Falling Skies - (Ft Jahel)
lienlien
× ANNEXES RAPIDES ×
ALLIANCE
SYNDICAT
CORPORATION MARCHANDE
BESTIAIRE
HIERARCHIE MILITAIRE
TECHNOLOGIES
UNION GALACTIQUE
EMPIRE RAHIRIEN
CHRONOLOGIE
EQUIPEMENT
VAISSEAU DE LA FEA
NANOFORCE
RACES JOUABLES
× RECHERCHES DE RPS ×
MASCARADE recherche actuellement un RP. Elle est Officier, sur L'Endurance. Contactez la par MP !
× RPS LIBRES ×
Il n'y a actuellement aucun RP libre disponible.
× MUSIQUE DU FORUM ×
× DISCORD ×



 

Falling Skies - (Ft Jahel)

 :: × missions × :: ↪ Flashbacks Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Garviel Vector
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 193
Mar 21 Mar - 20:40
Falling Skies
ft. Jahel
"Ici groupe de reconnaissance deux, rien à signaler, l'escorte peut repartir !" Je jette un dernier coup vers les hommes de l'exploration en dessous de moi avant de confirmer par un simple clic dans la radio. Après un coup d’œil à mon plan de vol, je prend al direction de la fin de ma ronde. Depuis trois jours l'Hyperion et l'Alizé sont en orbite autour d'une planète remplie de forêts, montagnes et étendues d'eaux, et la FEA espère y trouver des ressources abondantes. Les premiers rapports ont même indiqués l'absence de vie intelligente et peu de bestioles dangereuses, bref un paradis pour l'Alliance. Mon escadron a donc été déployé pour apporter un soutien aérien aux explorateurs et soldats au sol. Mais tout mon être ne peut s'enlever l'idée qu'il y a une couille dans le pâté. Déjà rien que d'être envoyé en solo au lieu des duos habituels ne me plait que très peu. Sans parler de la solitude, c'est surtout le sentiment de vulnérabilité qui me gêne terriblement. Mais voilà, la planète étant jugée sûre la FEA a décidé de faire des économies de carburant en ne déployant que la moitié du soutien aérien recommandé. Dans un énième soupir je me dirige vers le flanc d'une énorme montagne vers laquelle se dirige normalement un groupe de l'exploration de l'Alizé. En gros je dois juste faire un passage pour m'assurer qu'il n'y a rien de trop dangereux et repartir. "Ici Cobalt Leader, j'entame mon dernier passage avant la relève, retour prévu dans une heure et demi environ." L'officier des communications accuse réception, et me voilà parti pour près de deux heures en solitaire.

Il me faut une bonne demi heure pour atteindre la montagne, j'entame ensuite de la contourner ce qui est censé me prendre encore trente minutes. Mon affichage tactique m'indique la présence de l'escouade d'exploration de l'Alizée à environ vingt minutes de là, tout va bien donc. Je vais pouvoir aller me vautrer dans mon lit dès mon retour sur l'Alizé. Un éclair lumineux ?! On aurait dit un miroir, où est-ce un effet d'optique? On ne sait jamais à quoi s'en tenir sur ces mondes étrangers. J'effectue un nouveau passage de contrôle à plus basse altitude pour vérifier. Et c'est là que mon sang se glace. Dépassant à peine de la roche, une sorte de batterie anti-aérienne. Elle m'a en pleine ligne de mire, si elle ouvre le feu je suis très ... Je vois la fumée sortir de l'arme avant même de sentir l'impact. L'instant d'après mon appareil part en vrille, fumant et en flamme. Seul mon réflexe de virer en catastrophe m'a permis d'éviter d'être désintégré sur le champ. Cependant ma survie n’est pas garantie. Je malmène les commandes pour arrêter la vrille sans pouvoir toutefois réussir à redresser, je vais me crasher, je ne peut rien y faire, à part amortir l'impact. Mon CS dévale le flanc de la montagne à toute allure et les arbres de la vallée se rapprochent dangereusement. Je tire de toute mes forces sur le levier tout en tentant quelques manœuvres désespérées alors que le sol se rapproche inévitablement. Je parcours encore quelques kilomètres avant de me crasher dans un grand fracas, et tout devient noir.

L'odeur de brûlé et la toux me font sortir de l'inconscience. Ma tête me fait mal, je sens un liquide gluant sur mon visage et mon côté gauche me fait atrocement souffrir, mais je suis vivant. C'est déjà un bon point. L'espoir revient même en voyant que ma radio fonctionne encore. A ceci près qu'après plusieurs tentatives, impossible de contacter qui que ce soit. Je me tord tant bien que mal, j'ignore combien de temps je suis resté inconscient, la moitié de mon appareil est dévoré par les flammes, et le réservoir sera bientôt touché, et la .. BOUM ! Ma tentative de m'extraire du cockpit s'avère malheureusement inutile, mes jambes sont bloquées par l'avant de l'appareil qui s'est plié vers l'intérieur, et mon cri de douleur indique clairement que j'ai quelque chose de cassé ou autre chose d'aussi peu encourageant. Bref, c'est vraiment la merde.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Jahel Jeager
❛❛ Oméga ; Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 13/01/2017
Messages : 108
Mar 21 Mar - 21:48


"falling skies"

Garviel & Jahel



« Goûte moi c'machin. » Ton équipière te lance un drôle de regard, puis, elle prend entre ses mains l'étrange fruit … légume … baie (?) que tu lui tends pour l'examiner sous toutes les coutures. Affreusement peu engageant, et ça tu le sais. Pourtant, toi, ça ne t'as jamais effrayé et forcément, ça fait déjà deux que tu croques et ce malgré la couleur brunâtre, et l'aspect un peu visqueux de la peau … à croire que ces choses sont pourries, et pourtant. « C'est bon, hin. » Encore un regard dubitatif, et voilà qu'elle balance ton fruit à travers la forêt. « Tu vas encore être malade. » Meh. Non, d'abord. Il a bon goût malgré sa tronche. T'es presque certaine que celui là était réellement comestible. Presque, oui. Du coup, tu soupires en cueillant un nouveau truc au passage. Rouge cette fois, nettement plus joli que l'autre. « Jeager, arrête de bouffer ! » Té. Cette fois, c'est l'Oméga que ton escouade qui te cause. Tu l'aimes bien le vieux, mais faut avouer que tu le trouves un peu rabat joie sur les bords. Faut bien que tu t'occupes, toi, tu aimes l'action. Si tu es là, c'est pour courir à travers une jungle, une forêt, échapper à des bestioles effrayantes, et finir par les traquer, les tuer, et les bouffer. Marcher tranquillement sur un sentier en attendant que ça passe … c'est pas tellement ton truc alors forcément, tu causes un peu trop, tu manges aussi, tu t'agites. Tu peux même pas spammer les communications pour ne rien dire, toute ton équipe est là progressant en file indienne jusqu'à cette fichue montagne histoire de vérifier qu'il n'y a rien … Bien sur qu'il n'y a rien ! Cette fichue planète est vide. Désespérément vide de toute intelligence, civilisation et monstres. Rien d'autres que des rats et des écureuils. Des bouffeurs de fruits secs. Comme toi.

Énième soupire. Énième regard noir de la part de tes équipiers. Tu souris, un peu moqueuse en réajustant ta radio pour écouter ce qui se dit. Y'a pas grand monde aujourd'hui. La planète est sûre, parait-il. Aucunement besoin de déployer toute une armée. Alors tu n'entends pas grand chose non plus. Rien que l'officier des communications qui vient rappeler votre objectif, encore, et qui annonce que pour le moment, tout est sécurisé. La poisse. Toujours pas d'action. Rien qui bouge. « Bon sang, ça fait des heures qu'on traîne dans le coin, c'est quand qu'on rentre ? » Ouais, parce que si c'est pour ne rien faire d'intéressant, autant se rentrer sur l'Alizé pour se poser et boire un coup, en face d'une bonne assiette. « On rentrera quand on aura fi-- » Ah. Voilà qu'il stoppe net dans son élan le vieux. Tu le fixes, attendant la suite en croisant les bras sur ta poitrine alors que lui regarde le ciel. « Bah quoi chef, y'a un piaf qui vous fait de l'ombre ? » Alors à ton tour, tu lèves les yeux … et maintenant que tu le vois, tu l'entends aussi. Cet appareil qui vole à basse altitude, et qui semble aller plus lentement qu'a la normale. Tu plisses les yeux, observant quelques secondes son manège … avant cette détonation. Tu sursautes sur le coup. Et puis tu restes figée, en voyant le chasseur partir en vrille, en flammes. « Il était de chez nous celui là, non ? » Bien sûr que oui, Jahel enfin. Il est censé n'y avoir que vous ici … et pourtant. « Visiblement, c'est pas si sûr que ça dans le coin ... » Et ta remarque, semble enfin faire réagir ton Oméga, ce dernier s'agite. Semble essayer de retrouver un visuel sur le chasseur abattu, en vain. Tout ce qui est visible maintenant depuis votre position, c'est cette colonne de fumée noire. Il n'est pas bien loin, mais quand même. « J'vais prévenir l'Alizé, va falloir aller voir … mais on peut pas -- » Et cette fois, c'est toi qui lui coupe la parole, et attrapant ton arc. « Vous fatiguez pas, j'vais voir. On reste en contact. » Bien sûr personne ne va te retenir. Non seulement parce qu'ils sont tous sans doute trop heureux d'avoir les oreilles au repos, mais aussi et surtout parce qu'il faut bien le faire et que dans cette escouade, la tête brûlée c'est toi et pas un autre. Tu agites la radio, tout en éloignant, pour signifier que tu gardes le contact quoi qu'il arrive, et puis tu te mets en route rapidement. Forcément, tu progresses vite malgré le terrain. Par habitude. La forêt ne t'effraie pas et tu as de l'endurance, si bien qu'il ne te faut qu'une dizaine de minutes pour atteindre le site du crash. Tu remontes ton cache poussière sur ton visage, avant de t'approcher de la carcasse en feu. Le CS est dans un triste état, et tu doutes de la survie du pilote … avant d'entendre un cri. Ah. Bah finalement. Tu cours alors pour rejoindre ce qui reste du cockpit et tu t'agenouilles pour y jeter un œil. Et effectivement, il est vivant. Le crâne en sang. Le regard mi-absent, mi-paniqué … mais vivant. « Salut. » lances-tu. « Ça va là dedans ? » Bon ok, il ne va visiblement pas bien mais autant essayer de détendre l’atmosphère, surtout qu'en observant bien la situation, tu sens que ça ne va sûrement pas aller en s'améliorant. « Tu parles d'une journée de merde, hin. » T'es familière, en plus. Comme toujours tiens. « Bon … tu peux bouger de là ? » Tu te penches un peu en avant … et visiblement … « Non … bon. » Mh. Tu te faufiles légèrement dans ce qui reste de cockpit. C'est étriqué ces machins, bon sang. T'as jamais compris comment on pouvait passer des heures dans ces boîtes de conserve d'ailleurs. « Désolée, tu me feras bien un peu de place ... » Pas le choix, t'façon. Tu te glisses jusqu'au siège, dans un triste état et déjà à demi détaché du reste de l'appareil, sous le choc et puis, tu fouines un peu dans l'une de tes poches pour y trouver un couteau avec lequel tu entreprends de bricoler, pour déboulonner l'ensemble. Tu luttes un peu dans un premier temps, un peu occupé aussi à surveiller le carburant qui s'écoule un peu partout. « Bon … une fois que j'aurais virer ça … va falloir faire vite. Vu ? » Faire vite, Jahel ? Sa jambe est écrabouillée. Et tu lui demandes de faire vite. Mh. Tu t'acharnes sur le dernier boulon … et aussitôt qu'il cède, tu recules. « Désolée mon grand, mais c'est pas terrible chez toi. » Tu lui tends alors une main, sur laquelle tu tires de toutes tes forces pour l'extirper du chasseur prêt à exploser.

Code by Sleepy

_________________
savage
Revenir en haut Aller en bas
Garviel Vector
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 193
Mer 22 Mar - 17:21
Falling Skies
ft. Jahel
« Salut. » Mon cœur manque un battement de surprise. Quelqu'un ici ? « Ça va la dedans ? » Aussi bien que quelqu'un qui viens de se crasher … Mais je suis encore trop sonné pour prendre le temps ne serais-ce que d'ouvrir la bouche. Le temps de me remettre de mes émotions et de constater que le jeune femme qui se tiens devant moi fait parti de la FEA, me voilà un peu soulagé. « Tu parles d'une journée de merde hin. » J'arrive à esquisser un sourire, mais elle ne me laisse pas le temps de répondre quoique ce soit, un vrai moulin à parole. J'ai à peine le temps de formuler une pensée qu'elle enchaîne déjà. « Bon … Tu peux bouger de là ? ». Encore une question à la réponse évidente, mais n'allons pas froisser mon sauveteur, un coup à ce qu'elle me plante là, c'est déjà assez étonnant qu'on soit venu me chercher aussi vite. « Non, je suis coincé ». « Non … bon. » C'est à peine si elle a entendu ma réponse, mais ça me fait sourire, et ça fait mal quand je souris, je dois avoir une lèvre fendue. Du coup je réfléchi à comment me sortir de ce merdier alors qu'elle s'affale à moitié contre moi en entrant dans le cockpit, enfin ce qu'il en reste, c'est à dire encore moins de place qu'en temps normal. Le mouvement me fait me tordre un peu et relance ma douleur à la jambe. « Désolée tu me feras bien un peu de place ... » Ben tiens de toute façon j'ai pas vraiment le choix. Je prend mon mal en patience, et bon sang ce que ma jambe fait mal. J'arrive néanmoins à rétorquer sur un ton charmeur, ou du moins ce qui s'en approche vu la tronche que je tire. « Une secouriste aussi mignonne que toi est toujours la bienvenue dans mon cockpit ! J'ai la proximité qu'on y trouve.» C'est ça, parfait, chercher à se prendre une baffe en plus du reste aidera, superbe stratégie. Quoiqu'il en soit elle a rapidement trouvé la bonne méthode pour m'extirper de là, même si elle ne me réjouie guère. Déboulonner le siège annonce forcement une chute, et j'en ai eu ma dose. L'odeur de brûlé semble aussi s'accentuer, n'augurant rien de bon, et les paroles de ma sauveuses ne vont pas pour me rassurer. « Bon … une fois que j'aurais viré ça … va falloir faire vite. Vu ? » En gros, magne toi le cul ça va péter. Je la dévisage et fait un signe de tête pour lui annoncer que je suis prêt. J'ignore dans quel état est vraiment ma jambe, mais je n'ai plus tellement le choix, il va falloir faire avec. « Désolé mon grand mais c'est pas terrible chez toi. ». J'attrape la main qu'elle me tend, en évitant de me rétamer au sol lorsque le siège bascule et m'extirpe enfin de ma prison. « Bah, faut voir ça quand c'est mieux rangé, ça claque beaucoup plus ! »

Au moment de sortir j'attrape par précaution mon fusil léger dans le compartiment secret puis nous courons le plus loin possible, par chance ma jambe n'est pas cassée mais une entaille longue d'une bonne douzaine de centimètre la parcoure sur la longueur. La combinaison étant assez étroite, elle a permis d'éviter que je ne perde trop de sang aussi. Je boitille, aidée par la jeune femme, encore sur quelques mètres avant que nous soyons soufflés au sol par l'explosion du réservoir, et de mon appareil. C'est douloureux, mon corps est déjà courbaturé et meurtri de partout, et on est loin, très loin des secours. Je suis tout de même debout le premier, et aide tant bien que mal ma camarade à se révéler. Je pose une main sur son épaule pour lui parler. « Je te dois la vie il semblerait. Merci, vraiment, sans toi je serais cuit à point ». En plus je déteste la viande trop cuite. « Je suppose que tu fais partie du groupe d'exploration de la zone ? J'étais censé vous avertir s'il avait des anomalies … bon bah y en a une grosse. » Ouais, une très grosse, une putin de batterie anti aérienne assez puissante pour dézinguer mes bouclier d'un tir. Sans compter les artilleurs qui semblent bien formés.  Me revient en tête le brouillage des communications. « Au fait, mes communications étaient brouillés une fois au sol, les tiennes fonctionnent ? Ou alors on va devoir se démerder pour rentrer au camp ? » Mon esprit fonctionne déjà à toute allure pour élaborer un plan au cas ou mes craintes soient avérées. C'est seulement à ce moment là que les civilités d'usages me reviennent. « Ha, et heu je m’appelle Garviel, Leader de l'escadron Cobalt ! Et toi ? ». Si on est amené à passer plusieurs heures voir jours ensemble à fuir des chasseurs, autant le faire avec quelqu'un qu'on connaît non ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Jahel Jeager
❛❛ Oméga ; Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 13/01/2017
Messages : 108
Mer 22 Mar - 18:04


"falling skies"

Garviel & Jahel



L'odeur de la fumée vient chatouiller tes narines, provoquant chez toi une immense envie d'éternuer que tu réprimes pour te concentrer sur ta tâche. Étonnement, les boulons pourtant solides de cet oiseau en ferraille cèdent plutôt vite et tu te dégages rapidement du cockpit pour aider le blessé à s'en sortir à son tour. Bien entendu, ce n'est pas terminé. Hors de question de trainer à côté de la carcasse. Tout va exploser, et ça tu le sais. Lui aussi d'ailleurs, puisque malgré son évidente blessure à la jambe, il court aussi vite qu'il le peut avant d'être projeté au sol, tout comme toi par l'explosion. Tu atterris lourdement, très lourdement sur le sol rocailleux, écorchant ta peau par-ci, par-là. Tu souffles, et ouvres les yeux lentement pour t’apercevoir que l'homme est debout avant toi, et qu'il te tend une main que tu saisis avec précaution pour te relever. Alors. Oui. C'était moins une. Et tu soupires lourdement en fixant ce qui reste du CS .. totalement détruit. Tu grognes, avant de poser les yeux sur le pilote. « Ça va la tête ? » Oui, parce que c'est pas parce que t'as pas répondu, que t'as pas entendu son petit numéro de drague à deux crédits hin. Faut être cinglé pour penser à ça, alors que t'es à moitié coupé en deux et sur le point de frire. Enfin. Peu importe. Il se tourne dans ta direction, déposant sa lourde main sur son épaule écorchée … « Je te dois la vie il semblerait. Merci, vraiment, sans toi je serais cuit à point. » Sans doute, oui. Disons qu'il n'aurait pas fallu que tu prennes ton temps pour rallier sa position quoi … Mh. Tu hausses les épaules. « Bah au pire, j'aurais eu de quoi bouffer pour le dîner. » Ah bah bravo. Maintenant, tu vas passer pour une sauvage pas civilisée. Quoi que, ça change pas tellement de d'habitude ça. Faut l'avouer. « Mais de rien ! » Et tu ponctues ces quelques mots d'un sourire, histoire d'effacer ou du moins d'estomper cette histoire de cannibalisme un peu flippante. « Je suppose que tu fais partie du groupe d'exploration de la zone ? » Bingo. Si t'avais une image et une sucette, tu lui aurais sûrement offert. Juste l'image. Pas la sucette. Tu l'aurais manger. « J'étais censé vous avertir s'il y avait des anomalies … bon bah y'en a une grosse. » Ça alors. Tu ne l'aurais pas deviner toute seule. « Ouais j'imagine que c'pas une fiente de mouette qu'est responsable de c'carnage. » Forcément. C'est qu'il doit y avoir un bel armement là haut … et ça, ça veut dire que toi et lui, ainsi que le reste de ton équipe d'ailleurs s'ils ne se sont pas encore éloignés, êtes tous en potentiel danger de mort. Parfait ! « Au fait, mes communications étaient brouillées une fois au sol, les tiennes fonctionnent ? Ou alors on va devoir se démerder pour rentrer au camp ? » Mh. Les tiennes fonctionnent. Tu en es certaine. Tu écoutais encore cet idiot de responsable communications y'a pas vingt minutes alors … « Relax, ta radio doit être pétée. Regarde. » Tu montres la tienne. Intacte. Et tu en profites pour faire une démonstration de ton talent de squatteuse de canal. « Hé chef, ici JJ, j'ai récupérer le pilote … il est en un seul morceau. Fin. Presque. »Shhrt. Ah. Tu fronces les sourcils, tournant le dos au pilote pour cacher ta surprise. « Hé ho, vous m'entendez ? »Shhrt. Bon. « Bon, bah on va se démerder. » Lances-tu finalement en te tournant de nouveau. Des problèmes. Plein de problèmes qui vous tombent sur le coin de la tronche. Comme c'est plaisant. Ça vient casser l'ennui de la journée, tiens. Il va falloir redescendre de cette montagne. A pied. Et traverser cette grande forêt, pour aller plus vite. Celle que vous avez éviter en venant, faisant de ce fait un gros détour rien que pour avoir plus de visibilité. Par-fait. Là, au moins, tu seras dans ton élément. « Ha, et euh, je m'appelle Garviel, Leader de l'Escadron Cobalt ! Et toi ? » Ah oui, tiens. T'avais presque oublié le détail des présentations dans l'euphorie du moment. « JJ » dis-tu simplement, avant de te rendre compte que c'est assez … peu. « Jahel. Mais on m'appelle JJ. » Et puis toi, t'as pas de rang super badass. T'es juste une exploratrice parmi tant d'autres alors … pas la peine d'en rajouter.

Ton regard se tourne maintenant vers le bas. La forêt, et le chemin – si on peut appeler ça un chemin – à emprunter pour rentrer parmi les votre. C'est la meilleure des choses à faire de toute façon. Ton escouade à sans doute été rappelée, surtout si le vieux à réussi à transmettre l'info du crash. « Bon … Garviel, Leader de l'Escadron Cobalt, tu peux marcher ? » Ouais, faut que tu le saches avant de te lancer à travers la forêt. Faudrait pas que tu le perdes en route, ce serait dommage. « Faudrait peut-être … regarder cette jambe. » Ouais, sauf que t'es pas médecin. T'as des notions, hin. Mais pas des notions de la FEA. Style … t'as des notions de Katashan quoi. Un truc à base de plante et de violence. Quoi que t'as peut-être un bandage qui traîne. « Je dis ça parce que faut pas traîner … je sais pas pour toi, mais moi peu importe qui se planque là-haut ; je descendrais voir si le pilote, donc toi, est bien mort. Et on est bien d'accord, s'ils descendent ici, et qu'ils ne trouvent rien, ils vont envoyer des gens pour te chercher … et c'est pas bon. Tu piges ? Parfait. » dis-tu en lui balançant un fruit chelou, le même que celui que tu avais tenter de faire avaler à ton équipière. « Mange. »

Code by Sleepy

_________________
savage
Revenir en haut Aller en bas
Garviel Vector
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 193
Ven 24 Mar - 18:10
Falling Skies
ft. Jahel
« Oui j'imagine que c'pas une fiente de mouette qu'est responsable de c'carnage. » C'est qu'elle a pas la langue dans sa poche cette gente demoiselle, et un bon sens de la répartie. En revanche elle est loin de s'imaginer à quel point une fiente d'oiseau peut faire des dégâts, surtout quand ce machin à plume est encore plus gros que votre chasseur. Quand ça vous lâche sa merde en plein sur le pare brise, bah non seulement le choc risque de faire perdre la maîtrise de l'appareil, mais en plus on y voit plus rien. Ouais … j'ai un mauvais souvenir de ces saloperies sur une planète il y a quelques années. Enfin bref, c'est pas le moment d'en débattre alors je ne partage pas mon expérience, peut être plus tard autour d'un verre. « Relax, ta radio est pétée. Regarde. » Mouais, pas convaincu, même si j'aimerai me gourer. Ils ont obligatoirement brouillé la zone, c'est ce que j'aurai fait du moins. Je la regarde tenter, en vain, de contacter son escouade. « Bon, bah on va se démerder. » C'est bien ce que je craignais, pourquoi je me suis levé ce matin moi ? « On a pas trop le choix en effet, on ferai bien de pas trop traîner, déjà que je vais aller à deux à l'heure avec ma jambe et mes côtes passées au concasseur. » Après avoir tâter un peu, je me suis rendu compte que sans être cassées, mes côtes avaient du subir une grosse pression, tout les muscles de la zone sont endoloris. « JJ » Hein ? C'est un nom ça ? « Jahel, mais on m’appelle JJ » Ah oui c'est mieux en effet, ça claque déjà plus que JiJi, on aurait dit un nom de princesse là, comme le vieux dessin animé pour les gosses. Sérieux, j'ai vraiment ris uns ale coup sur la tête pour penser à ça alors qu'on risque de crever sous peu. Les présentations sont faites alors on va pouvoir avancer maintenant.

« Bon … Garviel, Leader de l'Escadron Cobalt, tu peux marcher ? » Elle se foutrait pas un peu de ma gueule là ? Passons, est-ce que je suis capable de marcher ? Il faudra bien, et puis la mécanique semble encore fonctionnelle, ça aurait pu être bien pire. « Je n'ai pas vraiment le choix de toute manière on va bien devoir bouger. Mais ça devrait aller, en boitillant un peu, le soucis c'est que je vais laisser des traces visible même pour le plus débile des bleus. Si on nous piste on va sûrement être rattrapés. » C'est surtout ce point qui m'embête en fait. Une fois qu'ils auront trouvé la piste ce sera une partie de plaisir pour nous tomber dessus. Sans compter que je pisse pas mal le sang, j'espère qu'il y a pas trop de prédateur dans le coin. « Faudrait peut être … regarder cette jambe. » Hum ? Pas faux, mais forcement, là où j'ai pensé à prendre mon arme, j'ai oublié la trousse de secours. « Je dis ça parce que faut pas traîner … je sais pas pour toi, mais moi peu importe qui se planque là-haut ; je descendrais voir si le pilote, donc toi, est bien mort. Et on est bien d'accord, s'ils descendent ici, et qu'ils ne trouvent rien, ils vont envoyer des gens pour te chercher … et c'est pas bon. Tu piges ? Parfait. » Oh je suis bien de son avis, et je n'ai pas envie de trop traîner. Son ton très familier me fait un peu grincer à la longue, sans doute à cause du choc et de la fatigue, mais elle est loin d'avoir tort. « Je pense pas qu'il y ait quelque chose de cassé, c'est juste l'entaille qui est large et profonde. Ma combinaison a pas mal empêché le sang de trop couler. J'ai oublié ma trousse de secours dans l'appareil par contre, ce serait le top si t'avais un Réparateur et un Scellement sur toi pour les premiers soin. Sinon bah on a plus qu'à se dépêcher encore plus de rejoindre des alliés. »

« Mange » J'attrape au vol l'aliment qu'elle m'envoie. Je n'ai pas très faim, et l'apparence du truc n'est pas très rassurante. Mais elle doit sûrement savoir ce qu'elle fait. Sans compter que j'ai besoin de reprendre des forces. Alors je croque dedans, et c'est pas si mauvais au final. Je laisse Jahel s'occuper de ma jambe tandis que je termine mon repas improvisé. Je saurais qui blâmer si j'ai des crampes d'estomac au pire. Quelques minutes plus tard, je me relève, prêt à partir. « J'imagine qu'on doit descendre non ? Je te laisse nous diriger, j'ai pas eu le détail du déploiement de ce côté là. » C'est aussi depuis notre abri relatif qu'est la forêt que je remarque un petit nuage de poussière et des éclats brillants. Ouais, cette fois c'est sûr, ils arrivent. Je me tourne vers ma camarade qui est plutôt concentrée vers notre trajet. « Ils arrivent, on doit avoir quinze, peut être vingt minutes d'avance sur eux en partant maintenant. On devrait gagner dix minutes peut être le temps qu'ils étudient l'épave. On a pas une grande marge, il va falloir faire vite. » La dessus, nous nous engageons dans la descente.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Jahel Jeager
❛❛ Oméga ; Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 13/01/2017
Messages : 108
Lun 3 Avr - 11:51


"falling skies"

Garviel & Jahel



Au moins, il ne fait pas la fine bouche. Bonne nouvelle. Bon point pour lui, aussi. Il croque dans le fruit sans même s'en plaindre et tu pourrais presque souffler de soulagement. Parce que clairement, tu as autre chose à faire que d'insister encore et encore. Il a perdu du sang. Donc des forces, et de l'énergie. Il faut qu'il mange pour en reprendre un peu, sinon, il n'arrivera jamais en bas et encore moins au camps, c'est une certitude. Bon. Un Réparateur et un Scellement … T'as jamais compris. Il s'était pas trop cassé la tête le type qui avait donner les noms aux dispositifs médicaux de la FEA. Franchement. Tu fouines dans l'une des pochettes de ton sac, normalement, tu as ce qui faut. C'est obligatoire, c'est comme ça même si toi tu ne fais jamais rien comme tout le monde, tu ne sers jamais de ce matériel que tu trouves tout simplement bizarre. Tu finis par venir t'agenouiller près du blesser, pour s'occuper de sa jambe aussi bien que tu puisses le faire et surtout, avec autant de délicatesse que tu puisses offrir ; c'est à dire pas beaucoup. Surtout que tu essaies de te dépêcher. « J'imagine qu'on doit descendre, non ? Je te laisse nous diriger, j'ai pas eu le détail du déploiement de ce côté là. » Té. De toute façon, t'es la plus apte pour ça. Le ciel et les mouettes, c'pas la même chose que le plancher et les vaches. C'est facile de survoler une forêt, beaucoup moins de la traverser à pieds au milieu des créatures hostiles. Du coup, tu ne fais qu'agiter la tête pour signifier que tu es ok avec ça. T'es même pas certaine de pouvoir réussir à le ramener avant qu'il ne s'écroule raide, mort, et vide de sang. « Bon … ça devrait tenir. » Un peu, du moins. Pas sûre. Au moins ça ne saigne plus, il évitera très certainement de dessiner une jolie piste bien claire pour vos poursuivants … quoi que. Il n'est sans doute pas aussi discret que toi. Il n'a sans doute pas non plus le pas aussi léger que le tien. Tu n'arriveras pas à t'en débarrasser si facilement, il va simplement falloir être plus rapide. C'est tout. « Il arrivent. » Tu lèves les yeux. Effectivement, le sol semble remuer pas loin. Et alors qu'il continue de causer, toi, tu ne l'écoutes déjà plus. Tu ramasses tes affaires, efface du pied quelques unes de vos traces de pas histoire de brouiller un peu les pistes et de ralentir leurs recherches, et puis tu t'engages dans la fameuse descente, te laissant glisser dans un premier temps sur le sol poussiéreux du flanc de cette petite montagne, avant de reprendre un peu d'aplomb et de te lancer à travers les arbres.

Forcément, vous êtes lents. Et ça traîne. Tu n'es pas aussi rapide que d'habitude, tout d'abord parce que tu n'es pas seule, mais aussi et surtout parce que derrière toi, tu traînes un blessé, autrement dit ; un boulet. Régulièrement, tu jettes un œil derrière, histoire de voir si rien, ni personne n'a entrepris de vous suivre de trop près. Puis, tu testes ta radio aussi. Plusieurs fois, avant d'abandonner. Le brouillage semble s'étendre, sans doute pour vous. Ils vous veulent. Vivants ou morts ? Tu n'en sais rien, mais tu paris sur la première option … quoi que. Ils avaient tout de même tenter de descendre ce pauvre type. « Franchement ... » Et voilà, tu commences à marmonner maintenant. T'aimes bien être sous pression, et dans le feu de l'action mais tout de même ! « Tu parles d'une mission tranquille. » Ouais, bon de toute façon t'aimes pas ça les missions trop tranquille. Alors un chasseur qui s'écrase et un pilote avec une jambe écrasée et quelques bleus, c'est plutôt cool, non ? Pas certaine que le Leader de l'escadron machin chouette soit tout à fait du même avis que toi, m'enfin. « Fais gaffe aux Tikmosh. » Balances-tu finalement. Alors ça, c'est autant pour le faire flipper que pour le mettre en garde en réalité. Ces bestioles, y'en a dans absolument toutes les forêts, sur toutes les planètes. Ça dort, là haut dans les arbres et puis … BLAM. Ça te tombe dessus, comme ça, d'un coup. « J'sais pas si t'as déjà vu un de ces machins à l’œuvre mais … bwuuh. » Ouais, bwuuh. C'est le mot. T'as raison. C'est pas beau à voir, et là … c'est pas avec un Réparateur que tu pourras … bah le réparer tiens.

Code by Sleepy

_________________
savage
Revenir en haut Aller en bas
Garviel Vector
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 193
Lun 3 Avr - 20:04
Falling Skies
ft. Jahel
Tandis que je termine le … fruit, elle sort de son sac le matériel de premier secours. C’est avec un grand soulagement que je vois le sang arrêter de couler et la plaie fermée. Sans compter la douleur qui semble s’être atténuée légèrement, la rendant suffisamment supportable pour me permettre de forcer le pas, pas beaucoup mais c’est déjà bon à prendre vu notre situation. Elle ne contredit pas l’arrivée de nos adversaires, et semble même se presser encore plus, peut être que mon estimation est trop généreuse. Je me relève et profite des quelques secondes qu’elle prend pour ranger son sac, je vérifie mes propres possessions. Un fusil léger avec trois chargeurs pleins, un système COM inutile à cause du brouillage et un fumigène jaune. Ce dernier pourra nous être utile lorsque nous approcheront du camp, en alertant les soldats en faction –qui reconnaitront le signal de détresse de la FEA- qui viendront forcément à notre rencontre, mais nos ennemis aussi du coup. A n’utiliser qu’en dernier recours donc.

Une fois partis, et quelques traces brouillées par ma camarade d’infortune, nous avançons aussi vite que possible. Autrement dit, je boitille derrière elle, qui marmonne son insatisfaction d’aller aussi lentement. Mais accélérer le pas reviendrait à m’épuiser plus rapidement et aussi risquer de rouvrir ma plaie. Je tente aussi de ne pas trop laisser de marques de mon passage, mais au final c’est une perte de temps, j’ai bien remarqué l’œil critique de Jahel qui me dit que je suis aussi discret qu’un CS-102 venant de se crasher. Nous marchons encore quelques minutes avant qu’elle ne reprenne la parole, une mise en garde. « Fais gaffe aux Tikmosh. » Ouais, tu m’en diras tant, j’ai déjà eu affaire à ces saloperies. C’est dans ces moments-là que je me trouve bien plus à l’abri dans mon cockpit. Sauf quand on se fait descendre évidement. « Je sais pas si t’as déjà vu un de ses machins à l’œuvre mais … bwuuh. » « Malheureusement j’ai déjà vu ce que ces saloperies font oui, j’en suis pas à mon premier crash, elles ont eu un type de l’équipe de secours sur le retour. » Ce n’était vraiment pas beau à voir. Je me suis longtemps senti coupable de cette mort, s’ils n’étaient pas venus, il serait vivant. « Vivement qu’on trouve un bon pesticide pour nous en débarrasser une bonne fois pour toute. »

Je manque de trébucher sur une branche, me réceptionnant sur la jambe blessée. Une belle trace toute belle pour nos poursuivants, au moins ais-je évité de crier de douleur et de m’écrouler. Bien que je ne sois pas de nature pessimiste, j’ai bien peur qu’on ne puisse pas arriver à temps en zone alliée. Je suis trop lent et on a trop peu d’avance. « A cette allure, on est à combien de temps de la zone sécurisée ? On risque d’avoir du mal à les garder à distance avec toutes les traces que je laisse. » Quelle diplomatie, lui rappeler que je suis un vrai boulet à son pied, bonne idée rien à redire. Mais bon, si on n’y arrivera pas, autant qu’elle me laisse sur place, autant sauver une personne et les informations qu’on a récupérées à nos dépends, surtout les miens d’ailleurs. Enfin on n’en est pas encore là, mais ça ne coûte rien de se préparer au pire et d’avoir un plan de secours. Tout va dépendre de la distance à parcourir et de notre avance, qui s’avère malheureusement compliquée à évaluer.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Jahel Jeager
❛❛ Oméga ; Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 13/01/2017
Messages : 108
Ven 21 Avr - 11:27


"falling skies"

Garviel & Jahel



« Vivement qu'on trouve un bon pesticide pour s'en débarrasser une bonne fois pour toute. » Tout en continuant d'avancer, rapidement, mais en gardant un rythme que ton nouvel ami le blesse peu suivre, tu hausses les épaules. Tu as ces choses en horreur, mais tu n'es pas persuadée qu'il faille vraiment s'en débarrasser totalement. Après tout, elles gênent probablement l'humain, mais leur existence n'est sans doute pas anodine. C'est ce que t'avais toujours répéter ton père, lorsque tu maudissais les Sagyar de ta planète pour le mal qu'ils pouvaient faire au bétail, aux récoltes, ou même à certains village. Pour lui, tout avait un sens et chaque créature avait obligatoirement sa place dans l'univers. C'est comme ça qu'on t'avait élevée. Un peu à la rude. Mais … dans le plus grand respect de la nature et de ses créatures. Tu ne tuais jamais par plaisir, d'ailleurs. Juste pour ta survie. Ou par véritable nécessité.

Tu te stoppes, et puis soupire légèrement lorsque tu l'entends trébucher. Tu ne peux pas te permettre de perdre du temps en effaçant les traces. Il est lent, tu ne l'aurais pas cru si lent en vérité. Tu pensais que ce serait plus simple, mais à l'évidence tu as commis une erreur. Tu n'es pas certaine d'y arriver. Enfin. Toi oui. Lui ? C'est une autre histoire. « A cette allure, on est à combien de temps de la zone sécurisée ? » Tu gonfles les joues, avant d'analyser le terrain, la situation. T'en sais trop rien en fait. Tu étais persuadée de pouvoir le faire en largement moins de deux heures, mais maintenant. Maintenant ta conviction s'est un peu, beaucoup, carrément envolée. « Avec un peu de chance ? Le reste de la journée. » Et puis tu hausses les épaules. Nah, t'exagères en vrai. Mais trop longtemps à ton goût. Et puis. Ils peuvent vous suivre à la trace. Branches écrasées, sol piétiné, feuilles et brindilles malmenées. C'est une piste claire. Aussi claire qu'une croix rouge sur une carte. Au final, tu ne sais plus trop quoi faire. A cette allure, vous prenez le risque de vous faire prendre avant même d'avoir aperçu la zone de sécurité. D'un autre côté, qu'est-ce que tu peux faire de plus ? Tu t'es pas casser la tête à le sortir de la carcasse de son coucou en ferraille pour le laisser, et le planté là au beau milieu d'un buisson. Et puis. Tu ne pourrais pas te le pardonner si tu le faisais. Tu ne le connais pas, certes, mais vous êtes dans le même camp et tu te refuses à le laisser derrière pour sauver ta peau. « De toute façon, on a pas le choix. Soit on tente, soit on se fait prendre tous les deux. » Ouais alors franchement autant tenter. « Dépêche. » lâches-tu finalement. « J'ai la dalle, en plus. »

Code by Sleepy

_________________
savage
Revenir en haut Aller en bas
Garviel Vector
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 193
Ven 22 Déc - 22:30
Falling Skies
ft. Jahel
Elle garde le silence quelque temps, histoire de réfléchir. Mais la situation est évidente même si elle semble chercher une échappatoire à ce merdier. Nous sommes trop loin de la zone d'atterrissage pour que nous réussissions à nous en sortir tout les deux. Il nous faudrait plusieurs heures et nous ne les avons pas, même sans être blessé ce serait difficilement réalisable. Je laisse une trace bien trop visible derrière moi pour que nous échappions à nos poursuivants. « De toute façon, on a pas le choix. Soit on tente, soit on se fait prendre tous les deux. » Pas faux. Mais je pense que nous avons le choix, du moins une autre possibilité. J'en vois même deux en fait. Elle peut me laisser sur place dans un coin défendable et foncer au camp chercher de l'aide. Une fois alertés, les soldats ne devraient pas trop tarder a arriver avec la navette à disposition, le plus long serait le temps qu'elle arrive jusqu'à eux. Deuxième solution, on se retranche en faisant assez de boucan et de dégâts pour titiller la curiosité de nos camarades. Le soucis de ces deux solutions c'est que je dois rester en vie suffisamment longtemps pour que ça fonctionne, et mon état n'est pas très avantageux la dessus. « Dépêche. » Jahel repars déjà, et je suis tout en réfléchissant à nos options. Je suis certain que nous n'y arriverons pas en continuant ainsi. « J'ai la dalle, en plus. » Cette remarque sortie de nul part à raison de mes nerfs, et je suis pris d'un fou rire que je peine à garder le plus silencieux possible. Les crampes me forcent cependant à m'arrêter sous le regard réprobateur de l'exploratrice. Je lui souris et essuie une larme de mon visage.

Je me reprend rapidement avant de m'adresser à elle. « On y arrivera pas comme ça, on les entend déjà. Ils gagnent bien trop de terrain sur nous. » Je plante mon regard dans le sien, je vois bien qu'elle ne se résous pas à me laisser, alors je lui explique mes idées. « J'ai une fusée éclairante et un fusil, si on fait assez de raffut on devrait réussir à attirer l'attention des soldats non ? Ton escouade a sûrement du signaler ton silence radio et ma disparition doit aussi être suspecte. » Je fais une pause le temps de me relever et sortir les objets en question. Je clopine aussi derrière elle histoire d'avancer. C'est toujours ça de gagné. « Ces éléments ajoutés à une fusée éclairante et ce qui ressemble à une fusillade devrait suffire à au moins les obliger à venir vérifier. Si on s'y prend bien il s'agit seulement de tenir une demi heure maximum. Les soldats sont à côté de la navette et d'autres pilotes doivent être dans le coin. » Plus je lui explique mon idée, plus il me semble que ce soit notre seule option. L'inconnue qui me fait peur reste tout de même les moyens militaire de l'ennemi. Après tout ils ont abattus mon chasseur avec ses bouclier pleine puissance d'un seul tir. Cela nécessite tout de même une forte puissance de feu venant de troupes au sol. « On doit juste survivre donc. » Je lui donne une tape dans le dos avant de m'esclaffer un coup.

Sans vraiment attendre si elle est d'accord je passe devant elle -comme elle est immobile c'est facile d'un coup- et commence à chercher du regard une zone propice à l'accomplissement du plan. Une zone surélevée, sans trop de zones à couvrir, car je ne pourrai tenir qu'un seul endroit contrairement à Jahel. « Si tu vois un bon coin hésites pas. Si jamais tu le sens pas tu peux foncer chercher les soldats, je tâcherai de survivre jusqu'à ce que vous arriviez. De même si ça sens trop le roussi, dégage toi de ce merdier ! Pas la peine qu'on y passe tout les deux okay ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Jahel Jeager
❛❛ Oméga ; Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 13/01/2017
Messages : 108
Ven 22 Déc - 23:14


"falling skies"

Garviel & Jahel



Bon, bon, bon. C’est bien joli de forcer. Bien joli aussi de te presser … Lui, il ne suit pas. Et si tu sais garder une bonne cadence au beau milieu d’une forêt dense, tu sais que ce n’est pas son cas. Il est blessé. Il se traîne. Et tu te forces à ralentir, de plus en plus au fil des minutes qui s’écoulent. Pourtant, encore une fois, tu ne peux pas te résoudre à laisser ce type ici. C’est hors de question. Qui serais-tu, si tu laissais des soldats - ou peu importe ce qu’il est on s’en fou - en arrière, aux mains d’un ennemi dès la première contrainte ? C’était pas ton style. Du coup, tant pis. Même si tu te doutes que t’y arriveras pas comme ça, t’as pas d’autre idée. Alors, tu continues d’avancer, en le forçant à te suivre.

Sauf que voilà. A peines as-tu repris ta marche forcée, que tu l’entends se mettre à rire. Sans doute à cause de ta toute dernière remarque. D’habitude, personne ne réagissait jamais à ce genre de phrases quand elles sortaient de ta bouche. Trop l’habitude peut-être. T’avais toujours faim de toute façon. Du coup, tu soupires. Et puis tu t’arrêtes de nouveau, pour te retourner. Tu affiches un air un peu trop sérieux, loin de te ressembler en réalité mais qui traduit à la perfection toute ton inquiétude du moment. “On y arrivera pas comme ça, on les entends déjà. Ils gagnent beaucoup trop de terrain sur nous.” A toi seule, tu sèmes n’importe qui. C’est de sa faute si tu avances au ralenti … Mais c’est loin d’être de sa faute. Et ça, tu en as parfaitement conscience. Tu vas quand même pas lui reprocher d’avoir été abattu en plein vol à ce pauvre garçon. Cela dit, il marque un point. Tu les entends. Et tu sens leur odeur aussi. “J’ai une fusée éclairante et un fusil, si on fait assez de raffut on devrait réussir à attirer l’attention des soldats, non ? Ton escouade à surement dû signaler ton silence radio et ma disparition doit être aussi suspecte.” En vrai, t’as un peu de mal à savoir où il veut en venir au juste. Ou alors, si, mais ton cerveau à l’air de rejeter l’idée en bloc, au point de t’empêcher de correctement visualiser le plan. Cela dit, tu l’observes, alors qu’il sort le dit fusil, puis la fusée, avant de s’avancer un peu jusqu’à toi avec son matériel. « Ces éléments ajoutés à une fusée éclairante et ce qui ressemble à une fusillade devrait suffire à au moins les obliger à venir vérifier. Si on s'y prend bien il s'agit seulement de tenir une demi heure maximum. Les soldats sont à côté de la navette et d'autres pilotes doivent être dans le coin. » Bon. Ok. Ce type était probablement complètement dingue. En gros, son plan … c’était de faire exactement le contraire de ce que tu voulais faire. A savoir attirer toute l’attention de cette fichue planète sur vous. Quand toi, tu cherchais à tout prix à te cacher. « On doit juste survivre donc. » Ouais donc il était sérieux. Le truc, c’est que tu savais bien que les premiers à voir et entendre votre cinéma, ce serait justement ceux que tu voulais éviter. Le truc effrayant, c’est que tu savais pas à qui tu avais à faire. Et puis honnêtement, même si tu étais formée à ça … T’étais pas faite pour le combat. En général, tu préférais l’éviter. Mais bon. Finalement, il avait peut-être raison. C’était ça, ou se faire chopper en tentant de fuir. C’était pas bien brillant. Là, au moins … Vous alliez peut-être avoir une chance.

Ses explications, il te balance une belle claque dans le dos, avant de te passer devant, en cherchant du regard sans doute un endroit pour se poster. « Si tu vois un bon coin hésites pas. Si jamais tu le sens pas tu peux foncer chercher les soldats, je tâcherai de survivre jusqu'à ce que vous arriviez. De même si ça sent trop le roussi, dégage toi de ce merdier ! Pas la peine qu'on y passe tout les deux okay ? » Tu agites la tête. Ce gars avait pris un coup sur la caboche pendant son crash, c’était pas possible autrement, il racontait n’importe quoi. Cela dit, tu hausses les épaules. T’as vraiment le choix que de faire au mieux. Du coup, tu t’avances un peu pour revenir à sa hauteur, et tu observes le terrain. Ça au moins, tu sais faire mieux que personne. Tu restes silencieuse un tout petit moment, le temps d’analyser la chose. “Y’a un espèce de renfoncement là devant, à une centaine de mètre. On peut se caler dans le creux, de toute façon, ils viennent du haut uniquement …” Ça ne faisait qu’une direction à couvrir, comme ça. C’était d’autant plus simple, et défendable. “On pourra pas tenir longtemps.” Ils avaient intérêt d’aller vite, les renforts. En somme.

Maintenant, plus de temps à perdre. Tu attrapes son bras, pour le faire passer derrière ta nuque, le forçant à s’appuyer sur toi pour aller plus vite, puis tu te diriges droit vers l’avant, une fois au bord du petit ravin, tu le lâches, et tu sautes dedans, avant de tester différents point de vue tandis que tu laisses le pilote te rejoindre tant bien que mal. “Je me casserais pas.” Tu te poses finalement contre la paroi pierreuse. “On y passera tous les deux, ou rien du tout. J’vais pas détaler en te laissant dans la merde. C’est pas trop mon style.” Tu soupires, avant de désigner la fusée. “Tu tires, et je balances la fusée. Oké ?”

Code by Sleepy

_________________
savage
Revenir en haut Aller en bas
Garviel Vector
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 193
Sam 23 Déc - 10:46
Falling Skies
ft. Jahel
Bon, elle semblait un peu perdue avec toutes mes explications au début mais elle a l'air d'avoir compris où je voulais en venir. Son attitude est assez spéciale, elle m'amuserai dans d'autres circonstances mais c'est pas vraiment le moment, en plus j'ai déjà un fou rire d'avance. Jahel m'aide a passer mon bras par dessus ses épaules afin que nous avancions plus vite vers l'endroit qu'elle semble avoir repéré. « On pourra pas tenir longtemps. » Non en effet mais c'est mieux que rien. Dommage que je n'ai pas quelques grenades, je regrette presque de ne pas être un soldat avec tout son attirail aujourd'hui. Mais j'ai l'avantage d'avoir un peu d’expérience grâce à mon passif de contrebandier. Ils suffit de quelques pièges et une résistance acharnée pour leur couper l'envie de venir se frotter à nous de manière trop frontale. Jahel fini par ma lâcher et aller vérifier le lieu qu'elle a choisit, et je la rejoins rapidement en évitant de m'appuyer sur mes blessures. « Je me casserais pas. » Le refus de laisser un allié blessé derrière soi, je comprend bien. Mais elle n'aura peut être pas le choix si j'y passe avant elle, du moins j'espère au moins qu'elle ne s'acharnera pas inutilement s'il n'y pas de raisons. « On y passera tous les deux, ou rien du tout. J’vais pas détaler en te laissant dans la merde. C’est pas trop mon style. » Eh ben, on peut dire que je suis chanceux d'être tombé sur quelqu'un qui n'a pas peur de risquer sa peau pour un estropier devant une situation plutôt inconfortable. Mes yeux se posent sur elle et je souris, retrouvant un peu de ma bonne humeur. « Je vais faire des jaloux une fois rentré, sauvé par une jolie femme farouche refusant de m'abandonner à mon sort ah ! »

Tentative de faire baisser la nervosité apparente réussie pour moi, après pour elle on verra, pas le temps de vérifier elle semble encore à fond dans son rôle. « Tu tires, et je balances la fusée. Oké ? » Bien vu, si on veut bien placer la fusée il va falloir s'exposer, et vite retourner se planquer après, ce qui m'exclue forcément. Je lui tend donc la fusée et vérifie mon arme, heureusement chargée à bloc. « Ok, vas-y je prend position, je suis bon tireur malgré le fait que je soi pilote t'en fait pas. » Sur ce, je m'installe tant bien que mal, avec un grognement de douleur, derrière un gros rocher juste à l'entrée du renfoncement. Je teste un peu mes mouvements, ne pouvant pas esquiver grâce à mes deux jambes je vais devoir tout miser sur les mouvements de torse et contorsions. Une fois bien en position je fais signe à Jahel. « Je suis prêt, fonce ! » Dès à présent je me met en position de tir, guettant les arbres devant moi, et la distance des voix se rapprochant. Il se passe un peu de temps avant que je n'entende le bruit caractéristique de la fusée, et juste après les cris de nos poursuivants ayant repéré Jahel. Il faut encore plusieurs minutes avant qu'ils n'arrivent, le vent devait donc souffler dans notre direction pour que nous les entendions déjà. En tout cas au vu du boucan qui approche, ils sont pressés. Je m'empresse de faire un bon accueil au premier ennemi qui montre le bout de son nez par un tir en pleine poitrine, le tuant sur le coup et forçant tout les autres à se mettre à couvert. La fusillade commence alors. « C'est parti ! Jahel si t'as moyen de choper des grenades ou autre sur eux, ça nous sera utile pour nous faire voir ! » Les tirs pleuvent autour de moi, je suis pour le moment leur seule cible, je fais quelques tirs de ripostes au jugé pour les maintenir à distance, mais impossible de sortir la tête voir ce que je fais.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Jahel Jeager
❛❛ Oméga ; Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 13/01/2017
Messages : 108
Sam 23 Déc - 11:39


"falling skies"

Garviel & Jahel



“Je vais faire des jaloux une fois rentré, sauvé par une jolie femme farouche refusant de m’abandonner à mon sort, ah !” Tu fronces légèrement les sourcils. Pas que c’est pas agréable de recevoir des compliments de temps en temps, non. Plus qu’en fait, t’es pas trop habituée. Tu fréquentes des gens qui te connaissent assez pour savoir que c’est pas la peine de s’intéresser à toi, parce que t’as un grain. Du moins y parait. Bon, c’est vrai t’es insupportable. Mais tu souris tout de même alors que tu attrapes la fusée et que tu l’observes un petit moment. “Ouais bah, t’auras qu’à m’inviter à dîner un soir.” Bon. Ça donne un peu l’impression que tu rentres dans son jeu et que tu prends part à son petit numéro mais … Encore une fois, faut te connaître pour savoir que t’emmener manger, c’est le plus beau cadeau qu’on puisse te faire, alors tu te dis qu’il te devras au moins ça si t’arrives à le sortir de là.

Tu soupires en te hissant un peu sur la pointe des pieds pour observer le terrain. Tu ne vois rien, mais l’odeur de vos poursuivants est de plus en puissante, et dérangeante d’ailleurs. Il va falloir que tu avances un peu vers eux, rapidement, pour balancer la fusée. Surtout que plus tu es placée haut sur le flanc de cette montagne, plus tu auras de chance que la fusée soit vu rapidement et par le camp, et par ton équipe, et par les possibles renforts déjà envoyés après le crash, et ton silence radio. Tu finis par reposer les yeux sur Garviel, tandis qu’il tente de s’installer plus ou moins “confortablement”. “Ok, vas y je prend position, je suis bon tireur malgré le fait que je sois pilote t’en fais pas.” Ça, c’était à espérer. Parce que tu te doutais qu’à peine la fusée lancée, tu allais sans nul doute avoir de gros problèmes. Tu soupires, encore. T’aime bien soupirer, oui. Et puis, tu te déleste de tes affaires. Ton arc. Tes flèches. Tu places ça bien en évidence contre la paroi, puis tu fiches ton sac dans un coin, et tu retires ta lourde veste pour être plus à l’aise dans tes mouvements. Une fois cela fait, tu te hisses sur le rebord duquel tu avais précédemment sauter, avant de te mettre à avancer vers les hauteurs, le plus prudemment possible. Une fois assez proche, alors que l’odeur des ennemis est à ton goût assez forte, et que tu peux les entendre facilement, tu tends les bras vers le ciel, et puis tu lances la fusée. Aussitôt, tu alertes tes poursuivants, alors tu lâches ce qui reste de la fusée entre tes mains, et tu te mets à courir le plus vite possible. Toutefois, tu ne prends pas le risque de retourner droit vers Garviel, tu fais quelques détours, jusqu’à entendre le premier tir. Là, tu reprends la direction de la petite cachette, sortant ton couteau par précaution qui d’ailleurs, s’avère utile quand il s’agit de te débarasser du premier homme qui te saute dessus. Bientôt, c’est comme prévu une véritable fusillade qui a lieu dans cette forêt, et alors que tu es non loin du ravin, la voix de Garviel s’élève. Des grenades. Tu te postes derrière un arbre, observant le déluge d’ennemis. Certains sont abattus assez rapidement et tu attends la bonne occasion pour te ruer en avant et fouiller les premier cadavres à ta portée. Le premier n’a rien d’autre qu’un pistolet que tu installes entre tes reins, avant de passer au suivant. Au total, tu réussis à récupérer trois grenades avant d’être forcée de te laisser glisser jusqu’au trou. Tu retombes lourdement à côté du pilote, essoufflée, lui tendant deux grenades. “Cadeaux.” Tu lui souris, avant de dégoupiller la suivante, et de te redresser pour la balancer. Tu te bouches alors aussitôt les oreilles pour épargner à ton ouïe l’explosion. Puis, tu te saisis de ton arc, et profitant de chaos créer par la grenade tu te redresses, pour tirer deux fois, avant de te cacher à nouveau. Vous aviez déjà abattus pas mal d’ennemis. C’était pas mal, en considérant que vous n’étiez que deux … Mais ils arrivaient toujours plus nombreux, et tu n’avais pas encore vu l’ombre d’un renfort arriver. “Et maintenant ?”

Code by Sleepy

_________________
savage
Revenir en haut Aller en bas
Garviel Vector
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 193
Dim 24 Déc - 12:06
Falling Skies
ft. Jahel
La pluie de tirs continue sans que je puisse faire grand chose. J'entends quelques cris et des jurons. Apparemment Jahel s'en sort mieux que moi. Je lâche quelques salves de plus pour la couvrir alors qu'elle me rejoint. « Cadeaux. » J'attrape à la volée les deux grenades qu'elle me lance, souriante. Elle a pas chaumé dit donc. L'instant suivant, la détonation de sa grenade me fait siffler les oreilles, n'ayant pas eu le temps de me protéger du bruit. Elle tire quelques … flèches ?! Bon je suis mal placé pour critiquer mais pourquoi un arc ? Y a plus efficace quand même. « Très aimable merci ! » Profitant du court répit dans les échanges de tirs, j'envoie aussi une de mes grenades vers un couvert où je pense que se trouvent certains ennemis. Effectivement ça fait mouche. « Et maintenant ? » Bonne question, on attends et on croise les doigts je vois pas d'autre solution. Mais on se débrouille plutôt bien pour un blessé et une rétrotechnologique contre des … des quoi d'ailleurs ? Avec tout ça on ignore encore qui est en face de nous. Des pirates très certainement mais on est jamais sûr de rien. « On continue de riposter le plus fort possible. Si on se montre assez farouche ils devraient revoir leur stratégie ou partir, nous faisant gagner du temps. »

A vue de nez, il ne s'est passé que cinq à dix minutes depuis le début du combat. Pourtant j'ai déjà l'impression d'avoir une heure de combat dans les dents. Un rapide coup d'oeil hors de mon couvert me permet de voir trois assaillants à terre, mais toujours impossible de dire combien il en reste. Je garde précieusement la dernière grenade en dernier recours. « Ils ne tirent plus … c'est là où l'on doit commencer à faire attention. » Plus de bruit, plus de mouvement. « Tu vois quelque chose toi ? Y a pas de risque qu'on nous contourne ou autre ? » Dans ce cas de figure, j'ai la chance d'être en équipe avec une exploratrice qui sait comment évoluer en un tel milieu et faire de la reconnaissance. Le problème reste qu'elle peut faire une cible facile en sortant du couvert. J'attends de voir ce qu'elle compte faire, prêt à la couvrir et à suivre ses instructions. Plus qu'un quart d'heure et on devrait voir les renforts arriver, on y est presque.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Jahel Jeager
❛❛ Oméga ; Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 13/01/2017
Messages : 108
Dim 24 Déc - 14:10


"falling skies"

Garviel & Jahel



Toujours rien, toujours personne. Et ta radio qui continue inlassablement de grésiller, ou de rester silencieuse. Tu ne sais pas depuis combien de temps ça tire et explose de tous les côtés ou presque, mais tu sais que tes oreilles commencent à trouver le temps long. T’as toujours une arme de poing, dans ton dos, coincée dans ta ceinture, et puis ton arc … Mais tu sens bien que ce sera loin d’être suffisant pour résister et même riposter à ce qu’ils envoient de leur côté. Maintenant, tu sais qu’ils ont des grenades, alors tu te fais discrète, au cas où l’un d’entre eux aurait la brillante idée d’en balancer une dans le trou dans lequel vous êtes planqués. “On continue de riposter le plus fort possible.” Tu acquiesces. Mais sérieux, tu manques cruellement de confiance en vous deux là maintenant. Ou plutôt la faible quantité de matériel que vous possédez pour faire face. “Si on se montre assez farouches ils devraient revoir leur stratégie ou partir, nous faisant gagner du temps.” Cette fois, tu hausses les épaules, tout en serrant ton arc contre toi. T’aimes vraiment pas ce genre situation à la con. Et puis, t’es pas taillée pour ça sinon tu serais devenue soldat. Tu soupires … Et puis, subitement, tu te rends compte que tout est devenu étrangement silencieux. Tu jettes un coup d’oeil à Garviel. “Ils ne tirent plus …” Oui, ça, t’avais remarqué. “C’est là qu’on doit commencer à faire attention.” Mh. C’est pas faux. Franchement, ce serait étonnant que vous ayez réussi à éliminer tout le monde. Ou alors vous êtes vraiment très forts. Ou très chanceux. Non. S’ils ne tirent plus, tu te dis subitement qu’ils sont occupés à faire autre chose. A réfléchir, par exemple, ou a essayer de vous prendre à revers. “Tu vois quelque chose, toi ? Y’a pas de risques qu’on nous contourne ou autre ?” Tu te redresses légèrement, histoire de jeter un œil devant. Y’a plus de mouvement. Tu ne vois qu’un peu de fumée, quelques cadavres, rien de plus. T’en sais rien, en vrai. Tu examines rapidement l’endroit où vous êtes … Mais tu te rends compte que tu peux pas deviner. “J’ai pas eu le temps d’analyser correctement le terrain …” La faute à ton équipe de bras cassé qu’à préféré la facilité au lieu de passer par la forêt. Résultat, t’as pas la configuration dans la tête. Pour toi, c’est plutôt safe. Mais t’es pas certaine. Il allait falloir que tu bouges encore de là, et que t’ailles jeter un œil pour éviter que vous ayez des problèmes tous les deux.

Tu te lèves, reposant ton arc contre la paroi. Tu repères alors un passage assez large pour pouvoir t’y faufiler, qui donne vers le bas de la montagne. Tu pourrais passer par là, ce serait moins dangereux que d’y aller de front. “Bon … Je vais aller voir.” Tu sors alors le pistolet, que tu avais bien calé entre tes reins, tu vérifies le chargeur : il est plein. T’as vraiment pas envie de bouger de là, mais il le faut. “J’en ai pas pour longtemps.” Du moins tu espères.

Tu te faufiles. Tu jettes un oeil autour de toi, avant de remonter légèrement. Visiblement, il n’y a absolument personne. En même temps, tu ne repères aucun chemin proche et réellement praticable pour descendre jusqu’ici. Sans doute pour ça qu’il prenne le temps … Peut-être qu’ils essaient d’élaborer un plan. T’en sais trop rien. Ton arme en mains, tu décides finalement d’approcher un peu plus. Tu te glisses à travers les branchages. Tu sens encore leur odeur. Ils sont toujours là. Mais tu n’entends rien. Et tu ne vois rien. Tu te poses alors un moment, quelques secondes le temps de réfléchir … Et voilà que ta radio se met quasiment à hurler, te faisant sursauter. Tu t’empresses de baisser le son. C’est la voix de ton Oméga que tu entends. “Bah c’est pas trop tôt !” Evidemment, il t’engueule. Tu éloignes alors la radio de ton oreille. Visiblement, ils sont venus à bout du brouillage. “C’est chaud ici alors si vous pouviez juste ...VOUS DÉPÊCHER.” Tu te lèves de nouveau, reprenant la direction du trou dans lequel tu as laissé Garviel. “Il est vivant, ouais. Ok.” Tu te faufiles de nouveau, te laissant tomber à côté du pilote, en soupirant. “J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle.” Tu lèves ta radio. “Ce truc remarche, ils seront là dans cinq minutes.” Et puis tu la lui déposes sur les jambes. “Par contre, je sais pas où sont passés ces types, et j’aime vraiment pas ça.” Tu soupires. T’aimes bien être en mission, généralement, mais là, t’as cruellement envie de rentrer boire un verre en paix sur le Nexus. Et puis manger. Te servir une bonne assiette et te remplir le ventre tranquillement. “Bon et sinon. Tu viens d’où ? T’es marié ? T’as des enfants ?”

Code by Sleepy

_________________
savage
Revenir en haut Aller en bas
Garviel Vector
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 193
Lun 25 Déc - 19:18
Falling Skies
ft. Jahel
“J’ai pas eu le temps d’analyser correctement le terrain …” C'est bien ce que je pensais, on s'est peut être foutu dans un piège sans le savoir. Enfin bon avec le peu de temps que nous avions devant nous, il était compliqué de faire mieux. Le silence règne toujours, et je n'ose pas élever la voix, afin de ne pas révéler ma position ni faire de gaffe. Mon arme est encore chargée, pas pour longtemps ceci dit, pas sûr que je tienne encore dix minutes de fusillade. Ma main se porte sur la grenade à ma ceinture, il s'agira de ne pas la gâcher. Peut être Jahel pourra récupérer d'autres armes. “Bon … Je vais aller voir.” Je hausse un sourcil, finalement elle se décide à y aller. Je fais un signe de tête pour acquiescer et me prépare à la couvrir du mieux que je peux. C'est à dire pas grand chose mais c'est toujours mieux que rien. “J’en ai pas pour longtemps.” Je me doute bien. « Okay, je serais là en train de faire un barbecue à ton retour. » Je la regarde partir et disparaître. Elle se faufile suffisamment vite et bien pour que je n'ai pas besoin de lâcher quelques tirs pour l'aider. Par contre, faute d'avoir eu le temps de l'intercepter, les gars en face semblent saisir leur chance et plusieurs tirs viennent écorcher la roche autour de moi. Cette fois-ci je ne riposte pas, peut être me croiront-ils mort et se mettront à découvert. Je pourrais en cueillir quelques uns comme ça. Après quelques secondes, je me laisse tomber sur le côté et aligne une cible à découvert avançant vers moi. Un tir, un mort. Par contre il me faut un moment et une sacré dose de chance pour me remettre en place avec ma blessure.

C'est là que Jahel réparait, son visage trahissant qu'elle a quelques nouvelles à me faire parvenir. “J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle.” Au moins y en a t-il une bonne, c'est déjà mieux que rien. Elle m'agite ensuite sa radio sous le nez. “Ce truc remarche, ils seront là dans cinq minutes.” Remarche ? Comment ça se fait ? On serait sorti de la zone d'action sans le savoir ? Ce serait étrange quand même. Ou alors un de mes tirs aurait été chanceux et aurait endommagé leur brouilleur. Mon regard se porte sur le type que je viens de tuer. « Le gars avec le brouilleur devait être celui là si ça trouve, tu vois on a un peu de chance dans tout ça. » Allez un peu d'optimisme que diable. “Par contre, je sais pas où sont passés ces types, et j’aime vraiment pas ça.” De l'optimisme j'ai dit bon sang ! Mais elle n'a pas tort, depuis que j'ai tué l'autre, plus de nouvelles du reste du groupe. “Bon et sinon. Tu viens d’où ? T’es marié ? T’as des enfants ?” Hein ? Ah oui elle essaie de tuer le temps et de briser la glace un peu, j'imagine. Bah ça fait pas de mal. Juste que ça me prend de court comme a du le suggérer ma tête durant quelques secondes. « Né sur Yschor, tu connais peut être il y a pas mal de Granule là bas. Je suis le fils de la famille exploitant ce monde, et d'autres d'ailleurs. Mais ça m'a gavé et je me suis tiré en douce. Après quelques années à jouer au contrebandier, si ça se trouve c'est des collègues en face tiens, j'ai rejoins la FEA. » Résumé express de ma vie, comme quoi le CV est pas si conséquent. J'en connais une en revanche qui aurait grogné d'exaspération. En plus de me sermonner des heures pour m'être fait abattre tiens. « Ni gosse ni femme, enfin presque … Et toi ? Avec ton arc et ta façon de parler, je suis prêt à parier que tu viens pas d'une planète urbaine. »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Jahel Jeager
❛❛ Oméga ; Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 13/01/2017
Messages : 108
Mar 26 Déc - 17:16


"falling skies"

Garviel & Jahel



“Le gars avec le brouilleur devait être celui-là si ça se trouve, tu vois on a un peu de chance dans tout ça.” Tu hausses les épaules. Tu comprends tout juste ce qu’il te raconte, en vérité. Toi, et la technologie, ça fait quelque chose comme cent cinquante environ. T’as jamais rien compris à tout ces trucs, tu avais même eu un mal fou à apprendre à te servir de l’équipement obligatoire des explorateurs. Quand un truc marchait pas ? Tu le cognais. Ou tu le balançais contre un arbre. Ça avait fonctionné une fois, avec ta radio justement. Du coup, c’était une sale manie que tu avais pris maintenant. Mais bon, la radio, c’était quand même un truc que tu avais appris à apprécier. Ça évitait les vieux trucs, genre les sifflets et les signaux de fumées. D’ailleurs, maintenant que tu y repensais, ça aurait peut-être été plus simple que de déclencher une fusillade … Bref. La radio, c’était révolutionnaire. Tu en usait, et en abusait, au point de saouler chacun de tes camarades d’escouades. Tu n’avais aucun gène à pourrir les canaux, surtout quand tu t’ennuyais en fait. Les premiers mois, tu n’hésitais pas à parler via la radio aux personnes qui étaient pourtant juste en face de toi. Tu aimais bien ce petit truc. Fallait l’avouer … Mais de là à comprendre comment ça fonctionnait dans le détail … D’ailleurs, tu t’en fichais totalement.

Tu soupires lourdement. Le calme est plus ou moins revenu, et maintenant que tu sais que ton escouade arrive, tu te sens plus détendue malgré le danger qui plane encore sur vos têtes à tous les deux. Du coup, alors que tu n’as plus rien à faire de plus que d’attendre, tu engages un sujet un peu plus personnel. Tu viens de lui éviter de griller dans la carcasse de son piaf en ferraille, du coup, tu te dis que c’est la moindre des choses d’apprendre à qui t’as à faire. Il semble surpris. Faut dire que t’es pas le genre de nana qui passe par quatre chemins. Tu es directe, en général. Trop directe, peut-être, et tu t’es déjà rendu compte que parfois, ça avait tendance à faire fuir les autres. Pourtant, il te réponds quand même. Il t’explique être né sur Yschor, être le fils de la grande famille bien riche qui exploite la planète et avoir fuit les siens par lassitude. Il enchaîne sur une période durant laquelle il avait été contrebandier, avant d’intégrer la FEA. Toi, de ton côté tu hoches la tête pendant tout son petit récit. Étonnamment, tu es attentive. Faut croire que satisfaire ta curiosité est un bon moyen de te garder calme. “De nom seulement … Yschor. Il parait que c’est une jolie planète.” Une planète chaude. Sans doute trop à ton goût, et totalement recouverte de sable. Pas ton environnement préféré, donc. En plus, tu avais entendu parler des vers de sable … tu avais horreur des vers. “Un fils de riche en fuite.” Simple remarque, en fait, tu souris à cette constatation. “On dirait pas.” C’est qu’il a pas du tout l’air d’être l’un de ces mecs qui viennent des planètes riches. Les pires pour toi, sont sans doute les riches de Valéris. Tu as du mal à les supporter … Lui en revanche te plait bien. Sans doute parce qu’il te parait plus simple. “Ni gosse, ni femme, enfin presque …” Tu hausses un sourcil. Comment ça, “presque” comment on peut ne presque pas avoir de femme ? Tu passes quelques secondes à y réfléchir, cela dit, le problème te parait rapidement insurmontable, alors tu abandonnes bien vite. Effaçant ce “enfin presque” de ta mémoire, pour ne garder que le reste. Plus facile à comprendre pour toi. “Et toi ? Avec ton arc et ta façon de parler, je suis à parier que tu ne viens pas d’une planète urbaine.” Ouais. Ça, c’est clairement pas le premier à le remarquer. Tu viens d’une planète pratiquement pas civilisée. Tu as une manière de t’exprimer bien particulière, un accent - si l’on peut l’appeler ainsi - un peu étrange, et puis, une façon de te tenir pas toujours très correcte. Sans parler de ta manie de rejeter la technologie, de préférer un arc et des flèches à un fusil plus précis et plus rapide à l’utilisation. Mais mine de rien, tu es fière de tes origines, aussi pauvres soient-elles. T’es la petite sauvage de ton escouade. C’est plutôt cool, et c’est loin de te déranger. “Je viens de Katashan.” Ta planète est particulièrement belle. Sauvage. Quelques villages par ci, par là. Des chasseurs. Et la nature. Rien de plus. Et pourtant, tu l’avais laissée derrière toi. “C’est beau, mais j’avais envie de voyager … alors un jour, je suis monté dans un vaisseau qui avait fait halte pas loin de chez moi, pis je suis partie. Pis j’ai rejoins la FEA après. Et pis … et pis c’est tout. Je suis dans un trou avec un pilote handicapé.”

Tu finis par te redresser. Et puis tu tends l’oreille. T’entends toujours rien. Alors, une nouvelle fois, tu soupires. “Qu’est-ce qui foutent à la fin ?”

Code by Sleepy

_________________
savage
Revenir en haut Aller en bas
Garviel Vector
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 193
Mar 26 Déc - 22:05
Falling Skies
ft. Jahel
Un rictus se déssine sur mon visage à la mention de la beauté d'Yschor. Tout dépend du point de vue en fait, moi j'aime bien, mais j'y ais grandi aussi. Beaucoup détestent, rien que par la chaleur. Mais jusqu'à présent je n'ai rien de plus beau qu'un ver des sables surgissant du désert. Je passais souvent des heures à regarder par le balcon pour en apercevoir. “Je viens de Katashan.” Ce trou paumé ? Ah bah tu m'étonnes qu'elle paraisse tout droit sortie du trou du cul de la galaxie, c'est le cas. Le pire c'est que je connais. J'y ai déjà effectué quelques passage alors que j'étais contrebandier. “C’est beau, mais j’avais envie de voyager … alors un jour, je suis monté dans un vaisseau qui avait fait halte pas loin de chez moi, pis je suis partie. Pis j’ai rejoins la FEA après. Et pis … et pis c’est tout. Je suis dans un trou avec un pilote handicapé.” Marrant, j'aurai très bien pu être celui qui l'a fait quitter son monde. En vrai je pense savoir qui à pu le faire, ce qui m'arrache un sourire. « Je connais aussi, j'y suis même allé, deux fois. Y a pas mal de contrebande qui passe sur cette planète. Les bestioles locales quoi, même si de mon avis, elles sont très bien où elles sont. Durant le premier voyage y a deux types qui se sont fais boulotter dans le vaisseau par un sagyar. Ces abrutis s'amusaient à le caresser et ont failli le libérer avec leurs conneries. » Ben oui, a vouloir recruter tout le monde comme main d’œuvre on tombe forcément sur des cas particuliers. Au moins la sélection naturelle finit par reprendre ses droits. J'aurais juste légèrement eu les boules de crever à cause d'eux.

“Qu’est-ce qui foutent à la fin ?” Tiens c'est vrai, je les ais oubliés à force de papoter. Je reprend vite mon arme bien en main tout en osant jeter des regards plus poussés en dehors du couvert. On dirait même que les renforts mettent plus de temps que prévu. Ça pue ça. Je réfléchis en vitesse, que ferais-je à leur place. Ils ont certainement pris conscience que des renforts arrivent. Donc deux option, ils laissent tomber où ils finissent le travail. Dans ce cas il faut tenir les renfort à distance où les éliminer aussi. Je fais un signe du doigt à Jahel, demandant le silence complet. Après quelques secondes, un tir, pas si lointain, retenti. Ouais, les renforts sont pris dans les combats, en espérant qu'ils ne subissent pas une embuscade, leur éclaireuse étant certainement avec moi. Un mouvement de tête vers elle pour lui parler me permet de voir au dernier moment un ennemi nous ayant contourner la prendre pour cible. Logique, moi je peux pas aller bien loin. Ce sont mes réflexes qui la sauvent, au prix d'un cri de douleur, alors que l'attrape par le col et l'envoie de toute mes forces loin du tir. Il s'en faut de peu, mais elle semble avoir échappé au pire. Moi par contre je me roule à moitié par terre de douleur tout en tirant au jugé dans la direction du tireur. « Putin de merde !!! Jahel ça va ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Jahel Jeager
❛❛ Oméga ; Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 13/01/2017
Messages : 108
Mer 27 Déc - 10:47


"falling skies"

Garviel & Jahel



Tu restes attentive encore un tout petit moment. Juste le temps pour toi de l’écouter évoquer ta planète. Contrairement à toi, avec Yschor, il ne connaît pas seulement Katashan de nom, puisqu’il a déjà eu l’occasion d’y mettre les pieds pendant sa période de contrebande. Et en vérité, ça ne te surprends pas. Sur Katashan, il n’était pas rare que les contrebandiers viennent chercher des animaux sauvages, vivants ou morts d’ailleurs. Leurs cibles préférées étaient les Sagyars dans tes souvenirs, et justement, le souvenir que Garviel te raconte concerne l’une de ces bestioles, ce qui t’arrache un sourire. Chez toi, on avait aucun problème à laisser un étranger venir enlever une de ces créatures. Surement parce que les forêts de ta planète en était infestés. Le trucs avec les Sagyars, c’est qu’il était particulièrement gros. Un chasseur parvenant à éliminer l’une de ces bêtes, pouvait nourrir une petite famille pendant plusieurs jours. De plus, leurs peaux était utile, autant pour les vêtements que les couvertures, ou même les tapis. Chez toi, il y avait de la peau de Sagyar partout, et ton père se servait de leurs dents pour bricoler, ou comme arme même. Bref. Ces bêtes étaient rentables, et il était inutile - chez toi du moins - en général, d’en tuer plus d’une à la semaine, sauf par nécessité. C’est qu’ils aggressif. Et voraces. En plus, les Sagyars se reproduisaient vite. Du coup, il y en avait une population très importante. Pour ça qu’on laissait les contrebandiers se servir et en embarquer quelques uns de temps en temps … L’anecdote te parait folle. Elle te fait sourire. L’idée de caresser ou même d’essayer de caresser l’un de ces étranges félin ne te serais jamais venue à l’esprit. Tu avais grandi avec, tu savais comment étaient ces créatures. Il était inutile de tenter de les domestiquer … ou de les approcher lorsqu’ils étaient adultes. C’était la mort assurée. Ou dans le meilleur des cas, un membre en moins.

Finalement, la discussion aussi plaisante et apaisante soit-elle, tu retournes bien vite à la réalité en constatant que ton équipe n’est toujours pas là. Tu te lèves alors, approchant du “trou” dans la paroi, celui par lequel tu étais sorti précédemment, pour tenter d’y voir quelque chose … mais rien. De plus, maintenant, les odeurs sont diffuses. Mélangées. Tu as du mal à t’y retrouver au milieu de ce bazar et tandis que tu te concentres pour tenter d’y arriver, Garviel lui semble avoir repris son arme en main. Il tente quelques coups d’oeil à l’arrière, puis semble réfléchir à quelque chose. Tu soupires finalement. Tu n’arrives à rien, et c’est à ce moment que Garviel te fais signe de faire silence total. Tu te raidis un peu, t’appuyant un peu plus sur la roche derrière. Dans le silence de la forêt, tu entends, tout comme le pilote, un tir, qui vient d’une ou deux centaine de mètres de votre position. Tu fronces les sourcils. Tu te penches un peu, pour tenter d’attraper ta radio, à l’abandon sur le sol mais … Mais en vérité, tu ne comprends pas la moitié de ce qui se passe à ce moment là. Tu as à peine le temps de voir Garviel se tourner vers toi, de remarquer son étrange regard que voilà qu’il s’avance vers toi, ses mains viennent saisir le col de ton haut et tu te sens alors décoller du sol. Tu es projetée, si fort que ton dos heurte le rocher. Tu glisses alors vers l’extérieur de la petite cachette, heureusement, vers le bas de la montagne totalement désert, et puis tu atterrit lourdement sur le sol rempli de feuilles. Tu souffles. Avant de te redresser pénible. Tu ne sais pas trop ce qui vient de t’arriver, toujours est-il que la voix du pilote te parvient aux oreilles. Un cri de douleur. Et puis. “Putain de merde !!! Jahel ça va ?” Le tout accompagné de tirs … Du coup, tu te lèves, rapidement. Tu fouilles ton dos, à la recherche de l’arme de poing … Elle n’est plus là. Tu as du la perdre durant ton vol plané. Tant pis, tu contournes le rocher par dessus lequel tu es passé, pour retrouver la fissure, mais tu t’arrêtes net. Il y a un type. Le visage couvert par une espèce de cagoule en tissu sombre. Le dos accolé à la paroi, il semble attendre que les tirs cessent pour entrer dans la cachette de fortune. Tu pourrais lui tirer dessus … Si seulement tu avais encore ce pistolet. Mais ce n’est pas le cas. Alors, en dernier recours, tu attrapes le couteau de chasse à ta jambe, tu saisis la lame entre tes doigts et puis tu le lances dans la direction de ce type bizarre. Il vient se planter dans sa gorge, et en quelques secondes, il s’écroule. Tu souffles. Soupire. “Je vais bien !” Tu indiques enfin ta présence, pour faire cesser les tirs et puis, tu t’avances, tu récupères ton couteau, attrape les armes du mort, et te faufiles à nouveau jusqu’au pilote. Il est à terre. L’espace d’un instant, tu paniques, en pensant qu’il a été touché. Tu balances les armes dans un coin, et tu viens t’agenouiller à côté de Garviel. Tu lui prends son arme. “Il est mort c’est bon …” Et puis par réflexe sans doute, tu viens lui prendre la main, l’observant rapidement … Seule sa jambe semble saigner de nouveau. Il a du réouvrir sa plaie. Tu serres sa main dans la tienne, avant d’attraper la veste que tu avais laisser traîner au sol, tu en arraches un morceau péniblement en t’aidant de tes dents, avant de venir presser contre sa plaie. Tu dois lui faire mal. Mais au point, tu l’empêche de se vider de son sang. “On dirait bien qu’on est quitte, nan ?”

Code by Sleepy

_________________
savage
Revenir en haut Aller en bas
Garviel Vector
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 193
Sam 30 Déc - 12:08
Falling Skies
ft. Jahel
La douleur brouille mes sens, plus rien ne compte mis à part cette sensation qui me déchire la jambe. Sur le moment, je regrette de n'avoir pas cherché un autre moyen pour pousser Jahel. J'essaie de me calmer et de ne pas crier. Ma respiration se calme petit à petit, la notion du temps commence à revenir tandis que la douleur se calme légèrement. Je n'entends pas ma camarade me répondre jusqu'à ce qu'elle ne prenne ma main, que je serre pour indiquer que je suis encore là. Enfin à peu près. Le garrot qu'elle me fait sur la jambe atténue encore la douleur, alors je commence à reprendre mes esprits. Mes yeux sont en larmes et ma respiration toujours haletante. “On dirait bien qu’on est quitte, nan ?” On peut dire ça ouais, même si le sauvetage que j'ai effectué était quand même un peu plus douloureux. « Il me semble que oui ! Mais la journée n'est pas fini, y a moyen qu'un de nous deux marque au score encore. » Surtout si les renforts n'arrivent pas, et ils ne semblent pas mieux engagés que nous finalement vu le déluge de tirs que l'on entend plus loin. Je note tout de même qu'ils semblent se rapprocher. « J'ai pas l'impression que ton escouade soit en meilleure position que nous, j'espère qu'ils sont juste bloqués. » Je pose ensuite mon regard sur le cadavre tombé près de nous plus en détail. Le symbole sur son bras me rappelant quelque chose, sans réussir jusque là à savoir quoi. Étant de toute manière complètement coincé avec ma jambe, je me permet de fouiller dans mon esprit, faisant fi de ce qui m'entoure. Après une dizaine de seconde, je comprend enfin à qui l'on a affaire, ce n'était pas très dur en fait, mais dans le feu de l'action additionné à la douleur, je n'arrivais pas à organiser correctement mes pensées la dessus. « Je sais qui sont ces types, le Clan Varix, du Syndicat. Ça doit être une de leur planque et ça expliquerai leur arsenal. J'ai du passer trop près, j'imagine que j'allais forcément découvrir leur cachette sur mon trajet. »

A première vue, ma découverte ne sert à rien. En tout cas ça ne nous avance pas Jahel et moi. Mais si on s'en tire par contre, la FEA mettra la main sur un joli petit arsenal et diverses cargaisons qui pourront être utiles. Je me laisse glisser contre Jahel afin de soulager ma jambe. « J'aurais du faire ça plus tôt, c'est confortable. » Tant qu'à clamser autant que ce soit bien installé non ? Non pas que je me sente mourir d'ailleurs, mais vu comme je suis coincé avec ma jambe, si un gars débarque pour me tuer, j'suis foutu. Un bruit sourd commence à se faire entendre, et approche très rapidement. Jahel à côté de moi se tend. Des bruits de pas se font entendre, et pas qu'un seul type d'ailleurs. Puis des craquements, comme si la forêt était écrasée. Il me faut un moment avant de reconnaître le bruit caractéristique d'un Transport Taurux. Trop fatigué pour bouger, je chuchote à l'oreille de Jahel. « Tire pas trop vite, nos potes soldats sont là, c'est un Taurux qui fait ce boucan. » S'ensuit alors une minute parmi les plus longues de mon existence, avant que l'on ne voit arriver une tête casquée. L'insigne de la FEA et plus précisément de l'Alizé se trouve sur son uniforme, me faisant éclater de rire. « Putin les gars vous en avez mis du temps ! Mais vous arrivez juste à temps quand même, merci Tallart ! »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Jahel Jeager
❛❛ Oméga ; Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 13/01/2017
Messages : 108
Dim 31 Déc - 0:37


"falling skies"

Garviel & Jahel



Tu soupires, tout en observant un instant ta main maintenant couverte de sang. Au fond, tu te maudis de ne pas avoir vu toi-même ce type, ça lui aurait éviter la douleur, et l’aggravation de sa blessure. Tu serais sans doute morte à l’heure qu’il est, s’il n’avait pas puiser dans ses quelques ressources restantes pour t’écarter de la ligne de mire de ce type. “Il me semble que oui ! Mais la journée n’est pas finie, y’a moyen qu’un de nous deux marque en score encore !” Tu grimaces légèrement, honnêtement, si vous pouviez éviter, ce serait mieux. L’action que tu aimes ça, mais tu as tes limites et là, franchement t’es pas loin de les avoir atteintes. T’es pas fatiguée, pourtant. Juste qu’à force d’en faire trop, tu te dis que ça pourrait mal finir. Tu t’en rends bien compte là maintenant.

Au loin, ça continue de tirer. Une véritable fusillade, qui te fais dire que vos renforts sont bloqués quelques part, aux prises avec quelques ennemis. Tu soupires, lourdement. Tu ne bouges même plus. Tu tends l’oreille, juste au cas où quelqu’un tenterait de s’approcher … mais c’est tout. “J’ai pas l’impression que ton escouade soit en meilleure position que nous, j’espère qu’ils sont justes bloqués.” T’espère aussi. T’espère qu’il n’y a ni blessé, ni mort dans ton équipe. Tu t’étais habituée à eux. T’avais pas spécialement envie de devoir porter le deuil de l’un d’entre eux aujourd’hui. Surtout que t’étais pas douée pour ce genre de choses. La tristesse ne t’allais pas du tout. Tu hausses donc les épaules. “Ça ira pour eux.” T’avais confiance. Ils étaient tous doués. Et puis, ils ne se laissaient pas faire. C’était des battants qui n’avaient même pas besoin d’être lourdement armés pour s’en sortir. Tu te détends légèrement, posant les yeux sur le pilote dont le regard semble dérivé vers le cadavre de l’homme que tu viens d'abattre. “Je sais qui sont ces types, le clan, Varix, du Syndicat. Ça doit être une de leur planque et ça expliquerait leur arsenal. J’ai du passer trop près, j’imagine que  j’allais forcément découvrir leur cachette sur mon trajet.” Pour être tout à fait honnête, à ce stade, tu t’en fous totalement de qui sont ces crétins. Ils ont failli tuer Garviel - même si tu le connaissais pas y’a encore vingt quatre heures, il est quand même dans le même camps que toi - et ils ont aussi essayer de te supprimer. Le prochain que tu croises, tu lui fais sa fête et tu le donnes à bouffer aux Sagyars. “Pour moi c’est juste des connards.” Ça, c’est fait. De toute façon, la politique, les clans, les machins et les bidules, ça à jamais été ton domaine, t’y comprends rien. Tout ce que tu sais, c’est que celui qui tire dessus est forcément ton ennemis. Et tes ennemis, tu les défonces. Point.

Garviel se met à bouger, en fait il se laisse glisser contre toi, et tu bouges légèrement pour le laisser s’installer à peu près confortablement. Tu lui dois bien ça, après tout. Et puis, ça te dérange pas. T’as jamais été farouche. “J’aurais du faire ça plus tôt, c’est confortable.” Super, t’as plus qu’à te reconvertir comme coussin, tu ferais fureur. C’était un choix de carrière comme un autre, hin. Puis c’était bien moins dangereux que d’être ici. Quoi qu’en fait … tu te ferais sans doute un peu trop chier. “Fais comme chez toi.” Encore un soupire. “Mais t’endors pas.” Pas envie de rester toute seule dans ce trou. Trop déprimant.

Au bout de quelques minutes, ton corps entier se tends lorsque tes oreilles captent ce bruit étrange. Tu redresses la tête rapidement, mais tu ne bouges pas. Tu attends. Tu attrapes toutefois ton couteau encore tâché de sang. “Tire pas trop vite, nos potes soldats sont là, c’est un Taurux qui fait ce boucan.” Mh. Ce serait des alliés, alors, qui approcheraient ? Les fameux renforts, enfin ici. Tu as presque du mal à y croire. Du coup, tu restes en alerte, prête à sauter sur le premier qui osera s’approcher d’un peu trop près. Mais finalement, tu te détends lorsqu’effectivement, un soldat fait son apparition. Tu reconnais l’insigne, et puis le type. Alors tu souffles. “Putain les gars vous en avez mis du temps ! Mais vous arrivez juste à temps quand même, merci Tallart !” Tu te redresses avec précaution, histoire de ne pas trop brusquer le pilote blessé installée contre toi. Tu salues les soldats brièvement. Tallart. Evidemment, fallait que ce soit l’escouade qu’à même pas de médecin qui débarque. T’étais jamais satisfaite, faut croire, mais c’était toujours mieux que rien. “Il est blessé.” Annonces-tu en remettant ta veste arrachée sur ton dos, et en attrapant ton arc et tes flèches, ainsi que ton sac et ton équipement. “Faudrait s’occuper de cette jambe, avant de le déplacer. Il a perdu pas mal de sang depuis que je l’ai récupéré …” Pas comme si tes garrots à la noix pouvaient réellement servir à quelque chose. Ça aidait, mais là il fallait vraiment qu’il puisse bénéficier de soin digne de ce nom.

On te balance finalement un sac, avec l’équipement de premier secours provenant du véhicule. Tu laisses les soldats faire le tour de la zone, tandis que tu reviens vers Garviel pour déchirer davantage le tissu de son pantalon pour jeter un œil à la plaie. C’est moche, forcément. Du coup, sans même lui demander son avis, tu fouines dans le sac avant de lui fourrer un stop-douleur dans la bouche, puis tu lui donnes une gourde d’eau. “Avales ça, c’est pour la douleur.” Bon, t’étais clairement pas médecin. C’était pas ton truc. Mais tu savais au moins de servir des trucs simples. Du coup, tu es évidemment capable de passer un linge propre sur la plaie, avant de la vaporiser au TPE, et de verser un peu de réparateur par dessus. Tu sais pas si ça suffira, mais en attendant, ça fera le job. D’ailleurs par sécurité, tu viens enrouler ça avec un bandage propre. “T’échapperas pas à l’infirmerie en rentrant !” Tu te redresses finalement, pour reprendre ta radio en main, avant de te rasseoir en soupirant, tandis que les soldats s’occupent de ce qui traînent à proximité. Après tout, c’est leur job et pas le tiens, ça.

Code by Sleepy

_________________
savage
Revenir en haut Aller en bas
Garviel Vector
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 193
Lun 1 Jan - 11:22
Falling Skies
ft. Jahel
Jahel se levant saluer les soldats, je me redresse légèrement pour ne pas tomber avec son aide. Mes yeux se ferment quelques secondes, écoutant les échanges, trop fatigués pour réussir à les maintenir ouverts. “Il est blessé.” Et pas qu'un peu ! En vrai si j'avais pas joué au héro en la jetant hors de la ligne de tir, j'irai pas si mal que ça. Là je crois que je me suis déchiré un truc en plus de la plaie ouverte et de la perte de sang. “Faudrait s’occuper de cette jambe, avant de le déplacer. Il a perdu pas mal de sang depuis que je l’ai récupéré …” Tout à fait d'accord, d'ailleurs vu comme j'en bave là je serais presque pas contre une amputation. Ohla non je délire ma jambe est pas perdue. Pas que je sache … mais je suis pas médecin non plus, et ils en ont même pas un avec eux ces andouilles d'ailleurs. Même dans les bons moments on a la poisse c'est pas vrai ! J'entends un déchirement qui me fait entrouvrir les yeux, Jahel à terminé de mettre en lambeau le tissu de mon pantalon pour voir ma jambe. Puis elle me fourre un truc dans la bouche de son air autoritaire sans que j'ai le temps de voir ce que c'est. “Avales ça, c’est pour la douleur.” Logique. Je bois quelques gorgées pour me rincer la bouche au passage et me réhydrater. Puis un signe de tête pour la remercier.

“T’échapperas pas à l’infirmerie en rentrant !” Je ris à cette phrase. Non seulement je n'y échapperai pas mais je vais avoir droit à un séjour prolongé m'est avis. Tout dépendra de l'état de ma jambe mais il est peu probable que je sorte e quelques jours. Mais ce que je redoute le plus, c'est le retour sur l'Alizé avec un certaine garde du corps qui a déjà dû trucider tout les officiers de communication et le chef de hangar qui lui aura sûrement intimé de ne pas décoller. Je vais avoir droit à un sermon de plus, mais le plus dur va être de réussir à lui demander de ne pas me suivre absolument partout. Non c'est peine perdue, je suis bon pour l'avoir derrière moi jusqu'aux toilettes pendant quelques mois le temps que ça se tasse un peu et que j'aille mieux. Je souris encore à Jahel. « Vu le déluge de tir et tout le bordel qu'il y a eu ici, je pense que tu auras le lit à côté du mien le temps qu'ils voient si tu n'as rien. T'es pas encore débarrassée de moi ! » Bon vu son état elle devrait pas rester plus de quelques heures certes. J'aurai le temps de lui proposer un restaurant comme ça. « Oh et puis tu comprendras rapidement ce que je voulais dire par le fait que je n'ai presque pas de femme. » Ouais parce que la Valéria elle va pas se priver de dire à Jahel ce qu'elle a mal fait et tout. Oh bon sang faites qu'elles règlent pas leur comptes dans la chambre de l'infirmerie. J'ai assez mal au crâne comme ça. Il se passe encore une bonne dizaine de minutes avant qu'un médecin d'une autre escouade n'arrive et stabilise ma jambe. Puis nous sommes embarqués dans le Taurux en direction de la zone d'atterrissage pour prendre la navette nous ramenant sur l'Alizé. Cette journée est enfin terminée, je vais pouvoir dormir. C'était sans compter Valéria dès la sortie de la navette.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne Jahel Jeager
❛❛ Oméga ; Escouade Jeager ❜❜
avatar
ici depuis le : 13/01/2017
Messages : 108
Mer 3 Jan - 0:38


"falling skies"

Garviel & Jahel



Tu fais craquer quelques vertébres, puis tes phalanges, avant de souffler. Peu à peu, tu laisses la pression redescendre, et ton cœur reprends un rythme un peu plus régulier. Tout va bien. Non seulement tu es en vie, mais en plus, le pilote miraculeusement sorti indemne ou presque du crash l'est toujours lui aussi. Sa jambe va mieux. Du moins pour le moment, mais tu sais qu'il est entre de bonnes mains maintenant. Il a gagner un séjour à l'infirmerie, voilà tout. Quoi qu'il en soit … Tout va bien. Ton boulot est terminé pour aujourd'hui et ce n'est pas pour te déplaire, il fait l'avouer. “Vu le déluge de tirs et tout le bordel qu'il y a eu ici, je pense que tu auras le lit à côté du mien le temps qu'ils voient si tu n'as rien. T'es pas encore débarrassée de moi !” Tu esquisses un sourire, mais franchement t'avais pas penser a ça. T'avais pas franchement envie qu'on te retiennes pendant des heures pour te faire toute une batterie de tests … En fait. Tu voulais juste prendre une douche et aller manger une bonne assiette au réfectoire. Puis peut être prendre un verre. Ça te ferais du bien ouais, de boire un verre. M’enfin. C'était sans doute mort d'avance. Évidemment qu'ils allaient t'obliger a y aller dans leur infirmerie. Du coup, tu hausses les épaules. “Ça me va …” Ouais enfin pas vraiment. “Seulement si on m'apporte à manger.” Bon. Tu devais passer pour une accro a la bouffe - ce que tu étais - surtout que c'était pas la première fois en quelques heures à peine que tu évoquais la nourriture. Mais peu importe. C'était pas comme si toute souciais de ton image de toute façon.

“Oh et puis tu comprendras rapidement ce que je voulais dire par le fait que je n'ai presque pas de femme.” Tu plisses les yeux. Finalement, c'est une bonne raison d'endurer l'infirmerie ça, avoir la question a cette interrogation que tu avais laissé de côté par soucis de compréhension. Cela dit, avant que tu ne fasses la moindre remarque à ce sujet, vous voilà tous les deux embarqués dans le véhicule, puis la navette. Tu croises ton Oméga une fois de retour sur l’alizé, il ne peut s'empêcher de te balancer une grande claque dans l'épaule avant de t'ordonner d'aller à l'infirmerie et ce sans discussion. Visiblement lui aussi est crevé. Trop pour endurer tes piaillements. Du coup tu lèves les mains pour abdiquer avant de rejoindre l'infirmerie.

Comme prévu, on te fais passer au moins 50 tests. On te prend du sang aussi. Et puis on t’installe dans un lit, voisin de celui de Garviel comme prévu. A ses côtés, se trouve déjà une femme portant l'insigne des pilotes. Elle le fixe longuement et surtout sévèrement avant de se tourner vers toi quand tu oses ouvrir la bouche. “Ou est-ce qu'on vous a appris votre métier a vous ? Vous n'êtes pas penser savoir vous débrouiller en milieu hostile ?” Et voilà qu'elle t'agresses maintenant. Tu soupires. En fait. C'est vraiment pas le moment de t'emmerder. Surtout que t'as l'estomac vide. Alors au lieu de lui répondre du te tourner vers Garviel. “C'est elle “presque” ? En fait, ça ne fait aucun doute. Tu sais pas trop qui elle est pour lui mais elle a l'air sacrément violente la dame. “Je suis son garde du corps personnel. Et vous êtes entièrement responsable de son état actuel.” Bah tiens. Vla autre chose. Son garde du corps rien que ça. Une vraie furie ouais. Voilà quelle en était à t'accuser. ”Hey princesse je te signale que si ton … protégé est encore en un seul morceau ici et pas cuit a point dans sa carcasse est grâce a mon … moment qu’t’as dis déjà ? Ah ouais imcompétruc.” Sérieux quoi. Même pas un merci nan. Elle te sautais direct a la gorge. Tu finis par soupirer avant de te redresser et de te lever de ton lit. Puis, tu viens déposer un baiser sur la tempe de Garviel. “Tu me dois un dîner.” Finalement tu t'éloignes, t'arrêtant devant la jeune femme. “Tchuss Presque.”


Code by Sleepy

_________________
savage
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Falling skies feat. Vasilisa Hope
» Demande Partenariat → One Piece Falling Skies
» La mythologie de Falling Angels
» MUSE
» 02. Catch me, I’m falling.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
》Pioneer's Legacy. :: × missions × :: ↪ Flashbacks-
Sauter vers: