[An 586] Visite à l'improviste. - FT Valéria

 :: × la flotte × :: ↪ Le Nexus :: Salon des Officiers Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 20 Mar - 20:51
visite à l'improviste
garviel & valéria

Le petit discours de Garviel est certes relativement convaincant … mais il ne fonctionne pas sur toi. Du moins, pas autant qu’il le souhaiterait, et ça tu le sais. Le leader avait toujours insisté sur ta sociabilisation. Toi qui t’étais imaginé ne faire que surveiller, en restant à une distance respectable, il avait fait en sorte de te faire parler, discuter, et surtout, il avait très tôt mis l’accent sur le fait que tu allais faire partie d’un escadron, et qu’il était important que tu te familiarise avec les autres, ce qui pour toi n’était pas chose aisée. Chez les Cobalt, il y avait deux catégories de pilotes. Il y avait ceux qui étaient là depuis le début, pour toi, qui faisait déjà partie de cet escadron, bien avant que tu ne l’intègres, c’était le cas de Crowe, et Arkan. Et puis, il y avait les autres. Certains étaient là depuis un bout de temps, d’autres étaient arrivés plus récemment … c’était comme ça. Durant les missions, parfois, il y avait des pertes et il fallait remplacer. Inutile de préciser que tu n’avais aucune, mais alors aucune confiance en les personnes qui étaient arrivés après toi. Tu travaillais avec eux, et ça s’arrêtait là … Pour les autres, malheureusement, c’était sensiblement la même chose. Tu n’étais pas parvenue à faire confiance totalement. Alors certes, pour eux, tu avais des doutes … Tu te surprenais à penser que peut-être, oui, il valait mieux les mettre hors de cause parce qu’au final, ce n’était pas possible de les voir trahir Garviel. Et pourtant. Ton caractère méfiant prenait systématiquement le dessus pour te faire continuer de douter, encore et encore. Au fond, tu ne savais pas si tout ça était une bonne, ou une mauvaise chose. Un peu des deux, sans doute. Tu avais un bon instinct de conservation. Du coup, à la fin de son petit monologue concernant Arkan, ou encore Tallart, tu ne fais que soupirer. “▬ Tu as raison. Je suppose.”

La question de ce lit revient donc comme un cheveux sur la soupe. Sentant comme … une gène que tu ne t’expliques pas à cent pour cent, tu essaies de calmer le jeu, ou d’apaiser les choses. Persuadée que ton protégé crains pour son intimité, ou quelque chose dans le genre, tu lui assures donc que tu ne comptes en aucun cas venir prendre une place qui n’est pas la tienne dans son lit. Seulement, à peine ouvert la bouche pour énoncer ce simple fait, que Garviel s’arrête, pour finalement se retourner et te fixer un peu étrangement. Alors que tu en arrives à lui demander un peu de son temps pour récupérer tes affaires, du moins, une petite partie, tu remarques que celui-ci agite la tête … comme s’il n’était pas d’accord avec quelque chose. “Sérieusement Val, tu penses que je vais te laisser dormir par terre ? T’es pas un Kubrow bon sang, ni une esclave.” … Non. C’est vrai, mais en réalité, tu ne voyais pas non plus forcément les choses comme ça. Ta proposition de dormir au sol n’était pas là pour te dénigrer, mais bien pour éviter de le déranger dans son quotidien. Tu n’étais pas dérangée avec le fait de passer quelques nuits par terre, étant donné que c’était pour sa protection. Cela dit, tout à coup, tu sens bien que Garviel semble … irrité. En colère. Quelque chose comme ça. Quelque chose à laquelle tu étais loin de t’attendre, en réalité. “Je voulais juste te prévenir que nous allons devoir dormir ensemble … C’est même pas négociable. Je préfère encore que tu sois dans ton dortoir que te savoir par terre dans ta cabine !” Bon … Bien. Très bien. Au moins, ça avait le mérite d’être clair. Cela dit, ça ne t’arrangeais pas plus que ça. Tu n’étais pas certaine d’être réellement à l’aise avec le fait de passer la nuit dans le même lit que l’homme que tu devais protéger … “▬ Si c’est un ordre … Je le ferais. Evidemment.” Cette fois, c’est à ton tour de détourner le regard. Tu te mets d’ailleurs à observer tout, et n’importe quoi au beau milieu de ce couloir. Les murs. Les boutons d’alarmes. La tuyauterie au plafond. Les lumières. Le sol. Bref. Tout ce qui pouvait être observé, même si c’était loin d’être intéressant. “▬ Je disais simplement ça pour … Enfin, ce que je veux dire c’est que … Non, rien en fait. Laisse tomber.” Bon, à l’évidence, c’était à ton tour d’être affreusement gênée par cette situation. Alors oui, le lit était relativement grand, c’est vrai. Tu l’avais déjà vu, et revu. Tu le savais. Seulement, il était grand pour une personne, à deux, forcément, ce serait bien plus … serré. “▬ Non en fait. Je veux dire … C’est juste que je suis une fille, une femme … fin t’as remarqué …  Non ? Et toi, fin t’es pas une fille …” Oui, oui, oui, parfaitement. C’est vrai que personne n’avait jamais remarqué ça, tiens. Ça alors, Val. Quelle découverte. “▬ Oublie ça, tu veux. Je voulais juste pas que la situation soit gênante. Mais si tu préfères … je dormirais … dans ton lit. Avec toi. Voilà. On peut y aller maintenant ?”
Made by Neon Demon
❛❛ Cobalt Cinq ❜❜
avatar
ici depuis le : 24/12/2017
Messages : 111
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

target is a target

It's not a question of can or can't. There's some things in life you just do.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Mar - 19:56
visite à l'improviste
ft. Valéria
Au fond, la proportion que semble prendre cette histoire de lit amuse Garviel, en particulier maintenant que son malaise est passé. En revanche il n'est toujours pas disposé à laisser Valéria dormir par terre. S'il ne l'avais pas su si sérieuse sur le sujet, il en aurait rit. Alors il est obligé de mettre les points sur les i comme on dit. De se montrer ferme, au point de manquer presque à sa résolution, celle de ne jamais donner d'ordre à Val. Même si en cette occasion, il est vrai qu'il est compliqué de ne pas le faire, tant la jeune femme semble prête à faire ce qu'elle dit. Néanmoins il regrette d'avoir adopté ce ton un peu sec et sévère, qui ne le ressemble pas trop, et qui semble avoir surpris Valéria. “▬ Si c’est un ordre … Je le ferais. Évidemment.” L'amusement ressentit juste avant s'évapore d'un coup, lui arrachant une sorte de cri de rage et d'irritation. Il se radoucit en voyant le regard fuyant de sa garde du corps, et se calme même complètement en comprenant qu'au final, elle semble autant gênée que lui une minute auparavant. “▬ Je disais simplement ça pour … Enfin, ce que je veux dire c’est que … Non, rien en fait. Laisse tomber.” Oh il pense parfaitement comprendre où elle veut en venir, et un sourire en coin se dessine rapidement sur ses lèvres. Il attend la suite, tout en espérant ne pas éclater de rire. “▬ Non en fait. Je veux dire … C’est juste que je suis une fille, une femme … fin t’as remarqué …  Non ? Et toi, fin t’es pas une fille …” Effectivement, ne pas rire s'avère très compliqué pour le pilote, qui doit d'ailleurs détourner le regard afin d'éviter qu'elle ne remarque de trop son hilarité. Quelques mimiques incontrôlées viennent d'ailleurs l'embêter et le mettre à deux doigts de craquer.

“▬ Oublie ça, tu veux. Je voulais juste pas que la situation soit gênante. Mais si tu préfères … je dormirais … dans ton lit. Avec toi. Voilà. On peut y aller maintenant ?” Une sorte de pouffement enroué sort de la bouche de Garviel, qui ne tient plus. Son rire résonne rapidement dans les couloirs alors qu'il laisse libre court à son hilarité devant le regard sans doute étonné de la pauvre Valéria. Il lui faut plusieurs minutes avant de réussir à reprendre le contrôle des spasmes qui le secouent et des larmes qui coulent sur ses joues. Lui qui pensait être le plus gêné des deux, voilà qu'en réalité, c'est bien elle qui ne sait plus où se mettre. C'est comme si subitement il découvrait une autre facette de Valéria, la femme innocente en elle quoi. « Ouh, faut que je souffle là ! » Il essuie ses larmes et reprend son souffle petit à petit, rouge d'avoir autant rit. « Tu veux dire que tu n'as jamais dormi avec quelqu'un d'autre ? » La question ne pose aucun sous entendu, seulement le fait de dormir. Cela l'étonne un peu en réalité, c'est généralement le genre de chose qui arrive à tout le monde plusieurs dois dans sa vie, et qui arrive le plus souvent étant jeune. « Je ne parle pas de choses intimes tu sais. Simplement de dormir. Avec peut être un bras qui te tombe sur le visage dans la nuit, ça arrive. Tu n'as rien à craindre. » En plus Garviel ne bouge pas beaucoup la nuit, il trouve une position et n'en bouge plus, et il ne ronfle pas non plus, du moins d'après ce qu'on lui a dit.

« Et ne t'inquiètes pas, je ne suis pas aussi gêné que ça. J'ai déjà dormi avec Crowe une fois, même qu'elle a failli me dégager du lit à force de bouger. » C'était un jour lointain, avant même l'arrivée de Valéria. Une soirée de permission bien arrosée sur le Nexus. Les deux étaient tellement amochés qu'ils s'étaient arrêtés au premier dortoir, celui de Garviel, pour s'y effondrer. Le matin, il s'était réveillé avec un bras et la tête pendant par dessus la couchette tandis que Crowe prenait tout le reste de la place. Le souvenir ravive le sourire du pilote qui passe alors un bras autour des épaules de Valéria, bien décidé à l'embêter un peu plus. « Alors, pourquoi est-ce que ça te gêne tant que ça ? Timide ? Toi ? Où tu as peur des rumeurs ? Oooh mais tu rougirais pas un peu là ? » Conscient qu'il la pousse dans ses retranchements, et qu'elle ne sait sans doute plus où donner de la tête avec tout ça, Garviel décide tout de même de lui laisser un peu de mou. Il retire son bras et adresse un clin d'oeil complice. « Ahah allez fais pas cette tête, je te taquine ma belle ! » Il marque un temps d'arrêt, court, presque imperceptible, à cause du petit qualificatif qu'il vient d'utiliser, et sorti tout seul. Se reprenant rapidement, Garviel reprend sa route.
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 287
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
'cause in a sky full of stars
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Mar - 20:50
visite à l'improviste
garviel & valéria

Voilà, tu venais sans doute de totalement te ridiculiser devant Garviel, avec tout ça. Sans doute pour ça que tu essaies déjà de trouver une échappatoire à cette discussion qui aurait pu se terminer depuis un bon moment déjà, si seulement tu avais eu la bonne idée de la fermer et … d’obéir tout simplement. Non. Toi, il avait fallu que tu continues d’argumenter, et de donner tes pseudos raisons, peut-être en espérant le voir changer d’avis, d’une certaine manière. Le truc, c’est que c’est loin d’être efficace … et ça, tu peux le remarquer dès le début même de ton espèce de monologue étrange. Tout ça, ça à l’air d’amuser le pilote au plus haut point. Il remarque très rapidement qu’à ton tour, tu es relativement gênée par tout ça, et bientôt, il éclate même littéralement de rire devant ton nez. En face, toi, tu n’esquisses même pas le moindre sourire et tu dois avouer que tu dois te faire violence pour contrôler tes nerfs … simplement parce qu’il s’agit de Garviel. Inutile de préciser que s’il avait s’agit de n’importe qui d’autre, tu lui aurais déjà cassé les dents sans hésiter. “Ouh faut que je souffle là !” … Tout de même profondément vexée par cette réaction, tu viens placer tes mains sur tes hanches en signe de ton mécontentement ce qui finalement, n’a clairement pas l’air de calmer ton protégé qui continue d’essayer de reprendre son souffle entre deux rires de plus. “Tu veux dire que tu n’as jamais dormi avec quelqu’un d’autre ?” Tu plisses les yeux … comme si c’était surprenant que ça, sérieusement. Surtout venant de toi. “Je ne parle pas de choses intimes tu sais.” Oh bah oui, tiens, c’est vrai. Après tout, qu’il continue à accentuer ta gène en abordant les sujets qui fâchent pourquoi pas. Il avait qu'à entrer dans les détails plus en profondeur, tant qu’il était aussi. “Simplement de dormir. Avec peut-être un bras qui te tombe sur le visage dans la nuit, ça arrive. Tu n’as rien à craindre.” Rien … Rien à craindre. Comme si tu avais … peur. Ce n’était pas de la peur, non c’était juste … Gênant. Point. Surtout pour quelqu’un comme toi. “▬ Et bien, non. Figure toi.” Tu soupires, lourdement, histoire de bien faire comprendre que le sujet de cette conversation est loin de te convenir, et que … Non, clairement, en fait, ça te gave, maintenant. Voilà. “▬ C’est pas comme si j’avais eu des amis … ou autre, pour partager ce genre de moments. Tu te souviens ?”

“Et ne t’inquiètes pas, je ne suis pas aussi gêné que ça. J’ai déjà dormi avec Crowe une fois, même qu’elle a failli me dégager du lit à force de bouger.” C’est bien ce à quoi tu étais en train de penser. Evidemment que tu savais que dormir ensemble, ne signifiait pas pour autant … avoir des rapports intimes. Seulement, non, tu n’avais jamais partagé ton lit avec personne. Que ce soit un homme, ou même une femme. Pour avoir entendu bien des histoires et des anecdotes dans le genre de celle qu’il venait de te raconter, tu savais que parfois, ça se faisait entre amis. A l’occasion. Sauf que, pour commencer, tu n’étais pas du genre à faire la fête, ou à faire des soirées, et ensuite, non, tu n’avais pas d’amis. Personne. Et ça n’avait jamais été le cas, même lorsque tu étais plus petite. C’était comme ça. Tu n’avais pas eu le droit de côtoyer tes sœurs, c’était pas pour te faire des copines. A quoi il pensait ? Le pire, c’est qu’il continue. Son bras vient prendre place sur tes épaules, et il continue de te taquiner, toujours le sourire aux lèvres. “Alors pourquoi est-ce que ça te gêne tant que ça ? Timide ? Toi ? Où as tu peur des rumeurs ? Oooh mais tu rougirais pas un peu là ?” Nouveau soupire … et pour le coup, tu te serais bien dégagée de son étreinte, s’il n’avait pas eu l’idée de le faire lui même assez rapidement. “Ahah, allez fait pas cette tête, je te taquine ma belle !” … Ma belle. D’où est-ce que ça sortait ça encore, hein ? Peu importe. Là, n’était pas le soucis. Non, le truc, c’est que maintenant, il reprend son chemin comme si de rien n’était et toi, tu souffles, tu rumines. Tu restes plantée un instant, avant de le rattraper à grandes enjambées. “▬ Je ne suis pas timide.” Si, clairement. Pour certaines choses, non. Pour d’autres, oui. Carrément, même. “▬ Et je n’ai pas peur non plus.” C’était bien connu, tu n’avais peur de rien. Sauf des serpents … tu avais toujours ces choses en horreur. “▬ Quand aux rumeurs, je t’avoue que oui … ce serait un peu dérangeant.” En réalité, plus tant que ça depuis ce matin même. Hier encore, l’idée même d’entendre des bruits de couloirs sur toi et ton protégé à .. ce sujet plutôt délicat t’aurais mis dans une rage folle. Il ne fallait surtout pas que ça arrive aux oreilles des Vector, il t’aurais sans doute jetée, en te mettant des coups de bâton, tiens. Maintenant qu’ils ne pouvaient plus le faire et bien … Il y avait moins de risques. Cela dit, tu n’avais clairement pas envie d’affronter à nouveau les sous entendus lourds de sens de la mère Vector. Ça non. “▬ Si ce genre de chose arrive aux oreilles de ta mère …” Oui, enfin. Il avait compris quoi. C’est pas que tu en avais peur, non. Mais tu n’avais pas spécialement envie d’une nouvelle discussion forcée avec elle, point. “▬ Et je ne rougis pas non plus. D’accord ?” Et encore un lourd soupire, qui vient s’ajouter à la longue liste de soupirs que tu as fais en moins de dix minutes. “▬ Je suppose que le sujet est clos … Donc. Tu as des choses particulières à faire, maintenant ? Ou tu veux rentrer sur l’Alizé ?”
Made by Neon Demon
❛❛ Cobalt Cinq ❜❜
avatar
ici depuis le : 24/12/2017
Messages : 111
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

target is a target

It's not a question of can or can't. There's some things in life you just do.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Mar - 17:12
visite à l'improviste
ft. Valéria
“▬ Et bien, non. Figure toi.” Bon, il s'en doutait quand même. L'enfance de Valéria n'a pas été particulièrement pratique pour se lier avec d'autres personnes. Quand il repense à ce qu'elle a subit alors que lui vivait comme un roi, même s'il détestait ça, son estomac se noue. Il remarque aussi qu'elle semble vexée, qu'il se moque d'elle de cette manière, car il est vrai que son sens de l'humour et de l'autodérision n'est pas très développé. Encore qu'elle a fait des progrès depuis son arrivée. “▬ C’est pas comme si j’avais eu des amis … ou autre, pour partager ce genre de moments. Tu te souviens ?” Garviel note donc qu'elle est effectivement légèrement vexée, une chance qu'il soit celui qu'elle doit protéger, sinon il aurait finit dans un sas et éjecté du vaisseau. Mais le pilote ne semble pas souhaiter en rester là tout de même, et se sent obliger de rajouter quelque chose afin de la rassurer, et de l’empêcher de ruminer son passé. « Mais maintenant ça a changé Val. Tu m'as moi, et dès que cette histoire de prime sera terminée, je vais t'emmener avec moi faire quelques activités entre amis ! » Bon, il n'a pas trop d'idées précises en tête pour le moment, mais il compte bien le faire. Peut être le grand parc aquatique de Jerin VI, de quoi s'amuser et se détendre. Encore faut-il qu'elle accepte de se mettre en maillot de bain tiens. Sans compter les dents cassées qui vont voler vers ceux qui vont la reluquer. Cette idée renfrogne le pilote, comme si savoir que d'autres puissent la regarder avec insistance le rendait jaloux. Il trouvera une autre idée donc.

Son petit moment de taquinerie semble agacer encore plus Valéria, arrachant presque un soupir de désespoir à Garviel. Non pas qu'il s'attendait à autre chose en réalité, mais il l'aurait souhaité. Toujours est-il que maintenant qu'il se sent lancé, il compte bien continuer un peu à l'embêter. “▬ Je ne suis pas timide.” Un grand sourire se dessine sur son visage tandis qu'il balance sa tête de droite à gauche dans une sorte de négation amusée. “▬ Et je n’ai pas peur non plus.” En revanche, ça il ne peut pas le nier. A un détail près, Garviel est conscient que la principale peur de Valéria doit être d'échouer dans sa tâche de le protéger. Il la soupçonne aussi d'avoir la trouille de quelques bestioles rampantes, pour l'avoir esquisser des similis grimaces parfois devant de telles bêtes. “▬ Quand aux rumeurs, je t’avoue que oui … ce serait un peu dérangeant.” Dérangeant, voilà un mot qui intrigue le pilote. Qu'est-ce qui peut bien la déranger se demande t-il. Peut être craint-elle que cela ne remonte aux oreilles de ses parents. Sauf que Garviel les pense capable de comprendre la raison, étant donné qu'ils savent leur fils traqué. Une rapide analyse de la situation leur fera comprendre la raison. “▬ Si ce genre de chose arrive aux oreilles de ta mère …” C'est donc bien cela qui semble la gêner, pourtant il n'y a pas de quoi, pour la raison précédente mais aussi depuis le rachat du contrat. Le pilote se sent donc obligé de rectifier. « T'en fait pas, ils connaissent notre situation, ils comprendront vite la raison de ta présence dans ma cabine. Et puis, leur avis ne compte plus vraiment si ? Qu'est-ce qui te gêne vraiment ? On peut trouver autre chose si vraiment tu ne peux pas. »

Peut être est-ce bien la raison, les vieilles habitudes. La mère Vector étant bien connue pour savoir planter ses griffes quelque part et les y garder un moment, même après qu'elle semble avoir lâché prise. C'est bien pour cela qu'elle est aussi crainte dans le milieu des affaires. Toujours est-il que si Garviel n'est pas disposé à laisser Valéria dormir par terre, il ne compte pas non plus la forcer à dormir avec lui. “▬ Et je ne rougis pas non plus. D’accord ?” Pourtant il lui semble bien avoir vu ses joues rougir légèrement tout à l'heure, et son sourire revient. Bien que la jeune femme ne semble guère apprécier être trahie par ses sentiments de cette manière, Garviel aime la voir comme ça, plus humaine d'une certaine manière. Il ne peut même s'empêcher de lui trouver quelque chose, qui lui fait fixer le regard sur elle. « Pourtant tu es encore plus mignonne quand tu rougis tu sais ! J'aime bien. » La tournure de la phrase le fait légèrement douter de que ce qu'il souhaitait vraiment dire, encore une fois, ses mots sont partis tout seul. Le fait que cela devienne récurrent commence à obliger Garviel à se poser quelques questions. “▬ Je suppose que le sujet est clos … Donc. Tu as des choses particulières à faire, maintenant ? Ou tu veux rentrer sur l’Alizé ?” Heureusement, il peut profiter de la diversion de Valéria pour rapidement passer sur un autre sujet, moins … tendancieux. D'autant plus que oui, quelque chose est prévu, avec toutes ces émotions, il avait presque oublié ce qu'il avait prévu après la réunion avec ses parents. « Oui il y une dernière chose à faire ! Je t'invite au restaurant, j'ai un dernier cadeau pour toi, parce que ton anniversaire approche et que nous risquons d'être en mission ce jour là, j'ai pris de l'avance. » Sans prendre la peine d'entendre de potentielles protestations de la aprt de sa garde du corps, Garviel prend la direction de la zone de détente, vers le restaurant qu'il a réserve plus tôt dans la semaine. Et sa main vient toucher le cadeau dans son sac, espérant qu'il lui plaira, ayant du faire avec le peu d'argent qui lui restait. Ils arrivent rapidement sur place et sont invités à s'asseoir à une table en terrasse. « Bon, comme je savais pas ce qui me resterait comme argent, j'ai prévu le repas d'avance. Et heu … Tiens, ton cadeau. J'ai pas pu l’emballer par contre. » Le pilote sort alors un sorte de pull, aux couleurs proches des cheveux de Valéria, avec un col haut. Il l'a acheté après la mission, après l'avoir vu trempée et gelée. « C'est une matière qui se s'humidifie pas, imperméable et chaud. Comme ça, quand tu retomberas dans un lac, tu auras la moitié du corps au chaud ! Ah oui j'ai aussi ça pour toi. » Il lui tend alors un stylo, à l'apparence simple, mais capable de prendre des centaines de teintes de couleur en un clic, et d'agrandir ou rétrécir sa mine. « Pour tes dessins. Et Joyeux anniversaire en avance !» Ce stylo, il l'avait piqué à un pirate durant la dernière mission. Il l'a vu tomber de sa poche au milieu de la fusillade et l'idée de le prendre pour le donner à Valéria s'est immédiatement imposée. Même que cette dernière l'avait engueulé après sa prise de risque idiote.
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 287
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
'cause in a sky full of stars
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Mar - 22:29
visite à l'improviste
garviel & valéria

“T’en fais pas, ils connaissent notre situation, ils comprendront vite la raison de ta présence dans ma cabine. Et puis, leur avis ne compte plus vraiment, si ? Qu’est-ce qui te gêne vraiment ? On peut trouver autre chose si vraiment tu ne peux pas.” Tu soupires. Honnêtement, tu n’étais pas certaine que Madame Vector laisse passer cette occasion de venir te poser d’autres questions clairement gênantes, sans doute juste pour le plaisir de te voir dans l’embarras, d’ailleurs. C’était ça, ton principal soucis, entre autres : non, il est vrai que leur avis ne comptait plus, et n’était plus si important … Pourtant, tu savais que la mère de Garviel avait le pouvoir de cruellement te déstabiliser et ça, ça, tu détestais ça.

D’ailleurs, ce que tu détestes aussi, c’est être autant sur la défensive, comme en ce moment. Tu n’es pas timide, tu n’as pas peur, tu ne rougis pas non plus. En clair, tu essaies maladroitement de donner tort à ton protégé, tout en sachant quelque part au fond de toi qu’une partie de ce qu’il raconte n’est que stricte vérité. Pourtant, malgré ton air renfrogné, encore une fois, Garviel lui semble ne pas vouloir se laisser démonter, bien au contraire, puisqu’il en rajoute. “Pourtant tu es encore plus mignonne quand tu rougis tu sais ! J’aime bien.” ...Mignonne. Décidément, tu allais de surprise en surprise aujourd’hui. Belle. Mignonne. Les gentils qualificatifs fusaient depuis un moment, et en faisaient qu’accentuer ton sentiment de gêne. Tu n’étais pas habituée à ça, encore une fois. Les compliments, tu en avais plutôt rarement. Alors, oui c’était déjà arrivé, bien évidemment, mais généralement, tu t’en fichais complètement. Généralement, mais pas là. Non, là, ça venait te toucher en plein cœur, en réalité. Et c’était vachement troublant. Du coup, tu en viens à tenter de clore ce sujet épineux. Tu n’as plus spécialement envie de discuter de tout ça, tu ferais comme lui le souhaite, et tu supposais qu’au final, tu réussirais à t’y faire. Surtout que c’était l’affaire de quelques temps, seulement.

“Oui il y a une dernière chose à faire !” Tu retiens un soupire. Le fait est est que tu n’appréciais pas forcément le Nexus, si son ambiance. L’Alizé était plus familier, pour toi, et moins tu traînais sur le vaisseau mère, mieux tu te portais. Cela dit, comme toujours, tu suivrais le mouvement, sans un mot. “Je t’invite au restaurant, j’ai un dernier cadeau pour toi, parce que ton anniversaire approche et que nous risquons d’être en mission ce jour-là, j’ai pris de l’avance.” Tu ouvres grand les yeux, seulement, et parce qu’il te connais bien - trop bien - Garviel ne te laisse pas réellement protester, il reprends son chemin et de nouveau tu es obligée de piquer un petit sprint pour le rattraper, et là encore, il semble faire en sorte de marcher à bonne vitesse histoire que tu évites de trop discuter. Il te traîne ainsi jusqu’à son fameux restaurant et alors qu’il entre, et qu’il s’installe, tu n’as d’autre choix que de venir t’asseoir face à lui. Et là … Et bien là, honnêtement, tu ne savais pas trop comment réagir. N’importe qui à ta place aurait sans doute ressenti de la joie, de l’excitation, du bonheur aussi … Et il est vrai qu’une large part de toi ressentais tout ça en ce moment. Sauf que ça n’était pas tout. Si seulement il n’y avait eu que ça, aujourd’hui. S’il n’y avait eu que cette invitation dans ce restaurant … Mais ça n’était pas le cas. Plus tôt, ce matin, il y avait eu ce contrat racheté. Une somme colossale, dépensée pour toi et tu avais encore du mal à accuser le coup. Tout ce que possédait Garviel y était passée, et maintenant, il trouvait encore le moyen de t’inviter ici, et de faire un cadeau … D’ailleurs, le voilà qui sort de son sac un haut, un vêtement, un pull pour être exact. “Bon, comme je savais pas ce qui me resterait comme argent, j’ai prévu le repas d’avance. Et heu … Tiens ton cadeau. J’ai pas pu l’emballer par contre.” Tes mains viennent attraper le tissu épais du vêtement, et tu l’observes un petit moment, ne sachant toujours pas quoi dire, comment réagir face à tout ça. “C’est une matière qui ne s’humidifie pas, imperméable et chaud. Comme ça, quand tu retomberas dans un lac, tu auras la moitié du corps au chaud !” … C’était. C’était trop. Beaucoup trop. Garviel en faisait bien trop pour toi, et pourtant, tu ne pouvais pas t’empêcher de trouver ça … C’était quoi le terme, déjà ? Ah oui, adorable. Il s’était souvenu de tes difficultés avec le froid, durant la mission précédente, d’où ce cadeau. “▬ Garviel … “ Ta voix n’est qu’un murmure, alors que tu sers toujours le pull entre tes doigts, le posant sur tes genoux pour observer ton protégé. Et de nouveau, ce dernier te tends un objet. Un style, pour être précis. ‘Pour tes dessins. Et Joyeux Anniversaire en avance !” L’une de tes mains lâche finalement le pull, pour venir prendre le stylo que tu fais tourner entre tes doigts un instant, avant de relever les doigts. Ton anniversaire, ça avait toujours été un sujet sensible. Si tu avais eu un jour envie de le fêter, d’avoir des cadeaux, ton père avait rapidement fait opposition à tout ça, comme il savait si bien le faire, à l’époque. Du coup, ça te surprenais toujours quand on pensait à te souhaiter cet anniversaire, et encore plus quand on t’offrais un cadeau. “▬ Tu n’aurais pas dû …” Tu n’avais pas envie de te montrer odieuse. Non. Mais c’était tellement. “▬ Tu … Tu en as déjà fais tellement, et maintenant ça … C’est beaucoup trop, enfin.” Et la question qui te trottait maintenant dans la tête - à nouveau - c’était tout simplement ; Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu’il faisait ça ? Le contrat. L’anniversaire. Le repas. Les cadeaux. Et cette attitude qu’il avait envers toi, depuis un certain temps, maintenant, que tu avais remarquée, sans forcément trop vouloir y penser. “▬ Merci beaucoup. Tu es … Tu es la seule personne qui … qui fait autant, pour moi.” Tu ramènes le crayon à toi, pour l’observer de plus près. “▬ Tu veux … Tu veux que je te montre mes dessins ?” Tu lui en avais déjà parlé, mais il est vrai que tu ne voulais pas particulièrement dévoiler ce que tu gardais de bien dissimulé, dans ce carnet. “▬ Tous. Je veux dire. En fait, il y en a plusieurs en particulier, que j’aimerais vraiment que tu vois.”
Made by Neon Demon
❛❛ Cobalt Cinq ❜❜
avatar
ici depuis le : 24/12/2017
Messages : 111
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

target is a target

It's not a question of can or can't. There's some things in life you just do.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 26 Mar - 17:11
visite à l'improviste
ft. Valéria
Il remarque rapidement que son geste n'est pas inutile, et que Valéria semble vraiment touchée par son geste. Garviel s'en réjouit donc intérieurement, il espérait bien lui faire plaisir. De son point de vu, elle est tellement obnubilée par sa tâche, qu'elle en oublie de vivre comme tout le monde, qu'elle ne prend jamais de temps pour elle. Alors si elle ne peut pas prendre du temps pour elle même, à penser pour elle même, c'est à lui de le faire à sa place. Après tout, Valéria veille bien sur lui en permanence, il peut bien lui rendre la pareille à sa manière. Même si au fond, il n'a besoin d'aucune justification pour son geste, à part la sentiment d'avoir simplement envie de lui faire plaisir, de la voir heureuse et sourire, loin de son air neutre et sérieux habituel. Le premier cadeau, le pull, lui arrache même un léger murmure, qu'il peine presque à entendre, mais il lui semble reconnaître son prénom, comme si elle ne savait pas comment réagir si quoi dire. Ce qui en vérité lui ressemble bien. Il l'observe alors qu'elle semble comme une enfant intimidée par quelque chose de grandiose. Garviel s'autorise un sourire à cette idée tandis qu'elle vient prendre le stylo dans ses mains. “▬ Tu n’aurais pas dû …”  Il n’aurait pas du traverser un champ de tir pour aller chercher ce stylo, oui peut être. Mais lui offrir des cadeaux, ça c'était obligé ! “▬ Tu … Tu en as déjà fais tellement, et maintenant ça … C’est beaucoup trop, enfin.” Il secoue la tête à la négative devant cette remarque, loin d'être d'accord. « Non, je n'en ferai jamais assez. Tu veilles sur moi en permanence, tu m'as sauvé de nombreuses fois, aidé encore plus. De mon côté qu'est-ce que j'ai fais ? Je me suis enfuit, te laissant à un avenir incertain. » Il est amusant de voir qu'en cet instant, il oublie complètement que Valéria n'est pas la seule qu'il a laissé sur Yschor en partant. Mais c'est comme si tout les autres gardes avaient disparus, n'avaient jamais existé, ce qui d'une certaine manière est probablement vrai.

“▬ Merci beaucoup. Tu es … Tu es la seule personne qui … qui fait autant, pour moi.” Garviel sourit et lui adresse un hochement de tête, voulant signifier qu'il n'en sera jamais plus autrement. S'il s'était vu agir ainsi envers elle il y a huit ans, il en aurait été le premier surpris. Toujours est-il qu'il ne peut plus se voir sans Valéria près de lui. Il ne peut se passer de sa garde du corps, comme si un autre lien les retenait ensembles. “▬ Tu veux … Tu veux que je te montre mes dessins ?” La question le surprend, bien sûr qu'il le souhaite, mais jusque là, elle avait toujours gardé ses dessins pour elle, n'en montrant que un ou deux, et encore seulement à lui. “▬ Tous. Je veux dire. En fait, il y en a plusieurs en particulier, que j’aimerais vraiment que tu vois.” Sa curiosité piqué à vif, bien entendu que Garviel ne peut refuser ce genre de chose. Déjà qu'il avait mis des années pour apprendre que Valéria dessinait, il était plus que curieux de connaître toute l'étendue de ses talents. C'est surtout le fait qu'elle souhaite lui en montrer quelques uns en particulier qui l'intrigue. « Avec plaisir Val, mais ne te sent pas obligée hein ! Je ne te force pas ! Oh, le repas arrive, bon appétit ! » Le repas dure une trentaine de minutes où les deux pilotes discutent tant bien que mal devant la sociabilité très en retrait de Valéria, jusqu'au gâteau d'anniversaire de fin. « Bon, on aura du mal à tout manger, on pourra en filer aux autres ! En esquivant Jahel. » Car tout le reste de l'escadron attend leur retour afin de suivre l'exemple de leur leader, et souhaiter encore une fois un joyeux anniversaire à Valéria.
❛❛ Cobalt Leader ; Damoclès ❜❜
avatar
ici depuis le : 10/01/2017
Messages : 287
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
'cause in a sky full of stars
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
》Pioneer's Legacy. :: × la flotte × :: ↪ Le Nexus :: Salon des Officiers-