Evidemment, tu minimises. Deux trois petites choses, c’est une manière pour toi de dire “apprends moi tout ce que tu sais” mais tu sais que si tu dis les choses clairement, telles qu’elles le sont, il va sans doute prendre peur, t’envoyer bouler, et ne plus jamais t’approcher.
❛❛ Éclaireur ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
hypnose

Nous savons au moins déja une chose, c'est que l'homme est merveilleux, et que les hommes sont pitoyables. (la nuit des temps ; barjavel)
Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Mar - 19:56
chasse aux kavats
ft. Ashlynn
Sa pique fait mouche. Varian note qu'elle semble tout de même faire un certain effort pour ne pas s'emporter devant ses paroles. D'ailleurs, il ne semble même pas certain de savoir si c'est la comparaison de la biquette qui l'a énervée le plus, où l'utilisation de son prénom. Varian a déjà noté qu'elle s'est renfrognée la première fois qu'il l'a appelé par son prénom complet. Il en déduit donc que l'utilisation du surnom Ash n'est pas seulement pour les amis, mais bien pour tout le monde. Ce n'est pas une marque d’affection comme souvent, mais bien une préférence personnelle, la sienne. “▬ Ça marche ton altesse. Message reçu. J’vais y aller molo sur la parlotte …” La remarque l'amuse grandement. Varian a beau la connaître depuis à peine vingt minutes, qu'il sait déjà qu'elle n'y arrivera pas. Déjà parce que si elle tient ne serais-ce que d'un tiers de son père, elle n'est pas du genre à garder sa langue dans sa poche. Et puis il y a aussi le fait qu'elle le couvre de question depuis qu'elle l'a vu, et que son intérêt semble encore plus fort maintenant qu'elle sait qui il est. Varian peut remercier Eobard pour ça d'ailleurs, il va l'avoir sur le dos un moment avec ces histories. Pas vraiment le genre de choses que l'héritier apprécie.

“▬ Si mon père m’a parler de vous … de toi c’est pas sans raison.” Exactement là où il veut en venir, il sent l'arnaque arriver de loin. Varian se demande bien ce qu'à pu mettre en tête Eobard à sa fille. Pourquoi en vient-elle a retenir les mots bien sentis qui auraient du arriver avec sa pique d'avant ? “▬ Il est du genre à penser que les instructeurs de l’Alliance sont un peu nuls et que l’entraînement dispensé aux recrues est très insuffisant.” Un rictus particulièrement moqueur se dessine sur les lèvres du prince. Pour avoir lui même suivit ces sessions, le terme un peu nul est faible. Très faibles. Au point qu'il se demande comment l'Alliance à bien pu renverser l'Union. Ou du moins comment l'Alliance a bien pu laisser son talent militaire décliner à ce point, et en si peu de temps. « Vos instructeurs sont pire que mauvais, ils font prendre plus de mauvaises habitudes que de bonnes, et même encore, ça ne vaut pas grand chose. » Varian n'a jamais mâché ses mots concernant les entraîneurs de l'Alliance, en particulier car cette période s'est plutôt mal passée avec eux. Il en savait plus qu'eux, et avait tendance à les ridiculiser assez facilement.

“▬ Tout ce que je sais, et que je sais faire … ou presque je l’ai appris seule. Seulement, tu t’en doutes, c’est loin d’être assez. Je veux apprendre plus, et je veux devenir plus forte. Plus douée.” L'explorateur comprend alors où elle veut en venir, bien qu'il l'ait soupçonné. Elle souhaite qu'il la forme. A vrai dire, il ne sait pas trop quoi penser, une part de lui est intriguée, alors que l'autre ne souhaite pas perdre de temps avec ça. “▬ Tu penses que tu pourrais … m’apprendre deux trois petites choses ? Il dévisage la jeune femme, affrontant son regard tout en arborant son faciès neutre. Il la jauge, tentant de voir s'il y gagne quelque chose. D'autant plus qu'il se doute que cela ne s'arrêtera pas à deux trois choses comme elle le dit. « Hum … » Son esprit est toujours occupé à peser le pour et le contre. Finalement, c'est le côté pratique qui tranche. S'il l'aide, elle lui sera redevable, elle lui devra quelque chose, et il la pense avoir assez d'honneur pour ne pas l'oublier. Varian pense aussi au jour où il devra reconquérir son monde natal, ce jour là il aura besoin de soldats compétents, car la situation là bas aura certainement évolué, en plus de l'Union qui ne souhaitera pas voir une de ses planètes tomber sous l'emprise de l'Alliance. Au final donc, former des soldats de la FEA aux techniques de l'Union ne peut être que bénéfique. « Pourquoi pas, mais dans ce cas, tu ne devras pas oublier une chose. Que tu as une dette d'honneur, envers moi. » Varian se demande quand même si elle est prête à aller jusque là. L'idée d'avoir un poulain et de l'aider à monter au sommet de la hiérarchie de l'Alliance avec les techniques de l'Union l'amuse aussi beaucoup, il doit bien l'avouer. « Je dois aussi me faire une idée de tes compétences actuelles. »
❛❛ Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 05/03/2018
Messages : 35
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Mar - 21:56
Ashlynn & Varian

chasse aux kavats

“Vos instructeurs sont pires que mauvais, ils font prendre plus de mauvaises habitudes que de bonnes, et même encore, ça ne vaut pas grand chose.” C’est fou tiens, on croirait entendre ton père. Tout aussi franc. Tout aussi direct. Un homme qui ne mâche pas ses mots et qui n’a surtout pas vraiment peur de dire ce qu’il pense réellement. Ça te plaisait, tu devais l’avouer. Tu aimais ce genre de tempérament, peut-être parce que tu avais été élevée comme ça, aussi, qui sait ? Ta maman non plus n’avait pas sa langue dans sa poche. Elle était différente de ton père sur beaucoup de points, mais ça, ils l’avaient tous les deux en commun. M’enfin. Le fait qu’il soit en accord sur ce point était une bonne chose … il pouvait donc parfaitement comprendre où était le nœud du problème. C’est vrai que tu avais eu espoir de ressortir de cet entraînement avec des connaissances et des compétences solides. Tu n’avais rien obtenu de tout ça, et si un instant, tu avais penser avoir bien progressé, et surtout, être devenue assez forte, il n’avait fallu que quelques mots de ton père pour te faire redescendre illico. Du coup, tu étais plus que déterminée à redresser la barre. Et puis surtout, en ce qui te concernait, tu te fichais totalement d’où pouvaient venir les compétences de cet homme là. Union, Alliance, ça n’avait aucune importance à tes yeux. Ce qui comptait, c’était les résultats à venir.

“Hum …” Il semble prendre le temps de la réflexion. Ce qui est normal. D’ailleurs, tu n’attends même pas de réponse immédiate. Tu es même prête à lui laisser un peu de temps, pour peser le pour et le contre … même si tu vas sans doute bouillir dans ton coin, le temps qu’il te donne sa décision, ça c’est une certitude. “Pourquoi pas, mais dans ce cas tu ne devras pas oublier une chose.” … Bon, au final, il avait été rapide à se décider. Cela dit, avant de te réjouir, tu tends l’oreille quand à ce que tu ne dois visiblement pas oublier pour obtenir ce que tu veux. “Que tu as une dette d’honneur, envers moi.” Une dette d’honneur … Rien que ça. Bon, en réalité, tu supposais que c’était une expression un peu pompeuse pour … une dette quoi. Mais pour toi, avoir une dette envers ceux qui te venais en aide était quelque chose de logique. Pas besoin de te le rappeler, fallait pas oublier qui étaient tes parents, et surtout dans son cas, qui était ton père. On t'avait appris des principes de base, que jamais il ne te viendrait à l’idée de bafouer. Tu étais du genre loyale, c’était comme ça. Et puis tu savais bien qu’on avait rien, sans rien. Du coup, tu hoches la tête pour signifier que tu as compris le message. D’ailleurs, tu as déjà une vague idée de là où il veut en venir précisément. Il t’avais déjà parler de sa planète, celle qui était encore en pleine guerre civile et qu’il allait falloir reconquérir, un jour … S’il t’apprenais ce que tu voulais savoir, il était évident que tu serais là, pour te battre pour s’il te le demandait. Tu étais une Tallart, après tout. De l’honneur, tu en avais.

“Je dois aussi me faire une idée de tes compétences actuelles.” Encore une fois, tu hoches la tête. Logique qu’il veuille connaître ton niveau, histoire de savoir d'où il partait … Malheureusement, maintenant que tu savais à peu près à qui tu avais à faire, tu ne pouvais pas t’empêcher de te sentir toute petite. C’était déjà le cas quand tu te trouvais face à ton père, mais là … Non seulement, Varian semblait avoir des capacités hors normes, mais en plus, il avait beaucoup, mais alors beaucoup plus d’expérience que toi. Et le pire, dans l’histoire, c’est qu’il avait l’air si jeune … à peine plus vieux que toi. Il y avait de quoi douter, face à un type dans son genre. “▬ Si tu veux. Mais je suppose que tu ne devrais pas t’attendre à quelque chose d’exceptionnel.” Et pourtant, c’était rare pour toi de douter de tes capacités. Chez toi, avant de t’engager dans la FEA, tu te sentais plutôt fière de ce que tu savais faire. Disons que tu avais toujours été assez forte pour être impressionnante aux yeux de certains. Tu pouvais te défendre par toi-même, mettre une raclée facile à quelques crétins qui se pensaient plus malin, bref … oui, tu te sentais forte. Et maintenant que tu étais là, il fallait avouer que tu avais eu tout le loisir de comprendre que tout ça … c’était du pipi de Kavat. “▬ … Maintenant ? Ou plus tard. Quand tu veux en fait, et où tu veux, aussi. Enfin, je ferais ce qu’il faut.” Et puis en plus, tu n’avais envie de décevoir ton père … après tout, demander de l’aide à ce gars là, c’était son idée à la base. C’était sans doute pas sans raison qu’il t’avais aiguillée vers Varian.
❛❛ Éclaireur ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
hypnose

Nous savons au moins déja une chose, c'est que l'homme est merveilleux, et que les hommes sont pitoyables. (la nuit des temps ; barjavel)
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Mar - 17:07
chasse aux kavats
ft. Ashlynn
Ashlynn se montre prompt à accepter le marché, au point que c'en est à se demander si elle a écouté cette histoire de dette. Mais Varian sait qu'elle a entendu, et qu'elle donne son accord sans l'exprimer. Sans doute devine t-elle dans quelle situation il pourrait faire appel à elle. Toujours est-il qu'elle s'engage dans quelque chose d'inconnu, il se pourrait bien qu'il lui demande son aide pour tout autre chose. Comme l'aider à accéder à des salles gardées, pour interroger quelqu'un, ou le tuer. C'est bien la le problème de ce genre de dettes, c'est que c'est que le remboursement n'arrive jamais comme on le pense. Toujours est-il que le pacte est sellé pour lui, dès à présent, il peut faire appel à elle en cas de besoin. Et si jamais elle refuse, et bien il n'aura qu'à la tuer ou la rendre infirme. Le futur roi met beaucoup d'importance à l'honneur, et manquer à une parole donnée est quelque chose d'impardonnable pour lui. Il veillera donc bien à ce que cette dette ne soit pas oubliée. En attendant, il souhaite se faire une idée du potentiel de la jeune femme, avec un sang tel que le sien, il doit y avoir du potentiel à n'en pas douter, mais il veut savoir d'où elle part. Après lui avoir posé la question, elle lui répond, l'air gêné, comme si avouer ce qu'elle va dire la contrarie. Il en déduit donc qu'elle est plutôt habituée à être en tête de liste, dans les meilleurs. Autrement dit, il va devoir faire attention à ce qu'elle n'ait pas la grosse tête, où alors briser cet état d'esprit. “▬ Si tu veux. Mais je suppose que tu ne devrais pas t’attendre à quelque chose d’exceptionnel.” Le fait qu'elle réussisse a se rabaisser la rassure tout de même, quand bien même l'aveu semble dur à sortir. Il sourit légèrement, décidé de tester les nerfs et le contrôle d'Ashlynn pour commencer. « Loin de moi cette idée, à part quelques exceptions, aucuns de ceux qui n'arrivent ici ne sont vraiment bon en quoique ce soit. »

Il aurait aussi bien pu dire qu'elle est nulle à vrai dire. Varian pense bien qu'elle est peut être au dessus du lot de sa promotion, mais face à n'importe quel vrai soldat de la flotte, elle ne tiendrait pas une minute, en étant très large. Un rapide coup d’œil à sa carrure permet de savoir qu'elle joue avant tout sur l'agilité que la force brute, sauf que connaissant les instructeurs, il est peu probable qu'ils l'aient aidé à développer ça. Son père ne l'aidera pas beaucoup plus, pas son style de combat. Au final, elle est plutôt bien tombée. Varian usant principalement de sa vitesse et son agilité en combat. Même s'il possède beaucoup de force, il la garde en cas de dernier recours, de manière à surprendre son ennemi. “▬ … Maintenant ? Ou plus tard. Quand tu veux en fait, et où tu veux, aussi. Enfin, je ferais ce qu’il faut.” L'enthousiasme d'Ashlynn est presque contagieux. Après tout, lui même avait toujours adoré ses séances d’entraînement avec Adamantine, plus que tout le reste. Varian décide donc de ne pas se faire attendre trop longtemps. Il pourra ainsi rapidement se faire une idée de ses compétences et réfléchir aux meilleurs entraînements. « Pourquoi pas, lève toi et attaque moi. Essaie de me maîtriser. » De son côté, il reste assis, dos au mur, sourire sur le visage et curieux de voir quelle approche Ashlynn va bien pouvoir choisir. Nombreux sont ceux qui diraient qu'elle a un avantage, mais suivant les techniques utilisées, ils auraient tout faux.
❛❛ Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 05/03/2018
Messages : 35
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 24 Mar - 14:34
Ashlynn & Varian

chasse aux kavats

“Loin de moi cette idée, à part quelques exceptions, aucun de ceux qui arrivent ici ne sont vraiment bon en quoique ce soit.” Et encore une fois, ça annonçait plus ou moins clairement la couleur. Tu comprenais mieux pourquoi ton cher papa semblait apprécier ce type, ou du moins le respecter. Tu pouvais noter les quelques ressemblances au niveau du caractère, ou plutôt, dans leurs façon de penser respectives. Tu aurais pu tout aussi bien prendre très mal cette réflexion … mais encore une fois, tu restes parfaitement silencieuse, bien consciente de ton niveau, et relativement assez consciente du sien, aussi. Si entre toi et ton père, il existait déjà un sacré gouffre, entre toi et Varian, c’était carrément des années lumière et quelques trous noirs. Sauf que du coup, c’est encore plus motivant et bénéfique pour toi qui venait par tu ne savais toujours pas quel miracle de réussir à le convaincre de te filer un coup de main et de t’entraîner. C’est ton père qui allait être content, tiens. D’ailleurs, maintenant que tu y pensais plus sérieusement … c’est vrai, que tu aurais voulu que ce soit ton père qui s’occupe de t’apprendre tout ce que tu avais à apprendre. Pour tout un tas de raisons, en réalité. La première, c’était tout simplement qu’il était ton père justement, et que tu savais bien que tu serais bien plus à l’aise avec lui pour apprendre, qu’avec n’importe qui d’autre, tout simplement parce que tu le connaissais. Et puis, il y avait aussi le fait que ton père n’avait pas été très présent dans ta vie. Dix huit ans, à ne le voir que quelques fois dans une année. Et tu ne lui en voulais pas, pas du tout en fait. Mais si ta mère s’était chargée du plus gros de ton éducation, tu t’étais dîtes que peut-être, ton père serait le plus à même de t’enseigner le reste. Sauf que maintenant que tu étais là, tu comprennais que ce n’était pas forcément l’idéal. Encore plus parce que tu avais mis le doigt sur ton style à toi … Il suffisait de te mettre pile à côté de ton paternel pour comprendre que tous les deux, vous étiez quand même vachement différents. Ton papa, c’était la force brute. Toi, tu ne pouvais pas te permettre de jouer là dessus, tu n’avais ni la carrure, ni la force physique nécessaire pour compter dessus en permanence. Il te fallait prendre les chemins détournés. Compter sur ta vitesse. Sur ton agilité. Sur ta souplesse. Et ça demandait du travail. Beaucoup de travail. Du coup, oui, tu étais parfaitement disposée à donner de ton temps et de ton énergie pour apprendre aux côtés de ce type que tu ne connaissais pas … pas encore, du moins. Tu te consolais en disant que ça viendrait, même si pour le moment, tu ne voyais qu’un inconnu face à toi, et que tu ne savais pas encore par quel morceau le prendre.

“Pourquoi pas, lève toi et attaque moi. Essaie de me maîtriser.”
Ah. Ici, et maintenant, alors. Pourquoi pas, en effet. Mais là où tu restes un peu interdite, surprise, c’est lorsque tu te lèves de ton côté, rapidement, prête à tenter de l’attaquer comme il venait de te le demander, alors que lui, face à toi, reste assis, au sol, dos contre le mur à te fixer, un sourire accroché aux lèvres comme si tout était absolument normal. Alors c’était comme ça avec lui … Dès le début, il se mettait en position de faiblesse, sans doute encore une fois pour te prouver que tu étais très loin d’être à son niveau. Son attitude t’agace, d’entrée de jeu. Un véritable frimeur … Et tu avais horreur des frimeurs. Tu soupires donc, lourdement, l’observant encore un instant. Là, comme ça, pour toi, il n’y avait pas cent mille manière d’attaquer, tu ne pouvais venir que de face, frontalement, même si c’était loin d’être ce que tu préférais généralement. Cela dit, peu habituée à frapper directement une personne au sol, ton premier geste et de lancer ta main vers lui, ton poing se sert, l’idée c’est de frapper une première fois, ici, tu vises directement le visage pour porter un premier coup, avant de le forcer à se mettre à ta hauteur pour te sentir plus à l’aise … si tu arrives à le toucher, du moins.

❛❛ Éclaireur ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
hypnose

Nous savons au moins déja une chose, c'est que l'homme est merveilleux, et que les hommes sont pitoyables. (la nuit des temps ; barjavel)
Revenir en haut Aller en bas
Lun 26 Mar - 17:28
chasse aux kavats
ft. Ashlynn
Elle vient de face, comme il le pensait, approche la plus directe, mais aussi la plus casse gueule. En tout cas devant un adversaire entraîné et avec de bons réflexes, ce qu'est Varian. La scène se déroule presque au ralentit alors qu'il cherche comment la contrer. Non pas qu'il soit en manque de solutions, c'est justement le contraire. Il a tellement de possibilité qu'il cherche laquelle est la meilleur à utiliser ici. Son cerveau fonctionne suffisamment vite pour lui laisser le temps de réagir alors que la main d'Ashlynn approche dangereusement. De son côté, Varian n'a cessé de sourire, et se met en mouvement à son tour. Faisant jouer ses réflexes quasi surhumains, il se propulse de côté d'un coup de main sur le sol, puis vient balayer les jambes de son adversaire, assez fort pour l'envoyer dans les airs sans appui, mais tout en se contrôlant assez pour ne pas lui briser des os. Profitant de son impulsion, il réussit à attraper Ash par le col avant qu'elle ne soit tombée au sol. Assurant sa prise, il la retourne afin de la plaquer face contre terre, il ne lui reste alors qu'à appliquer une pression sur une zone bien précise de sa colonne vertébrale pour empêcher tout mouvement brusque. « Ne bouge plus, avec cette prise tu risques de te briser des os et de déchirer des ligaments en te débattant. » Tout s'est passé en à peine trois secondes, nul doute qu'elle n'a sans doute pas vraiment compris ce qu'il s'est passé. Mais de son côté, il a pu noter beaucoup de choses la concernant.

Varian relâche sa prise, et remet Ahslynn sur ses pieds en tirant sur son col. Désireux de continuer la leçon, il lui fait signe de le suivre. « On va continuer dans la salle appropriée » Il ne dit plus un mot jusqu'à la salle d’entraînement, même si la jeune femme de son côté ne semble pas prête à en faire de même. Le futur roi est dans ses pensées, cherchant comment donner les bons conseils, et comment exploiter ce qu'il a vu du rapide échange avec elle. Une fois sur place, il lui fait signe de se remettre en position, avant de tourner autour d'elle comme un prédateur avec sa proie. « Pour commencer, l'approche frontale tête baissée, c'est bon pour ton père. T'es pas taillée pour ça. » Elle semble en avoir pourtant conscience, mais son attaque de face juste avant montre certains relents de la fibre paternelle. Même si elle l'avait attrapé, il aurait bénéficié de la puissance de ses deux bras ainsi que celles de ses jambes pour la repousser. Face à un adversaire plus fort que soit, c'est perdre son avantage bêtement. « Privilégie les attaques de flanc ou de dos. Met dans le vent une partie des avantages de l'adversaire. Il sera obligé de se repositionner ou de perdre son allonge. » Sans crier gare, afin de tester la posture de son élève, Varian vient la pousser par les épaules. Il la regard alors contrebalancer la poussée pour ne pas être déséquilibrée. Il la regarde sous toute les coutures, notant chaque geste, chaque frisson même qui semble parcourir. « Tes jambes, pas assez écartées, ton centre de gravité est trop haut du coup et c'est pour ça que tu tangues quand je te pousses. On va travailler ça déjà, que tu prennes la bonne position instinctivement. »

Il s'agit ici de l'élément le plus important pour un bon entraînement. Un centre de gravité optimisé permet à n'importe qui d'être plus performant. Il sert de base à tout e technique d'ailleurs, au point qu'il est inutile de les apprendre sans être capable d'avoir découvert sa posture adéquate. Le regard acéré de Varian lui permet d'estimer rapidement où se situe celui d'Ashlynn en fonction de sa taille, sa masse et son ossature. Il tape du pied celui de son élève pour signifier qu'elle doit l'avancer, il la force à se ramasser un peu plus sur elle même aussi. « Voilà, c'est cette position que tu dois travailler jusqu'à l'adopter instinctivement. Elle n'est pas pratique pour avancer ou reculer il est vrai, mais ça te fera travailler tes jambes et ta vitesse. Garde en tête que le principal objectif ici est de te faire prendre conscience de ton centre de gravité, de manière à optimiser tout tes mouvements. »
❛❛ Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 05/03/2018
Messages : 35
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Mar - 17:11
Ashlynn & Varian

chasse aux kavats

Ton approche est mauvaise et ton choix désastreux. Les attaques frontales ne sont clairement pas faites pour toi, et bien entendu, Varian te balaye sans aucune difficulté. Tout se passe vite, très vite, à peine quelques petites secondes durant lesquelles tu as le temps de te faire malmener comme jamais sans réellement pouvoir te rendre compte des choses dans leur globalité. Tout ce que tu sais, c’est qu’après sa série de mouvements, tu te retrouves plaquée au sol, et bloquée, en sentant un appui désagréable tout contre tes vertèbres. Ton premier réflexe aurait été bien entendu de te débattre, mais comme pour ton attaque précédente, Varian semble anticiper ton geste. “Ne bouge plus, avec cette prise tu risques de te briser les os et de déchirer des ligaments en te débattant.” Tu souffles. Il n’y avait pas à dire, ce type n’avait pas baratiner, et ton père n’avait pas exagérer. Il était fort. Très fort. D’ordinaire, tu réussissais quand même à placer un coup. Au moins un. Là, rien. Pas un geste, pas un mouvement. C’est comme si tu n’étais qu’une poupée de chiffon entre ses mains et … oui, c’était très, mais alors très désagréable.

L’homme relâche finalement sa prise, avant de te relever, encore une fois comme si tu n’étais qu’un pauvre pantin totalement désarticulé. “On va continuer dans la salle appropriée.” Bon. Tu ne savais pas trop si c’était une bonne nouvelle ou pas, mais visiblement, Varian était lancé et bien décidé à continuer. Tandis qu’il s’avance déjà dans le couloir, sans doute en direction de la salle d’entraînement, tu grimaces en gesticulant un peu. Tu avais l’impression d’être passée sous un tank, déjà, et d’avoir les membres attachés dans le mauvais ordre. “▬ C’était quoi cette prise chelou ?” Tu ne sais pas trop si tu poses réellement les questions, ou si tu te parles à toi-même. Tu ronchonnes. D’un côté, tu es satisfaite d’avoir dénicher quelqu’un d’aussi doué, de l’autre, tu as clairement la rage de t’être faites avoir aussi facilement. Comme une vraie débutante, tiens. Tu soupires, une dernière fois. De toute façon, ça ne servait à rien de tenter la discussion, monsieur le Prince semblait avoir décidé de rester silencieux sur le chemin. Ce n’est qu’une fois à la salle qu’il s’adresse de nouveau à toi, d’abord par un geste t’indiquant d’aller au centre pour te mettre en position, puis te tournant autour comme un espèce de charognard qui zieute sur un cadavre. “▬ Vous avez été un vautour dans une autre vie ?” Mais évidemment, il ignore ta remarque pour finalement entrer dans le vif du sujet. “Pour commencer, l’approche frontale tête baissée, c’est bon pour ton père. T’es pas taillée.” Ouais, ouais, ouais. Ça tu le savais déjà, c’était pas une découverte. Sauf que forcément, tu lui avais prouver le contraire y’avait quoi ? Cinq minutes à tout casser. “▬ Ouais, je sais, c’est un vieux réflexe.” C’était ça d’avoir le sale caractère de son père, parfois, on ne réfléchissais pas avant d’agir, et on faisait des erreurs stupides. Varian te donne alors quelques conseils de plus, comme de privilégier les attaques de dos, ou de flanc, et étrangement, tu l’écoutes avec grande attention, sans tenter de l’interrompre une seule fois, jusqu’à ce qu’il vienne mettre un coup dans l’un de tes pieds … un coup qui manque de te déséquilibrer. Tu tangues un peu, avant de reprendre un bon appui en fronçant les sourcils. “Tes jambes, pas assez écartées, ton centre de gravité est trop haut du coup et c’est pour ça que tu tangues quand je te pousses. On va travailler ça déjà, que tu prennes la bonne position instinctivement.” Si même ta position de départ était mauvaise, c’est qu’il y avait du boulot. Du coup, tu tentes par toi-même de corriger cette position. Si tu avais bien entendu parler de … centre de gravité par le passé, tu avouais que tu n’avais jamais fais réellement grand cas de ce terme et de ce qu’il signifiait dans la pratique. Cela dit, malgré tes efforts, ta bonne volonté, et ton désir de te corriger, tu n’y parviens pas et c’est encore une fois Varian qui vient taper dans ton pied afin de te faire comprendre qu’il te faut l’avancer encore un peu. Il te fait ensuite prendre une position bien particulière et lorsque tu y es … tu ne peux pas t’empêcher de grimacer en te disant que tu es loin d’être à l’aise comme ça, et surtout, que tu la trouves particulièrement étrange. En réalité, c’est sans doute à force de prendre ta mauvaise position habituelle, mais pour le moment, tu avoues clairement que tu ne te sens pas très naturelle, ainsi et encore une fois, tout ça ne semble pas avoir échapper à Varian qui se remet à parler pour te convaincre du bien fondée de ce qu’il te fait faire. “▬ T’es sûr de ton coup là … non parce que je t’avoue que je me sens bizarre là, je suis pas habituée.” Tu te remets droite, avant de tenter de reprendre exactement la même position par toi-même, pour la mémoriser, mais aussi pour te familiariser avec cette dernière, et tu recommences plusieurs fois l’opération, si bien qu’à un moment donné, l’étrange sentiment de gêne commence à légèrement s’estomper déjà. “▬ Mwé, j’imagine que c’est un pli à prendre …”
❛❛ Éclaireur ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
hypnose

Nous savons au moins déja une chose, c'est que l'homme est merveilleux, et que les hommes sont pitoyables. (la nuit des temps ; barjavel)
Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Mar - 19:23
chasse aux kavats
ft. Ashlynn
Sans tenir compte des quelques remarques venant ponctuer ses propres paroles, Varian continue d'aider Ashlynn à adopter une meilleure position. Il l'aide à se repositionner correctement avant d'enfin arriver à quelque chose de plus correct. La laissant ainsi, dans cette position certes inconfortable, l'explorateur se remet à lui tourner autour, vérifiant la posture de haut en bas, sous toutes les coutures. Ashlynn vient d'ailleurs émettre ses doutes concernant ce qu'il lui fait faire. “▬ T’es sûr de ton coup là … non parce que je t’avoue que je me sens bizarre là, je suis pas habituée.” Il est sûr à cent pour cent oui. C'est une leçon que lui a enseigné Adamantine il y a bie longtemps, une des premières même. Il est le premier à dire qu'il s'agit de la plus importante d'ailleurs. Varian décide de lui montrer un premier aperçu de l'utilité de ce qu'il lui enseigne alors qu'elle reprend la parole pour ronchonner. « Oui je suis sûr. Après pas mal de pratique tu devrais être capable d'améliorer tes mouvements en te basant sur ce que tu vas apprendre ici. Déjà regarde ça. » Sans rien dire de plus, il la pousse de nouveau par les épaules, plus fort qu'avant même. Le corps de la jeune femme part très légèrement en arrière, avant qu'elle ne parvienne à  rétablir tout son équilibre, bien plus rapidement qu'avant, et sans tanguer ni risquer de perdre son équilibre. Il la pousse de nouveau sur le côté, sans réussir encore une fois à la déstabiliser ni lui faire changer d'appuis. Bien entendu s'il y appliquait tout sa force, ce serait un jeu d'enfant, mais ce n'est pas le moment pour jouer aux gros bras. « Tu vois ? Tu gères déjà mieux ton équilibre, et j'y suis allé plus fort. »

Il lui laisse le temps de digérer l'information tandis que lui même réfléchit au mode opératoire qu'il va utiliser. Varian sait qu'il va être compliqué, voir impossible de reproduire toutes les leçons qu'il a reçus. Manque de temps, certaines doivent être apprises bien plus jeune, et il n'a surtout pas que ça a faire aussi. Le meilleur moyen qui s'impose dans son esprit est de jouer sur les entraînements d'Eobard. Mais pour commencer, il doit encore se faire une idée de quelques autres points importants. Toujours sans demander son avis, il attrape le bras de la jeune femme et commence à tâter ses muscles, estimant une puissance et ténacité, pour se faire une idée de la force musculaire qu'elle est capable de déployer. « Contracte toi. » Il passe ensuite au second bras, puis aux jambes et termine en donnant un coup légers vers les abdominaux. « Hum ... » Varian reste pensif, sans même se soucier du regard que lui jette Ashlynn, possible qu'elle n'ait guère apprécié être inspectée de cette manière, mais il n'en a cure. Ceci fait, il ne reste qu'une dernière chose à vérifier, l'endurance. « Bon on va courir sans s'arrêter d'un bout à l'autre de la salle, et se baisser pour toucher chaque ligne. » Avec la dizaine de lignes ponctuant le sol de la salle, l'exercice se veut rapidement éprouvant, d'autant plus qu'il compte bien lui imposer un rythme de course élevé tout en lui parlant. « Donne toi à fond, calque toi sur mon rythme, quitte à ne pouvoir faire que quelques aller retours. » Faute de connaître un baromètre standard d'endurance, Varian préfère donc se baser sur la sienne, qu'il connaît extrêmement bien, le meilleur moyen de connaître les limites d'Ashlynn donc. Il se met donc à courir à toute vitesse, forçant la jeune femme à accélérer au maximum. Nul doute qu'elle est quasiment à sa vitesse maximale dès le début de la course.

Ils enchaînent ainsi de longues minutes à courir, s'accroupir, repartir, s'accroupir encore … Varian commence à se chauffer tandis qu'il voit déjà que sa protégée commence à peiner grandement, mais qui se refuse à laisser tomber. Nul doute qu'elle s’effondrera plutôt que d'abandonner. Jugeant en avoir assez appris, il arrête l'exercice. « Pas mal pour une recrue. » C'était même très bon, mais ça, Varian ne le dira pas, pas tout de suite du moins, la plupart des soldats du vaisseaux auraient déjà lâché l'affaire. « J'ai une bonne idée de tes capacités physiques donc. J'imagine que tu as déjà commencé les exercices avec les autres soldats je me trompe ? » Varian sait avoir raison, il les avait vu s’entraîner, et Eobard , n'est pas du genre à ménager quiconque, même sa fille. Elle aura sûrement du participer aux exercices dès le premier jour. « Pour faire court, tu vas doubler chaque exercice qu'il te donne à faire. 100 pompes ? Tu en fais 200. Trois tour de vaisseaux ? Tu en feras 6. Et tout les jours ! D'ici un mois, ta force et ton endurance devraient déjà se développer, on se reverra à ce moment là. »
❛❛ Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 05/03/2018
Messages : 35
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 29 Mar - 11:44
Ashlynn & Varian

chasse aux kavats

“Oui je suis sûr.” Bon. Bah le monsieur, il était sûr … Quoique, en fait tu te demandais si c’était vraiment rassurant. Vraiment, hein, sa nouvelle posture, tu peinais grandement à t’y faire, et c’était pas faute d’essayer en la quittant, pour y revenir, puis la quitter de nouveau et puis retenter encore. Au final, tu avais plus l’impression de bouger d’un petit pouce à chaque fois que tu bougeais, et de totalement foiré ce qu’il venait à peine de te montrer. “Après pas mal de pratique tu devrais être capable d’améliorer tes mouvements en te basant sur ce que tu vas apprendre ici. Déjà regarde ça.” Et sans prévenir, une nouvelle fois, il vient te pousser, te bousculer, sauf que cette fois, il y va un peu plus fort et pousse directement sur tes épaules. Tu te sens partir vers l’arrière … mais étrangement, c’est vrai que tu parviens à te stabiliser plus rapidement, et surtout plus facilement. Tu ne tangues pas. Tu reviens pratiquement instantanément dans ta position de départ, et ce totalement naturellement. Mh. C’était pas mal, c’est vrai. D’ailleurs, Varian revient encore une fois à la charge, sur le côté cette fois, pour à peu près le même résultat. Tu ne te sens pas contrainte à bouger, à changer de position pour tenir. Rien. Tu restes stable. “Tu vois ? Tu gères déjà mieux ton équilibre, et j’y suis allé plus fort.” Impressionnant. Pour être honnête, tu ne te serais jamais attendue à voir le moindre petit résultat au bout d’à peine une demi-heure avec lui … et pourtant, les faits étaient là. Tu sentais déjà une différence. C’était minime, bien entendu. Mais c’était là quand même. “▬ Je retires ce que j’ai dis …”

Tu recommences à bouger. Maintenant que tu savais que tu avais déjà fais un petit progrès, et que mine de rien, les conseils de Varian fonctionnaient bien, tu te sentais encore plus motivée, et exit les doutes sur ce qu’il te faisais faire. Même si tu avais encore du mal sur le plan physique avec ça, tu étais persuadée que ça viendrait, et tu étais prête à bosser pour ça. Sauf qu’à ce moment précis, en plein élan de motivation, voilà que tu sens les mains de l’explorateur qui se posent sur ton bras, il appui légèrement au niveau des muscles, un peu comme le ferait un médecin pour un examen, puis, il passe au second bras. Pour les bras, tu ne dis rien, et tu obéis même quand il te demande de te contracter. Même si, clairement, tu n’avais jamais apprécié que l’on soit trop tactile avec toi. En revanche, quand il se met à faire de même sur tes jambes, tes cuisses même, tu fronces les sourcils, et quand ses mains passent sur ton ventre, sans doute pour tes abdominaux là … tu finis par te décaler brusquement pour t’éloigner et remettre une certaine distance entre toi, et l’explorateur. “▬ On t’as jamais dis que ça se faisait pas de tripoter une fille sans son autorisation ?” Et après, on allait dire que c’était toi qui manquait d’éducation. Non, mais. On lui avait pas appris la bonne conduite ou quoi, dans son école pour prince ? Tu grognes. Tu ronchonnes. Tu montres une espèce de pseudo colère, mais derrière, tu y dissimule toute ta gène, conséquence directe de ta jeunesse, mais aussi de ton sale caractère, jamais un homme n’avait poser ses mains sur ton corps comme il venait de le faire. Et peu importe qu’il l'ait fait pour … ton entrainement, ou … Ou pourquoi d’ailleurs ? T’en savais rien. Et tu n’avais pas envie de poser la question. De toute façon, il te semblait qu’il était déjà passé à autre chose.

“Bon on va courir sans s’arrêter d’un bout à l’autre de la salle, et se baisser pour toucher chaque ligne.” Tu observes la salle. Grande, mais pas trop. En revanche, il y avait quand même pas mal de lignes au sol, ce qui signifiait des arrêts fréquents en pleine course pour se baisser, se relever … “Donne toi à fond, calque toi sur mon rythme, quitte à ne pouvoir faire que quelques allers retours.” Forcément, la vitesse de l’homme te surprends et dans un premier temps, tu te retrouves un peu à la traîne. En fait, il te faut donner tout ce que tu as pour réussir à au moins tenir le rythme de la course, tout en te baissant pour toucher les lignes à chaque fois. Au bout de quelques minutes, à peine, tu sens déjà que tu n’es pas loin d’être à bout, et pourtant, tu continues, hors de question de montrer le moindre signe de faiblesse ou de te laisser aller. Non. Tu forces. Et tant pis si ça fait mal, tant pis si tu es à bout de souffle. Pourtant, quand il s’arrête, tu pourrais remercier n’importe quel dieu si tant est que ces choses là existaient quelque part. “Pas mal pour une recrue.” Tu souffles, tentant de calmer un peu les battements de ton cœur et de retrouver une respiration plus normale. “J’ai une bonne idée de tes capacités physiques donc.” Alors c’était ça, ce qu’il faisait depuis tout à l’heure. Il te testait. C’était sans doute ce qu’il faisait aussi, en te touchant un peu partout. “J’imagine que tu as déjà commencé les exercices avec les autres soldats je me trompe ?” Tentant toujours de reprendre ton souffle, tu ne réponds que par un hochement de tête. Il ne se trompait pas. En fait, dès le premier jour, tu y avais eu le droit ce qui était loin d’être étonnant quand on connaissait ton père. En plus, il n’y allait pas vraiment de morte … quoique c’était quand même bien moins intense qu’avec Varian, tu en avais la preuve. Tu poses tes mains sur tes hanches, faisant quelques pas. “Pour faire court, tu vas doubler chaque exercice qu’il te donne à faire.” … Doubler le rythme imposé par ton père. Là, comme ça, ça te paraissait presque impossible, et quasi surhumain. “100 pompes ? Tu en fais 200. Trois tours de vaisseau ? Tu en fais six. Et tous les jours ! D’ici un mois, ta force et ton endurance devraient déjà se développer, on se reverra à ce moment là.” … Alors c’était tout ? Trois conseils, quelques tests, et maintenant, il te demandait juste d’en faire plus que n’importe qui d’autre. Tu te retiens, cela dit. Tu te retiens de lui dire que dans un mois, tu serais peut-être morte de fatigue à force d’en faire trop, tu te retiens aussi de dire que tu penses que tout ça est impossible .. tout simplement parce que sans avoir essayer, tu ne peux pas le savoir. Et puis encore une fois, niveau détermination, tu tiens de ton père. Si c’est ce que tu dois faire, alors tu le feras. Point. “▬ Ca me va !” Et là dessus, tu viens t’appuyer contre le mur de la salle, pour finalement t’asseoir au sol. “▬ A dans un mois, alors.”
❛❛ Éclaireur ; Escouade Tallart ❜❜
avatar
ici depuis le : 19/02/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
hypnose

Nous savons au moins déja une chose, c'est que l'homme est merveilleux, et que les hommes sont pitoyables. (la nuit des temps ; barjavel)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
》Pioneer's Legacy. :: × Zone RP × :: ↪ L'Alize-